Opatija

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opatija
Drapeau de Opatija
Drapeau
Vue d'Opatija depuis Ika
Vue d'Opatija depuis Ika
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Primorje-Gorski Kotar
Maire
Mandat
Ivo Dujmić SDP
2009-2013
Code postal 51410
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local (0) 51
Démographie
Population 7 850 hab. (2001)
Population municipalité 12 719 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 05″ N 14° 18′ 25″ E / 45.334711, 14.306861 ()45° 20′ 05″ Nord 14° 18′ 25″ Est / 45.334711, 14.306861 ()  
Altitude 0 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Opatija

Géolocalisation sur la carte : Croatie (administrative)

Voir la carte administrative de Croatie
City locator 14.svg
Opatija

Géolocalisation sur la carte : Croatie (relief)

Voir la carte topographique de Croatie
City locator 14.svg
Opatija
Liens
Site web http://www.opatija.hr

Opatija (en italien Abbazia) est une ville et une municipalité située en Istrie, au fond de la baie de Kvarner, dans le comitat de Primorje-Gorski Kotar, en Croatie. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 12 719 habitants, dont 86,85 % de Croates[1] et la ville seule comptait 7 850 habitants[2]. La ville se situe à 110 km de Trieste en Italie, à 200 km de Zagreb et à 250 km de Venise en Italie.

Opatija jouit d'un climat méditerranéen doux, à l'abri des vents froids.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle était jadis une station très mondaine dans laquelle, depuis le milieu du XIXe siècle séjournèrent des rois, des empereurs, des aristocrates, des personnes très riches et des artistes célèbres. C'est la doyenne des stations balnéaires croates. Elle fut surnommée, la « Nice autrichienne ». Le premier hôtel de la ville date de 1840.

Cependant la station de villégiature a été construite après que le docteur Juraj Matija Sporer suggéra en 1859, la création d'une société pour l'exploitation à Opatija des bienfaits des séjours à la mer pour la santé. Le projet initial prévoyait seulement 120 villas de maître. Les deux premiers hôtels de luxe — le "Kvarner" et l’"Impérial" — ouvrirent en 1885.

La célèbre ballerine Isadora Duncan l'avait appréciée et y trouva l'inspiration en observant la grâce des feuilles des palmiers « trembler au vent du matin ».

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Annonciation, d'architecture néo-romanesque, érigée en 1906 par l'évêque de Trieste
  • L'église Saint-Jakov (San Giacomo della Permuca), construite sur les bases d'un vieux monastère de bénédictins, mentionné dès 1439.
  • Le Lungomare est une promenade de bord de la mer, aménagée dès 1900 et qui s'étend de Preluka à Lovran sur une distance d'approximativement 12 kilomètres.
  • Le monument érigé en l'honneur de Friedrich Julius Schuller
  • Le monument à la Madone est une copie d'un monument érigée par la famille des comtes de Kesselstatt à la mémoire de leur fils mort tragiquement en 1891.
  • Le parc horticole de Saint-Jakov, s'étend sur 3,64 hectares et abrite plus de 160 espèces exogènes de plantes en provenance de Chine, d’Australie, d’Amérique du Sud,
  • Le pavillon d'art "Juraj Matija Sporer", est un espace d'expositions.
  • Le port, qui vit l'arrivée de la marine de guerre italienne en décembre 1918 et la capitulation de l'Italie en septembre 1943.
  • La statue de la "Demoiselle à la mouette" du sculpteur Zvonko Car, placée en face de la mer depuis 1956, elle est devenue une des symboles de la ville.
  • Le théâtre et cinéma de plein air

Personnalités liées à cette localité[modifier | modifier le code]

Localités[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, la municipalité de Opatija compte les 10 localités suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement de 2001 : (en) « Population by ethnicity, by towns/municipalities, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  2. (en) « Population by sex and age by settlements, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  3. Vladimir Nabokov, Autres rivages, Chapitre I, 3

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]