Florès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flores et Ilha das Flores.
Florès
Pulau Flores (id)
Carte topographique de Florès.
Carte topographique de Florès.
Géographie
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Archipel Petites îles de la Sonde
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 8° 27′ 00″ S 121° 07′ 59″ E / -8.45, 121.133 ()8° 27′ 00″ S 121° 07′ 59″ E / -8.45, 121.133 ()  
Superficie 15 175 km2
Côtes 425 km
Point culminant Poco Mandasawu (2 370 m)
Administration
Province Petites îles de la Sonde orientales
Démographie
Population 1 831 472 hab. (2010)
Densité 120,69 hab./km2
Plus grande ville Maumere
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Florès
Florès
Îles d'Indonésie

Florès, en indonésien Pulau Flores, est une île d'Indonésie longue de 360 kilomètres, située au nord-ouest de l'Australie, dans les petites îles de la Sonde. Son nom vient du portugais Flores qui signifie en français « fleurs ».

Paysage de Florès.

Administration[modifier | modifier le code]

Florès fait partie de la province des petites îles de la Sonde orientales. L'île est découpée en huit kabupaten, soit d'ouest en est :

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Florès est située à proximité de la ligne Wallace.

Quelques spécimens du plus grand varan au monde, le dragon de Komodo, se trouvent en liberté sur la côte occidentale.

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 2003, dans la grotte de Liang Bua, sur la côte occidentale de Florès, une équipe de paléontologistes coordonnée par Michaël Morwood (University of New England, à Armidale en Australie) et Radien P. Soejono (Centre indonésien pour l'archéologie de Jakarta) a découvert les restes d'un hominidé fossile d'une espèce inconnue, initialement surnommée « homme de Florès ».

L'homme de Florès semble constituer une version naine de l'espèce Homo erectus, éteinte il y a un million d'années environ, et a reçu le nom scientifique d'Homo floresiensis. L'âge relativement récent du fossile (18 000 ans) et sa petite taille (environ un mètre pour un cerveau de 380 cm3) sont surprenants.

Les inventeurs ont fourni un moulage du crâne à Peter Brown qui a pu étudier le squelette sur une période de trois mois. Les premiers résultats ont été publiés dans deux articles[1],[2] de Nature le 28 octobre 2004.

Culture[modifier | modifier le code]

L'île est à plus de 90 % catholique, ce qui constitue la trace la plus marquante de la colonisation portugaise.

Les langues parlées à Florès appartiennent au sous-groupe bima-sumba du malayo-polynésien central des langues austronésiennes.

Dans les districts de Ngada et Ende dans le centre de l'île, se trouve la chaine dialectale de Florès Centre (Central Flores Dialect Chain ou Central Flores Linkage). Dans cette zone, il existe de légères variations linguistiques d'un village à l'autre. Au total on a identifié six langues différentes. De l'ouest vers l'est ce sont le ngadha ou ngada, le nage, le keo, l'ende, le lio et le palu'e qui est parlé sur l'île du même nom au nord de Florès. On pourrait aussi ajouter le so'a et le bajawa, bien que les anthropologues les considèrent comme des dialectes du ngadha.

Géologie[modifier | modifier le code]

Du point de vue géodynamique, cette île, bordée, au nord, par le bassin de Florès et, au Sud, par le bassin de Savu, est volcaniquement active avec au moins 13 volcans fonctionnels. D'autre part, elle correspond à une zone de forte activité sismique (séisme du 12 décembre 1992 de magnitude 7,5).

L'analyse stratigraphique et magmatique (géochronologie, géochimie) montre que Florès est une île « jeune », se créant probablement à l'oligocène supérieur mais sûrement au miocène moyen.

Dans le détail on distingue :

  • un cycle oligocène probable - miocène moyen à supérieur caractérisé par :
    • un axe volcanique E-W (formation Kiro) où 17 laves prélevées donnent des âges radiométriques compris entre 16 Ma et 8,4 Ma (Burdigalien terminal au Tortonien moyen) et 1 lave 27,7 Ma et 25,7 Ma (Oligocène terminal) ;
    • des dépôts latéraux volcano-sédimentaires et sédimentaires, hétérochrones, aux microfaunes excessivement remaniées. On distingue néanmoins, de bas en haut, la formation Nangapanda turbiditique et tufacée du miocène moyen, la formation Bari, faite de calcaires néritiques à récifaux du miocène moyen à supérieur, la formation Laka crayeuse et tufacée à ponces du miocène supérieur ;
  • un cycle miocène terminal - plio-quaternaire à dominante volcanique où 13 échantillons, dont 2 granodiorites, ont été datés radiométriquement de 6,7 Ma à 1,2 Ma.

L'analyse géochimique des roches volcaniques des deux cycles, précédemment définis (éléments majeurs, éléments en traces, etc.), montre que l'on a à faire à un magmatisme orogénique d'arc insulaire lié à une subduction. Florès est, à cet effet, à la terminaison orientale du dispositif de la Sonde jalonné, d'ouest en est, par les îles de Sumatra, de Java, de Bali, de Lombok et de Sumbawa.

Du point de vue régional et chronologique, le magmatisme apparait à Florès lorsque celui de Sumba, ayant débuté au crétacé supérieur, cesse. Ainsi, à l'oligocène, l'île de Sumba quitte sa position d'arc actif pour se positionner dans le bassin d'avant arc externe, Florès prenant alors sa place.

Au Plio-Quaternaire, la plaque continentale australienne, venant du sud, rentre en collision avec la plaque eurasienne à l'est, au droit de Timor. Néanmoins, des prémices de collision se font sentir à l'ouest, au droit du secteur étudié, pourtant placé encore dans le dispositif de subduction, avec la surrection pure de Sumba et le développement d'une compression méridienne assez modeste au droit de Florès, marquée par un réseau de failles conjuguées actives et par, au nord de l'île, le chevauchement dit « de la mer de Florès », à vergence nord, absorbant en partie le raccourcissement créé.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Une des attractions touristiques de Florès est le cratère du Kelimutu avec ces trois lacs colorés, dans le kabupaten d'Ende. Leur couleur se modifie de façon régulière. Les dernières couleurs, en 2003, étaient respectivement turquoise, vert et rouge mais depuis le lac rouge serait devenu noir.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :