Mo' Better Blues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mo' Better Blues

Réalisation Spike Lee
Scénario Spike Lee
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
40 Acres & A Mule Filmworks
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1990
Durée 129 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mo' Better Blues est un film américain de Spike Lee sorti en 1990.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1969, Bleek Gilliam a 12 ans quand il commence son initiation à la trompette. 20 ans plus tard, il a formé son quintette et joue avec passion. À tel point qu'il ne fait guère attention à son entourage, ignorant ses groupies Indigo et Clarke, et laissant son impresario Giant s'endetter au point de leur attirer des ennuis à tous deux...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : Universal Pictures
Drapeau de la France France : United International Pictures

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Music from
Mo' Better Blues

Bande originale par Branford Marsalis Quartet & Terence Blanchard
Sortie
Durée 37:20
Genre Terence Blanchard
Label Sony Music

La bande originale est composée et interprétée par Terence Blanchard et le Quartet de Branford Marsalis. L'album a été nommé au Soul Train Music Awards dans la catégorie meilleur album de jazz en 1991. Cet album ne contient pas les compositions de Bill Lee, le père du réalisateur, qui travaille pour la dernière fois sur un film de son fils.

Liste des titres
  1. "Harlem Blues" (voix : Cynda Williams) 4:50
  2. "Say Hey" 3:18
  3. "Knocked Out the Box" 1:35
  4. "Again, Never" 3:54
  5. "Mo' Better Blues" 3:40
  6. "Pop Top 40" (voix : Denzel Washington, Wesley Snipes) 5:40
  7. "Beneath the Underdog" 5:07
  8. "Jazz Thing" (Gangstarr, Kenny Kirkland, Robert Hurst) 4:48
  9. "Harlem Blues (A cappella version)" (voix : Cynda Williams) 4:46

Distinctions[modifier | modifier le code]

Controverse[modifier | modifier le code]

Pour le portrait des propriétaires du club Moe et Josh Flatbush, Spike Lee s'attira les foudres d'organisations juives comme Anti-Defamation League. L'association déplore des stéréotypes antisémites en ironisant sur le fait que Spike Lee s'est largement fait connaître en dénonçant les stéréotypes et préjudices raciaux et qu'il a employé les mêmes tactiques qu'il contestait[3].

Spike Lee répond alors dans un éditorial dans le The New York Times[4]. Il y déplore qu'Hollywood a toujours écrit des rôles de souteneurs, de meurtriers, de prostituées, de prisonniers, de violeurs ou de toxicomanes pour les Afro-Américains. Il ajoute que les scènes avec les frères juifs Flatbush n'occupent que 10 minutes de son film, durée infime en comparaison de 100 ans de films hollywoodiens racistes et antisémites.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]