Seuls les anges ont des ailes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Seuls les anges ont des ailes

Titre original Only Angels Have Wings
Réalisation Howard Hawks
Scénario Howard Hawks
Jules Furthman
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Sortie 1939
Durée 121 minutes (2 h 01)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Seuls les anges ont des ailes (titre original : Only Angels Have Wings) est un film américain d'aventure réalisé par Howard Hawks en 1939.

Ce film, considéré comme un des grands films de Hawks, est un savant mélange des thèmes hawksiens : esprit d’aventure et héroïsme, amitié virile, misogynie et ironie cruelle[1]. C'est le film qui révéla Rita Hayworth.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bonnie Lee, musicienne en tournée, échoue dans la petite ville portuaire de Barranca (Amérique du Sud), où elle attend le service de bateau hebdomadaire qui doit la ramener à New-York. Elle y fait la connaissance des pilotes qui assurent le transport du courrier au-dessus de la cordillère des Andes. Le service appartient à "Dutchy", vieil homme attachant, et il est dirigé par Geoff Carter, excellent pilote, désillusionné sur la vie et désabusé sur les femmes. L'entreprise ne roule pas sur l'or : les hommes doivent voler sur de vieux coucous, voire des biplans rafistolés, risquant leur vie dans des conditions météorologiques extrêmement dangereuses. Geoff et "Dutchy" sont à l'affût de n'importe quel contrat qui pourrait renflouer la compagnie et leur permettre de disposer de leur nouveau trimoteur, bloqué à quai pour cause de non-paiement. Bonnie tombe amoureuse de Geoff et manque volontairement son bateau pour rester au moins une semaine avec lui, malgré le peu de cas qu'il semble faire d'elle.

Manquant de personnel (trois morts en deux mois), Geoff embauche Bat MacPherson. Or, non seulement celui-ci est l'époux de Judy, qui autrefois brisa le cœur de Geoff, mais sous son vrai nom – Bat Kilgallen – il a sauté d'un avion en vol en abandonnant à bord le mécanicien, décédé lors du crash de l'appareil. Le mécanicien était le frère de Kid Dabb, meilleur ami de Geoff. Le nouveau pilote, reconnu, est mis au ban du groupe, et Geoff lui réserve les missions les plus périlleuses (mais lucratives), comme le transport de nitroglycérine. Le tout au grand désarroi de Judy qui ignore le passé de Bat.

Un soir de grosse tempête où Geoff doit voler, Bonnie le menace d'une arme pour l'en dissuader, et le blesse accidentellement. Les deux seuls à pouvoir essayer de mener à bien la mission sont Kid, que sa mauvaise vue cloue désormais au sol, et Bat, le paria. Et la livraison est impérative pour assurer à Geoff et Dutchy un contrat durable avec le gouvernement... Les deux hommes effectuent le transport à l'aide du trimoteur mais, sur le chemin du retour, entrent en collision avec un oiseau qui traverse le pare-brise et blesse gravement Kid. Deux des moteurs prennent feu. Cette fois, Bat n'abandonne pas son copilote, rentre à la base et parvient à faire atterrir l'avion. Kid, la nuque brisée, dit à Geoff que Bat ne l'a pas abandonné et décède peu après. Malgré le principe des pilotes qui est, quand l'un des leurs se tue, de faire comme s'il n'avait jamais existé, Geoff est effondré.

Bonnie abandonne la partie et décide d'aller prendre le bateau. Elle va faire ses adieux à Geoff, souhaitant désespérément qu'il lui demande de rester, lui "qui ne demanderait jamais rien à une femme". Il lui propose de jouer à pile (elle part) ou face (elle reste), lance la pièce, puis sort. Bonnie reste désemparée jusqu'à ce qu'elle réalise que la pièce est une fausse, à double face.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Film hommage aux pionniers de l'aéropostale, Seuls les anges ont des ailes, réalisé, produit et coscénarisé par Howard Hawks, s’inspira de faits réels : « Chaque personne s’inspire de faits vécus, Barthelmess, c’est un homme que j’ai vu sauter en avion en laissant un autre derrière lui… Le personnage de Jean Arthur et ses rapports avec Cary Grant sont authentiques, reposant sur des faits réels. L’oiseau qui crève le pare-brise est lui aussi réel. »[2] Howard Hawks.

Critiques[modifier | modifier le code]

  • « Je ne dis pas que le cinéma soit un art, je ne l’ai jamais dit, mais parfois une œuvre cinématographique est suffisamment réussie pour que l’on puisse la considérer comme œuvre d’art. C’est rare. Il faut un Wilder, un Wyler, un Ford, un Hawks. Il ne fait pas de doute que Seuls les anges ont des ailes est une œuvre d’art. » Jean-Pierre Melville[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire du cinéma – Les films – Jacques Lourcellles – Éditions Robert Laffont – 1992 (ISBN 2-258-04027-2), p. 1363.
  2. Christian Dureau, Rita Hayworth, Paris, Editions PAC,‎ 1985 (ISBN 2-853-36260-4), p. 47.
  3. The films of Rita Hayworth, The Legend & Career of a « Love Goddness ». par Gene Ringgold - The Citadel Press/Secaucus - New Jersey, 1974 - p. 103.
  4. Christian Dureau, Rita Hayworth, Paris, Editions PAC,‎ 1985 (ISBN 2-853-36260-4), p. 48.
  5. Jean-Pierre Melville - Cinéma 68, no 129, octobre 1968.

Voir aussi[modifier | modifier le code]