Production domestique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La production domestique comprend tout le travail à domicile qui pourrait être accompli par autrui (ménage, entretien du linge, couture, jardinage, bricolage, éducation des enfants, soins aux animaux domestiques, etc.)[1].
En comptabilité nationale, ce travail -qui n'est pas rémunéré- correspond à la production domestique (on parle aussi d’activités domestiques, et de travail domestique) effectuée à l’intérieur des ménages.
Selon une étude Insee (2012) [2] , les Français consacrent en moyenne trois heures par jour à des tâches domestiques.( cuisine, ménage, courses et soins aux enfants, etc...)
Cette activité, valorisée au niveau du Smic, équivaut au tiers de la richesse produite en France.

Mesure du temps consacré aux tâches domestiques[modifier | modifier le code]

Le paradoxe est que ces prestations mal connues participent pourtant de façon concrète et directe au bien-être de la population et n'apparaissent pas dans la mesure de la richesse nationale produite (PIB).

L'Insee s'est donc attaché à déterminer -comme le suggère le Rapport Stiglitz- la valeur de ce travail de service non rémunéré. Le résultat est édifiant :

Périmètre 1 : Si l'on s'en tient au périmètre-cœur des activités domestiques (cuisine, ménage, soins des enfants, entretien du linge, gestion familiale), chaque français y consacre deux heures et sept minutes par jour, soit quinze heures par semaine.
Périmètre 2 : Ce chiffre grimpe à trois heures par jour et vingt et une heures par semaine si l'on y ajoute les courses, le jardinage, le bricolage, et les jeux avec les enfants.
Périmètre 3 : Si l'on considère également le fait de se déplacer en voiture ou de promener un animal, le total s'élève à quatre heures par jour.

Ainsi pour l'année 2010, selon le périmètre de définition retenu, ces activités représentent entre 42 et 77 milliards d'heures de travail domestique, soit davantage que les 38 milliards d'heures rémunérées sur la même période. Comme le note l'INSEE : « Le temps de travail domestique est donc au minimum égal au temps de travail rémunéré ».

En valorisant ces volumes d'heures au niveau du SMIC horaire (6,95 euros de l'heure au 1er janvier 2010) cela représente 292 milliards d'euros soit 15 % du PNB (si l'on s'en tient au cœur du travail domestique). Pour l'INSEE, cela est équivalent à « l'ordre de grandeur de la part de la valeur ajoutée de l'industrie manufacturière en France (13 %) ».

Si l'on retient le périmètre 2, ce chiffre peut atteindre le Tiers du PIB français.

On notera également que ces valeurs sont des moyennes : Les durées consacrées aux tâches domestiques sont éminemment variables selon l'âge et le sexe, le fait de vivre en couple et le nombre d'enfants par ménage :

Les mères de famille en couple réalisent en moyenne 34 heures de travail domestique par semaine contre 17 pour les hommes.
Le temps hebdomadaire moyen passé aux tâches domestiques par ces mères est comparable au temps moyen de travail rémunéré d'un homme dans la même situation (33 heures)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Économie et Statistique, 2005, p. 23
  2. publiée le 22 novembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]