Sainte-Anne-sur-Brivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Anne.
Sainte-Anne-sur-Brivet
Image illustrative de l'article Sainte-Anne-sur-Brivet
Blason de Sainte-Anne-sur-Brivet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Pontchâteau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pont-Château - Saint-Gildas-des-Bois
Maire
Mandat
Philippe Belliot
2014-2020
Code postal 44160
Code commune 44152
Démographie
Gentilé Brivetains
Population
municipale
2 660 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 38″ N 2° 00′ 08″ O / 47.4605555556, -2.00222222222 ()47° 27′ 38″ Nord 2° 00′ 08″ Ouest / 47.4605555556, -2.00222222222 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 37 m
Superficie 25,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Brivet

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Brivet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Brivet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Brivet
Liens
Site web Site officiel

Sainte-Anne-sur-Brivet est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Sainte-Anne-sur-Brivet dans le département de la Loire-Atlantique.

Sainte-Anne-sur-Brivet est située à 6 km à l'est de Pontchâteau.

Les communes limitrophes sont Guenrouet, Quilly, Campbon, Pontchâteau, et Drefféac.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Sainte-Anne-sur-Brivet est une commune rurale multipolarisée, notamment par l'aire urbaine de Saint-Nazaire, et qui fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le 14 juillet 1865, le sous-préfet de SAVENAY se voit remettre par 6 paroissiens de Sainte-Anne une pétition demandant la séparation du territoire de la paroisse de celui de la commune de Campbon. Parmi leur argumentation figure l’éloignement de la mairie lorsqu’il s’agit de remplir des formalités administratives.

Le premier pas est franchi.

Au cours de l’année 1866, les deux parties s’accordent sur le choix des limites territoriales de 1842 et sur un partage des communaux à 1/3 pour Sainte-Anne et 2/3 pour Campbon. Mais, progressivement, chacun va en demander un peu plus : BATARD, maire de Campbon, veut réduire la part de Sainte-Anne au quart. Finalement, le maire de Campbon cesse toutes négociations au début de 1867.

Il faut attendre le 21 juin 1870 pour que le sous-préfet relance le projet.

En juillet 1873, la préfecture charge M. Oheix, conseiller général du canton de Savenay, de reprendre le projet et de le faire aboutir.

Le 6 décembre 1875 est signée une loi dont voici le premier article : « Le territoire composant actuellement la section de Sainte-Anne est distraite de la commune de Campbon, canton de Savenay, arrondissement de Saint-Nazaire, département de Loire-Inférieure et formera à l’avenir une commune distincte, dont le chef-lieu est fixé à Sainte-Anne et qui en prendra le nom. ». Dès le début de 1876, la nouvelle commune devient une réalité. Le 6 janvier, le préfet nomme François Glotin, maire, et François Tregret, adjoint.

Le 5 août 1877, le conseil municipal demande déjà le changement de canton, « attendu que Sainte-Anne n’est qu’à 50 m environ de la gendarmerie et à 150 m de la justice de paix de Pont-Château et qu’il y a plus de 12 km pour se rendre à Savenay, ce qui est fort incommode ». Mais, il faudra attendre le 12 juin 1980 pour que le Premier ministre décrète le changement de canton.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules aux deux fasces échiquetées d'argent et d'azur de deux tires, au chef d'hermine.
Commentaires : Armes brisées de la famille de Coislin. Le chef d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1876 1879 François Glotin    
1879 1888 François Tregret    
1888 1896 François Glotin    
1896 1899 François Tregret    
1899 1908 Didier Le Clerc    
1908 1912 François Blain    
1912 1929 Jean Morice    
1929 1936 François Moriceau    
1936 1945 François Bardoul    
1945 1971 Jean Legentilhomme    
1971 1989 Noël Coueron    
1989 mars 2008 Jacques Guinée[Note 1]    
mars 2008 en cours Philippe Belliot[Note 2] Divers droite retraité de chantier naval
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1875, par démembrement partiel de Campbon.

En 2011, la commune comptait 2 660 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1 530 1 524 1 570 1 556 1 573 1 522 1 600 1 638 1 419
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 360 1 278 1 224 1 383 1 302 1 321 1 233 1 532 2 004
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
2 093 1 925 2 056 2 204 2 525 2 660 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2]. , pour le recensement de l'année 2004, base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,1 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Sainte-Anne-sur-Brivet en 2009 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,1 
3,6 
75 à 89 ans
5,4 
13,9 
60 à 74 ans
13,1 
17,8 
45 à 59 ans
19,8 
24,9 
30 à 44 ans
21,1 
15,5 
15 à 29 ans
16,1 
24,1 
0 à 14 ans
24,4 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Lomer.
  • Chapelle Sainte-Anne, pillée pendant la Révolution française, elle a été reconstruite en 1923.
  • Église de Saint-Lomer des XVe ‑ XVIe siècles
  • Four de Hesin
  • Four de la Turcaudais

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Frère Michel Fleury un des sept moines du monastère de Tibhirine en Algérie, enlevés lors de la guerre civile algérienne, et séquestrés pendant deux mois avant d'être retrouvés morts le 21 mai 1996.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995 et 2001.
  2. Réélu en 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]