Récit à la première personne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le récit à la première personne est une technique littéraire dans laquelle l’histoire est narrée par un ou plusieurs personnages se référant explicitement à eux-mêmes à la première personne, c’est-à-dire à un « je ».

Le récit à la première personne se distingue de l’autobiographie, de l’autofiction et du roman autobiographique. Malgré l’usage exclusif de la première personne du singulier ou du pluriel, le récit à la première personne ne représente pas, comme dans le roman autobiographique, l’auteur dans le personnage du roman. Même lorsqu’il se présente comme une autobiographie, il en diffère dans la mesure où l’histoire ne repose pas sur le vécu de l’auteur.

Cette forme narrative a connu une grande vogue au XVIIIe siècle où la majorité des romans ont appliqué cette forme englobant plusieurs genres romanesques. Le récit à la première personne se présente le plus souvent sous la forme de mémoires (Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, la Vie de Marianne, la Religieuse, les Mémoires du comte de Comminge), d’une correspondance (les Liaisons dangereuses, les Lettres persanes, Julie ou la Nouvelle Héloïse), voire de confessions ou d’un journal intime. Les écrivains de langue anglaise (Daniel Defoe, Samuel Richardson, Henry Fielding, Laurence Sterne, Frances Brooke) ou allemande (le Goethe des Souffrances du jeune Werther) y ont également eu recours. Le roman picaresque s’effectue également à la première personne.

L’intérêt du récit à la première personne est qu’il implique directement ou indirectement le narrateur dans l’histoire qu’il raconte. Un avantage de l’usage de la première personne est qu’en permettant au personnage d’exprimer ses sentiments, ses pensées et ses expériences, le lecteur est également mis à même de s’introduire dans la vie du narrateur qui se dévoile à lui. Un autre avantage du récit à la première personne est qu’il peut également servir à dissimuler des informations au lecteur, en particulier celles qui sont inaccessibles au narrateur.

L’accomplissement du récit à la première personne crée une intimité confessionnelle d’une intensité telle qu’elle peut être frappante. Ce genre de récits peut se présenter sous plusieurs formes : le monologue intérieur, comme dans les Carnets du sous-sol de Dostoïevski ; le monologue dramatique, comme dans la Chute d’Albert Camus ou explicitement, comme dans les Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain.

La présence du narrateur dans l’histoire l’empêchant d’avoir connaissance de tous les évènements, le roman policier est souvent effectué à la première personne, ce qui permet au lecteur de découvrir la vérité en même temps que le narrateur.

Les narrateurs à la première personne du pluriel racontent leur histoire en disant « nous » c’est-à-dire en l’absence d’identification individuelle, le narrateur faisant partie d’un groupe agissant en tant qu’unité. Bien qu’elle soit rarement utilisée, la première personne du pluriel peut être employée efficacement, parfois comme moyen d’augmenter la concentration sur le ou les personnages principaux. Ainsi, dans Une Rose pour Emily de Faulkner (passionné par l’expérimentation, Faulkner employait des perspectives de narration peu communes ; voir, par exemple, son Chevaux mouchetés écrit à la troisième personne du pluriel), Frederik Pohl dans Man plus et, plus récemment, dans le Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides.

Les narrateurs à la première personne peuvent également être multiples, comme dans Rashōmon d’Akutagawa et le Bruit et la fureur de Faulkner où chacune des sources raconte un même évènement de différentes manières. Le narrateur à la première personne peut être le personnage principal ou un personnage proche du personnage principal (voir les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë ou Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald, tous deux relatés par un personnage mineur).

Le récit à la première personne peut tendre à un courant de conscience, comme dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Le récit tout entier peut même être présenté comme un faux document, comme un journal intime, dans lequel le narrateur fait explicitement référence au fait qu’il écrit ou raconte une histoire. Le narrateur peut être plus ou moins conscient de sa condition de narrateur de même que les raisons qui gouvernent cette situation ainsi que le public auquel il croit s’adresser sont sujettes à variations. Dans des cas extrêmes, le cadre de l’histoire présente le narrateur comme un personnage extradiégétique qui commence à raconter sa propre histoire.

La forme narrative du récit à la première personne ne répugne pas non plus à faire usage de récits enchâssés où le narrateur raconte à la première personne son histoire dont un des personnages va raconter sa propre histoire à la première personne, comme le chevalier des Grieux avec l’Homme de qualité dans Manon Lescaut ou Tervire avec Marianne dans la Vie de Marianne.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Barguillet, Le Roman au XVIIIe siècle, Paris, PUF Littératures, 1981, ISBN 2130368557 ;
  • Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, ISBN 2070293386 ;
  • Belinda Cannone, Narrations de la vie intérieure, Paris, Klincksieck, 1998, ISBN 2911285158 ;
  • René Démoris, Le Roman à la première personne : du classicisme aux lumières, Paris, A. Colin, 1975, ISBN 2600005250 ;
  • Pierre Deshaies, Le Paysan parvenu comme roman à la première personne, [s.l. : s.n.], 1975 ;
  • Béatrice Didier, La Voix de Marianne. Essai sur Marivaux, Paris, Corti, 1987, ISBN 2714302297 ;
  • Philippe Forest, Le Roman, le je, Nantes, Pleins feux, 2001, ISBN 2912567831 ;
  • (en) R. A. Francis, The Abbé Prévost’s first-person narrators, Oxford, Voltaire Foundation, 1993, ISBN 072940448X ;
  • Jean-Luc Jaccard, Manon Lescaut. Le Personnage-romancier, Paris, Nizet, 1975, ISBN 2707804509 ;
  • Annick Jugan, Les Variations du récit dans La Vie de Marianne de Marivaux, Paris, Klincksieck, 1978, ISBN 2252020881 ;
  • (en) Marie-Paule Laden, Self-Imitation in the Eighteenth-Century Novel, Princeton University Press, 1987, ISBN 0691067058 ;
  • Georges May, Le Dilemme du roman au XVIIIe siècle, 1715-1761, New Haven, Yale University Press, 1963 ;
  • Ulla Musarra-Schrøder, Le Roman-mémories moderne : pour une typologie du récit à la première personne, précédé d’un modèle narratologique et d’une étude du roman-mémoires traditionnel de Daniel Defoe à Gottfried Keller, Amsterdam, APA, Holland University Press, 1981, ISBN 9030212365 ;
  • Vivienne Mylne, The Eighteenth-Century French Novel, Techniques of illusion, Cambridge, Cambridge University Press, 1965, ISBN 0521238641 ;
  • Valérie Raoul, Le Journal fictif dans le roman français, Paris, Presses universitaires de France, 1999, ISBN 2130496326 ;
  • Michael Riffaterre, Essais de stylistique structurale, Paris, Flammarion, 1992, ISBN 2082101681 ;
  • Jean Rousset, Forme et signification, Paris, Corti, 1962, ISBN 2714303560 ;
  • Jean Rousset, Narcisse romancier : essai sur la première personne dans le roman, Paris, J. Corti, 1986, ISBN 2714301398 ;
  • (en) English Showalter, Jr., The Evolution of the French Novel (1641-1782), Princeton, N. J. : Princeton University Press, 1972, ISBN 0691062293 ;
  • (en) Philip R. Stewart, Imitation and Illusion in the French Memoir-Novel, 1700-1750. The Art of Make-Believe, New Haven & London, Yale University Press, 1969, ISBN 0300011490 ;
  • Jean Sgard, L’Abbé Prévost : Labyrinthes de la mémoire, Paris, PUF, 1986, ISBN 2130392822 ;
  • Loïc Thommeret, La Mémoire créatrice. Essai sur l’écriture de soi au XVIIIe siècle, Paris, L'Harmattan, 2006, ISBN 9782296008267 ;
  • (en) Martin Turnell, The Rise of the French novel, New York, New Directions, 1978, ISBN 0241101816 ;
  • (en) Ira O. Wade, The Structure and Form of the French Enlightenment, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1977, ISBN 0691052565 ;
  • (en) Ian Watt, The Rise of the Novel, Berkeley & Los Angeles, University of California Press, 1965, ISBN 0520013174 ;
  • (en) Arnold L. Weinstein, Fictions of the self, 1550-1800, Princeton, N.J. : Princeton University Press, 1981, ISBN 0691064482 ;
  • Agnes Jane Whitfield, La Problématique de la narration dans le roman québécois à la première personne depuis 1960, Ottawa, Bibliothèque nationale du Canada, 1983, ISBN 0315083271.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]