Nozières (Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nozières.
Nozières
Église Saint-Paxent.
Église Saint-Paxent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement de Saint-Amand-Montrond
Canton de Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de France
Maire
Mandat
Jacqueline Mallard
2014-2020
Code postal 18200
Code commune 18169
Démographie
Population
municipale
229 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 55″ N 2° 26′ 06″ E / 46.7319, 2.435 ()46° 43′ 55″ Nord 2° 26′ 06″ Est / 46.7319, 2.435 ()  
Altitude Min. 144 m – Max. 224 m
Superficie 10,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nozières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nozières

Nozières est une commune française située dans le département du Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Proche du centre de la France, située sur une colline, le bourg de Nozières bénéficie d'une vue plongeante sur la vallée du Cher. Depuis le belvédère, vous pouvez admirer la forêt de Meillant, l'Abbaye de Noirlac, et par temps clair, les contreforts du Massif central. Le relief, assez mouvementé, forme une zone de transition entre le bassin parisien et le massif central. Deux ruisseaux coulent à Nozières, la Vilaine et la Baume, qui se rejoignent pour se jeter dans le Cher.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Farges-Allichamps Bruère-Allichamps Rose des vents
Vallenay N
O    Nozières    E
S
Orcenais Orval

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 avril 2011 Jean-Baptiste Baudon DVD  
avril 2011   Jacqueline Mallard   Réélue pour le mandat 2014-2020[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 229 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
243 224 255 241 231 244 242 227 256
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
258 256 313 294 295 314 327 291 283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
271 275 268 220 214 222 233 188 191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
198 189 151 154 228 231 229 229 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Paxent avec la nef du XIe siècle, le tour du XIIe siècle et le chœur du XIIIe siècle. Nozières n’est plus paroisse, mais l’église existe encore. La modeste nef couverte d’un berceau de bois est celle de l’édifice primitif, au dehors, on voit encore une fenêtre très archaïque dont l'arc en plein cintre renferme des claveaux de brique intercalés, qui peuvent indiquer une origine fort ancienne, remontant peut-être au XIe siècle. Le mur sépare la nef du chœur. Le chœur est une œuvre du XIIIe siècle, conçue avec beaucoup d’élégance. Il est surmonté d’une voûte d’ogives toriques. Les chapiteaux sont garnis de crochets et les astragales ont un profil en amande. À la suite vient le chevet, pareillement voûté, et éclairé de longues et étroites fenêtres brisées. À l'extérieur, le portail en plein cintre a été refait, son archivolte ornée de billettes est ancienne, une croix antéfixe de pierre domine le pignon. Le clocher latéral sud, couvert d’ardoises, est moderne. Dans le beffroi, une cloche remonterait, dit-on, au XIVe siècle avec une inscription gothique. L’église est inscrite sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques : arrêté du 12 février 1971[4].
  • Le manoir, situé près de l’église et datant probablement du XVe siècle, est agréablement restauré. Jadis, il servit d’école et de mairie.
  • Le lavoir. C’est un lavoir traditionnel qui a été couvert en 1925.
  • Le château de la Férolle
  • L'enclos Scoopy's, l'ancienne discothèque, le Scoopy's a été racheté par la mairie pour en faire une salle polyvalente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Maires et adjoints déjà élus dans le canton », L'Echo du Berry (Édition du Cher), no 3124,‎ 2 avril 2014, p. 14
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. « Église Saint-Paxent », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]