Aleida Guevara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aleida Guevara

Description de cette image, également commentée ci-après

Aleida Guevara en 2006

Nom de naissance Aleida Guevara March
Naissance 24 août 1960 (53 ans)
Cuba
Nationalité Drapeau : Cuba Cubaine
Ascendants

Aleida Guevara March (née le 24 novembre 1960 à Cuba) est la fille aînée de quatre enfants nés de Ernesto "Che" Guevara et de sa seconde épouse Aleida March.

Elle est marxiste et docteur en médecine, comme son père. Elle travaille à l'Hôpital pour enfants William Soler à La Havane et a également travaillé comme médecin en Angola, en Équateur et au Nicaragua. Elle est interviewée au sujet de la santé dans le monde dans le film de Michael Moore, Sicko.

Elle est également une défenseuse des droits de l'homme et pour la suppression de la dette pour les pays en voie de développement[1]. Elle est l'auteure du livre Chávez, le Venezuela et la Nouvelle-Amérique latine[2].

L'influence de son père[modifier | modifier le code]

La famille Guevara en 1963

Bien qu'Aleida n'avait que quatre ans et demi lorsque son père quitta Cuba pour fomenter une révolution au Congo, et près de 7 ans quand il a été exécuté en Bolivie, elle conserve de nombreux souvenirs de lui[3].

« Les écrits de mon père sont comme ceux de José Martí, les valeurs qu'ils encapsulent sont éternelles. »

— Aleida Guevara , [4]

Guevara se réfère à son père comme source d'inspiration. Lors de ses différents discours à travers le monde, elle parle souvent de ses écrits, tout en remarquant qu'elle trouve son journal particulièrement utiles pour leurs "idées politiques et la maturité affective". Elle a également déclaré qu'elle se retrouve parfois en s'écriant: "Caramba! Si seulement nous avions mis en pratique telle ou telle suggestion, nous serions dans une bien meilleure position aujourd'hui" [4]. En référence à l'utilisation généralisée de son père comme un symbole de rébellion, elle a déclaré que lorsqu'elle voit un enfant qui porte son image dans une manifestation et qui dit "je veux être comme le Che et me battre jusqu'à la victoire finale", cela la remplit de joie[3].

À propos de l'héritage qu'il en reste, Aleida a déclaré:

« Mon père savait aimer, et c’était bien là la plus belle chose en lui- sa capacité à aimer. Pour être un bon révolutionnaire, vous devez être un romantique. Sa capacité à se donner à la cause des autres a été au centre de ses convictions -. Si seulement nous pouvions suivre son exemple, le monde serait un endroit beaucoup plus beau. »

— Aleida Guevara , [4]

Références[modifier | modifier le code]