Nusa Tenggara oriental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

10° 11′ 00″ S 123° 34′ 59″ E / -10.1833, 123.583 ()

Petites Îles de la Sonde orientales
(id) Nusa Tenggara Timur
Blason de Petites Îles de la Sonde orientales
Héraldique
Carte de localisation de la province.
Carte de localisation de la province.
Administration
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Statut Province
Capitale Kupang
Date(s) importante(s) 1958 : création
Gouverneur Frans Lebu Raya
Fuseau horaire UTC+8
Démographie
Population 4 679 316 hab. (2010)
Densité 99 hab./km2
Rang 12e
Géographie
Coordonnées 10° 11′ S 123° 35′ E / -10.183333333333, 123.58333333333 ()10° 11′ Sud 123° 35′ Est / -10.183333333333, 123.58333333333 ()  
Superficie 47 351 km2
Rang 14e
Divers
Religion(s) Catholicisme (55 %)
Protestantisme (34 %)
Islam (8 %)
Autres (3 %)[1]
Carte des petites Îles de la Sonde orientales.

Les Nusa Tenggara oriental, en indonésien Nusa Tenggara Timur, est une province d'Indonésie. Elle est composée de la partie orientale des petites îles de la Sonde, appelées en indonésien Nusa Tenggara, bordée à l'ouest par le détroit de Sumba, au sud par l'océan Indien et la mer de Timor et au nord par les mers de Florès et de Banda. Sa capitale est Kupang sur l'île de Timor.

Sa superficie est de 47 876 km2. Sa population était de 4 679 316 habitants au recensement de 2010.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La province est divisée en vingt kabupaten :

et une kota :

Histoire[modifier | modifier le code]

Tomé Pires, un apothicaire portugais qui de 1512 à 1515 a habité Malacca, conquise en 1511, note dans sa Suma Oriental que le bois de santal provient de Sumba et Timor. Au XVIIe siècle, c'est toujours le cas de Timor, mais plus de Sumba. Florès, Roti et Savu ont peu d'intérêt pour la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie ou Compagnie hollandaise des Indes orientales). Les Portugais établissent un fort à Kupang dans l'ouest de l'île de Timor, puis l'abandonnent. La VOC occupe Kupang en 1653, mais doit faire face, pour le commerce du santal, à des marchands de Florès. Les Portugais se sont retirés à Timor oriental. En 1681, la VOC soumet Roti, où elle s'approvisionne en esclaves.

Au cours du XVIIIe siècle, les habitants de l'île de Roti se convertissent au christianisme, ce qui leur permet d'échapper à la fois à l'esclavage et à la domination des seigneurs locaux restés païens. La première conversion d'un chef a lieu en 1729. Les chefs convertis demandent à la VOC de leur procurer des maîtres d'écoles. Dès 1765, les gens de Roti ont pris en charge les écoles, où l'enseignement se fait en malais. Ils forment donc une élite qui leur donnera un rôle dominant dans la région au XXe siècle.

Durant le XIXe siècle, les Hollandais s'intéressent surtout à Florès pour les mêmes raisons que Bali, à savoir le trafic d'esclaves et le pillage d'épaves. Ils lancent des expéditions en 1838 et 1846. Les Portugais, basés à Timor Est, reconnaissent la souveraineté hollandaise sur Florès en 1859. En 1907, une rébellion est réprimée. Les autres petites îles de la Sonde passent sous contrôle hollandais durant cette période, mais Timor oriental reste portugais.

Faune[modifier | modifier le code]

L’île de Komodo est connue pour son varan.

Références[modifier | modifier le code]