Philippe Hamon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Hamon est un célèbre universitaire français. Professeur émérite en Sorbonne-Nouvelle.

Spécialiste de la théorie littéraire, auteur d'essais sur la poétique du récit (notamment la description et l'ironie) et l'esthétique du roman réaliste et naturaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1940, Philippe Hamon a fait des études supérieures à la Sorbonne.

Il est agrégé de l'Université (1966) et Docteur d'État (1981). Il a enseigné la stylistique, la théorie littéraire et l'histoire littéraire du XIXe siècle à l'Université de Rennes II, puis à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3.

Il a été Vice-Président en Sorbonne-Nouvelle et Président de la 9e section du CNU, et a dirigé le Centre d'études sur Zola et le naturalisme (ITEM, CNRS).

Il a dirigé le Centre Zola (CNRS-ITEM) et fait partie des membres du Centre de Recherches sur les Poétiques du XIXe siècle (CRP19).

Succédant à Max Milner et à Stéphane Michaud, il a été de 2004 à 2012 le Président de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD).

Il a été le directeur de nombreuses thèses concernant l'histoire littéraire et culturelle du XIXème siècle qui ont fait l'objet de publications ( Daniel Compère, Daniel S. Larangé, Dominique Pety, Chantal Pierre-Gnassounou, Georges Kliebenstein, Vincent Jouve, Olivier Lumbroso, Boris Lyon-Caen, Philippe Ortel, Marie-Ange Voisin-Fougère...)

Membre du conseil de rédaction des revues: Poétique, Les Cahiers Naturalistes, Romantisme.

Il a enseigné comme professeur invité dans plusieurs universités étrangères (Ann Arbor, Yale, San Diego, Le Caire, Helsinki...) et est l'auteur de nombreux articles, publiés dans diverses revues françaises et étrangères, et traitant de problèmes de théorie littéraire ou concernant des écrivains du XIXème siècle (Zola, Taine, Maupassant, Rimbaud, Robida...)

Des recueils de ses articles ont été publiés en Italien, en portugais, en néerlandais, et certains essais traduits en anglais et en arabe.

Un volume de Mélanges, Les Lieux du réalisme (Paris, Presses de l'Université de la Sorbonne Nouvelle, sous la direction de Vincent Jouve et d'Alain Pagès, 2005) lui a été consacré (contributions de Henri Mitterand, Jacques Dubois, Antoine Compagnon, Peter Brooks, Pierre-Louis Rey, Jean-Louis Cabanès...), qui contient une bibliographie complète (jusqu'en 2004) de ses publications.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Pour un statut sémiologique du personnage (revue Littérature, 1972 ; réédité dans Poétique du récit, Seuil, 1977)
  • Du Descriptif (Hachette, 1981; 1993)
  • Le Personnel du roman (Genève, Droz, 1983 ; réédition 1998)
  • Texte et idéologie (PUF, 1984 ; réédition 1996)
  • La Description littéraire (Macula, 1991)
  • La Bête humaine de Zola (Foliothèque, Gallimard, 1994)
  • Expositions, Littérature et architecture au XIXe siècle (Corti, 1995)
  • L'Ironie littéraire, essai sur les formes de l'écriture oblique (Hachette, 1996)
  • Dictionnaire Le Robert des grands écrivains de langue française (Paris, Le Robert, 2000)
  • Dictionnaire thématique de la littérature de mœurs au XIXème siècle (en collaboration avec A.Viboud, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003. Nouvelle version augmentée en 2008).
  • Imageries, littérature et image au XIXème siècle (Corti, 2001 ; édition revue et augmentée de quatre chapitres, 2007)
  • Le signe et la consigne, essai sur la genèse de l’œuvre en régime naturaliste, Zola (en collaboration avec O.Lumbroso, H. Mitterand, A.Pagès, Ch. Pierre-Gnassounou- Genève, Droz, 2009)
  • Puisque réalisme il y a (Neuchatel, La Baconnière, 2015) (recueil d'articles)
  • Préfaces ou Dossiers à plusieurs éditions, en Livre de Poche ou chez d'autres éditeurs, de romans de Goncourt (Chérie, en collaboration avec Jean-Louis Cabanès) ou de Zola (Thérèse Raquin, La faute de l'Abbé Mouret, Le Ventre de Paris, La Joie de vivre, Son Excellence Eugène Rougon).

Liens externes[modifier | modifier le code]