Nneka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nneka

Description de cette image, également commentée ci-après

Nneka au Cargo, Londres, 2009.

Informations générales
Surnom Nneka
Nom de naissance Nneka Egbuna
Naissance 24 décembre 1981
Drapeau du Nigeria Nigeria (Warri)
Genre musical Soul, neo soul, Reggae
Site officiel http://www.nnekaworld.com/

Nneka Egbuna, née le 24 décembre 1981 à Warri[1], est une chanteuse de hip-hop, Reggae et soul germano-nigériane.

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Elle est née à Warri, d'un père nigérian et d'une mère allemande. Nneka est un prénom igbo qui vient du peuple Ibo qui vivent dans la partie orientale du Nigeria et qui signifie « la Mère suprême, la Meilleure mère ». Elle est née et a grandi à Warri dans la région du delta du Nigeria. Elle est partie à l'école primaire Delta Steel Company et pour ses études secondaires au Nigerian National Petrolum. Nneka savoure l'expérience du chant dès son plus jeune âge dans son école et la chorale de l'église. Après s'être installée à Hambourg, en Allemagne, elle poursuit une carrière de chanteuse tout en continuant ses études d'anthropologie. Elle passe son temps entre le Nigeria et la ville allemande Hambourg.

Carrière[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, Nneka travaille en étroite collaboration avec DJ Farhot, producteur et DJ hip-hop de Hambourg. Étant une jeune chanteuse, elle a d'abord attiré l'attention du public en 2004, en faisant la première partie de l'artiste ragga dancehall Sean Paul.

Nneka au festival Rock en Seine, Paris, 2011

Après la production de son premier EP EP Victim Of Truth avec le label de musique Yo Mama's Recording Company, elle, Nneka fait la première partie fin avril 2005, de Patrice Bart-Williams pour 17 concerts en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Elle finit d'enregistrer son premier album en automne 2005. Intitulée Victim Of Truth, il ne sort pas seulement en Allemagne, mais aussi en Angleterre, en France, aux Pays-Bas, au Nigeria et au Japon.Ayant obtenu des critiques élogieuses de la presse, le journal britannique Sunday Times déclare plus tard que l’album a été « the year’s most criminally overlooked album » (l'album de l'année le plus criminellement oublié »), en le comparant avantageusement à The Miseducation of Lauryn Hill[2].

Après la sortie de l'album, Nneka a commencé à tourner, en se produisant dans des festivals tels que le Summer Chiemme Reggae, Haarlem (BevrijdingsPop), La Haye (Park Pop) et Saint-Brieuc (Festival Art Rock) ainsi que des lieux prestigieux tels que La Maroquinerie et le New Morning à Paris, Tivoli à Utrecht, Paradiso à Amsterdam et Cargo et ULU à Londres. Elle a aussi fait les premières parties de Femi Kuti, Bilal, Seeed et Gnarls Barkley.

En février 2008, sort son deuxième album No longer at Ease.» Le titre de l'album est tiré de l'ouvrage éponyme de l'écrivain Chinua Achebe. Le sujet de la plupart des textes est la politique, le sort des gens du delta du Niger et la corruption dans la patrie de Nneka.« No Longer at Ease » allie la politique et le vécu personnel dans « une combinaison gagnante de soul, hip-hop et reggae »[3]. Le single, «Heartbeat », est devenu sa première chanson à percer le Top 50 allemand[4]. Elle apparait également sur le titre A l'ombre du mâle en featuring avec le rappeur Médine. En septembre 2009, la chanson est arrivée à la 20e place dans le UK Singles Chart[5].

Les mois suivants Nneka a tourné en France, en Italie et au Portugal, et elle est en première partie de Lenny Kravitz lors de sa tournée française en avril 2009.

Nneka a été nominée dans trois catégories pour les Channel O Music Video Awards de 2009[6], et a remporté le prix pour le « Meilleur Act Africain » des MOBO Awards 2009.

Fin 2009, elle a été choisie comme une des « 50 artistes de la relève » du Beyond Race Magazine, apparaît dans le numéro 11 de la publication (avec les Bodegagirls et J. Cole en couverture), et donne une interview exclusive pour le site du magazine[2].

En novembre 2009, Nneka part pour la première fois en tournée aux États-Unis où elle se produit à New York, Vienne (Washington DC), Boston, Philadelphie, Los Angeles et San Francisco. De plus, elle est « special guest » des The Roots à New-York. Le 2 février 2010, elle sort son troisième album, Concrete Jungle, qui est une compilation de ses deux premiers albums. Sa chanson « Kangpe » est également présentée dans la bande sonore du jeu vidéo EA Sports FIFA 2010.

En janvier 2010, Nneka est apparue dans le Late Show with David Letterman à New York avant de commencer sa tournée américaine.

En juin 2010, elle a remporté le prix dans la catégorie reggae du Museke Online Africa Music Award 2010 avec sa chanson à succès, « Africans ».

Elle a accepté de partir en tournée avec Nas et Damian Marley pour les aider à lancer leur album « Distant Relatives » . Elle a fait un remix de son hit, « Heartbeat » avec Nas, qui devrait être rendu public prochainement.

Elle a également participé aux festivals de Lilith Fair, Lollapalooza, South by Southwest, Outside Lands Music and Arts Festival et Newport Folk Festival. Elle était de passage à Washington, Raleigh et Charlotte (États-Unis). Elle a enregistré une chanson pour la Coupe du Monde FIFA 2010 en Afrique du Sud avec le titre « Viva Africa ». Il s'agit d'un hommage à la première mondiale sur le sol africain.

Elle a remporté le prix du meilleur artiste local au Nigéria à la cérémonie du Nigeria Entertainment 2010, qui s'est tenue à New York, aux Etats-Unis.

Le 26 septembre 2011 sort son nouvel album : Soul Is Heavy.

Style de musique[modifier | modifier le code]

Même si Nneka chante plus qu`elle ne rappe, elle nomme « hip-hop » sa racine musicale primordiale et plus importante source d'inspiration, tout en citant des artistes comme Fela Kuti et Bob Marley, ainsi que les rappeurs contemporains Mos Def, Talib Kweli, et Lauryn Hill comme influences principales dans sa propre poursuite de reconnaissance musicale[7][réf. insuffisante].

Ses paroles reflètent une grande partie de son histoire et de la vie au Nigeria ainsi que du temps qu’elle a passé en Europe. Ses chansons soulignent les problèmes du capitalisme, la pauvreté et la guerre et sont souvent chargées de messages moraux et références bibliques, certains commentateurs de musique la comparent à Erykah Badu, Neneh Cherry[8] et Floetry[9].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chloé Chamouton, « Biographie Nneka », music-story.com (consulté le 10 février 2010)
  2. a et b (en) « Nneka », Beyondrace.com (consulté le 27 octobre 2010)
  3. 'Rhymes and punishment', The Sunday Times, 23 August 2009
  4. http://www.allmusic.com/cg/amg.dll
  5. (en) « UK Singles & Albums Chart Archive - Nneka - Heartbeat », Chart Stats,‎ 17 octobre 2009 (consulté le 27 octobre 2010)
  6. (en) « M-NET - Channel O », Beta.mnet.co.za,‎ 1 avril 2007 (consulté le 27 octobre 2010)
  7. (en) « Nneka - Listen for free on Deezer », Deezer.com (consulté le 27 octobre 2010)
  8. (en) Tom Horan, « Nigerian soul with a European groove », Daily Telegraph,‎ 28 octobre 2006 (consulté le 27 octobre 2010)
  9. http://www.lunch.com/data/Nneka_No_Longer_at_Ease-1380813.html

Liens externes[modifier | modifier le code]