Sauvigny-les-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sauvigny (homonymie).
Sauvigny-les-Bois
Église Saint-Etienne.
Église Saint-Etienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Imphy
Intercommunalité Communauté de communes Loire et Allier
Maire
Mandat
Alain Lecour
2014-2020
Code postal 58160
Code commune 58273
Démographie
Population
municipale
1 541 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 10″ N 3° 16′ 24″ E / 46.9694444444, 3.2733333333346° 58′ 10″ Nord 3° 16′ 24″ Est / 46.9694444444, 3.27333333333  
Altitude Min. 172 m – Max. 297 m
Superficie 29,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauvigny-les-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauvigny-les-Bois

Sauvigny-les-Bois est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montigny-aux-Amognes Saint-Jean-aux-Amognes Rose des vents
Saint-Éloi
Sermoise-sur-Loire
N La Fermeté
O    Sauvigny-les-Bois    E
S
Chevenon Imphy

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Alain Lecour   Retraité
mars 2001 mars 2008 Bernard Gaget    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 541 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230 425 378 309 480 644 658 635 624
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
708 659 648 680 727 672 668 689 662
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
727 725 726 768 687 642 660 743 754
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
947 1 140 1 306 1 390 1 591 1 527 1 515 1 541 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Etienne de Sauvigny-les-Bois : plus de mille ans d’histoire[modifier | modifier le code]

Maître-autel de la chapelle

À Sauvigny-les-Chamoines, saint Jérôme fait construire une chapelle en 802, érigée ensuite en paroisse. Les bois ont remplacé les chanoines et, en 1980, a été célébré le millénaire de la paroisse de Sauvigny-les-Bois. Reconstruite au XIIe siècle à l’emplacement de la chapelle, remaniée au XVIe, restaurée au XIXe siècle, l’église de Sauvigny est une des plus anciennes du département. Elle est dédiée à saint Étienne, premier martyr chrétien, patron des fondeurs qui travaillaient autrefois dans les petites usines de la région construites au fil de l’eau.

De la chapelle primitive, seule subsiste l’absidiole en cul-de-four, qui sert de sacristie. Des peintures très anciennes sont peut-être cachées sous le plâtre de la sacristie. Le chœur roman de l’église est fermé par un mur droit du XVIe siècle. Des traces d’incendie sont visibles sur les colonnes engagées qui limitent le chœur du côté de la nef.

Le clocher carré est percé, sur chaque face, de baies géminées garnies de colonnettes à chapiteaux de feuille d’eau. Il supportait deux cloches, la plus petite fut probablement fondue à la Révolution. La plus grosse et la plus ancienne : « Stephana », fut coulée en 1515, rénovée au début et à la fin du XXe siècle ; sa jupe fissurée et maintenant restaurée, lui a redonné de la voix. On peut de nouveau l’entendre à « deux lieues » à la ronde.

Inscription sur la cloche : « Jésus, Marie, Ô glorieux protomartyr du Christ Stéphane, prie pour nous, afin que Jésus pieux et bon, nous donne tout ce qui a été demandé lors de ma bénédiction, l’an mil cinq cent quinze. Je m’appelle Stéphana. »

Un maître-autel du XVIIIe, en bois peint, est orné de motifs sculptés rehaussés de dorures. Au centre, une colombe figure le Saint-Esprit. Il reste en usage jusqu’aux modifications liturgiques de Vatican II. Le socle d’une ancienne croix sert maintenant d’autel plus petit et plus sobre au pied du chœur, face aux fidèles.

La cloche et l’absidiole sont classées aux Monuments historiques[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Cavanna, née Charvin (1890-1976), mère de l'écrivain François Cavanna, est née dans cette commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :