Boucharde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boucharde
Surface bouchardée

La boucharde est un marteau à une ou deux têtes interchangeables en acier, composées chacune d’un damier de pointes pyramidales dites en « pointe-de-diamant ». Pour s'en servir, l'ouvrier frappe du plat de ses têtes les parements dégrossis à la pioche de manière à en détacher les aspérités. Sur différents travaux hydrauliques, les parements des pierres sont entièrement terminés au moyen de la boucharde fine avec laquelle on les frappe entre quatre ciselures parfaitement régulières qui forment les arêtes des pierres.

La boucharde désigne aussi un outil de fer long, dont l'extrémité inférieure est acérée, taillée à pointes-de-diamant, et qui sert à layer, ou dresser les parements de la pierre[1].

À Paris, en 1862, les parements des pierres sont layés, c'est-à-dire dressés au marteau bretté puis passés à la ripe. Plusieurs constructeurs préfèrent ce dernier mode de travail en objectant que la boucharde meurtrit la surface des parements et en facilite l'éclat à la gelée. Il semble toutefois que les parements bouchardés ne s'écaillent à la gelée que quand les pierres ne sont pas d'une grande dureté mais que pour les pierres très dures la boucharde n'est pas plus nuisible que le marteau[2].

On se sert aussi de la boucharde pour dégrossir les parements dont on enlève ensuite les aspérités au moyen du marteau bretté après lequel on passe le côté denté de la ripe puis le côté uni pour terminer la taille.

Actuellement, on boucharde les plaques de parement en pierre de certaines façades, des dalles de sol, en pierre ou en béton. Le bouchardage donne à la surface un aspect granuleux esthétique et pour les dalles de sol et marches d'escalier, des propriétés antidérapantes.

Le bouchardage se réalise aussi au moyen de machines.


Notes[modifier | modifier le code]

  1. Morisot J.M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment, Carilian, 1814. Books google
  2. J. P. Douliot, F. M. Jaÿ, J. Claudel, L. A. Barré. Traité spécial de coupe des pierres. Dunod, 1862. (Livre numérique Google)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :