Minbar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minbar (planète).
Mihrab et minbar de la mosquée du sultan mamelouk An-Nâsir Muhammad ben Qalâ'ûn dans la citadelle du Caire (1318).
Minbar de la Grande Mosquée de Kairouan ; cette chaire du IXe siècle, protégée par un panneau de verre, se trouve à son emplacement d'origine dans la salle de prière et elle est toujours utilisée pour le sermon du vendredi.

Le minbar (arabe منبر : chaire, estrade, tribune,) est une sorte d'escabeau servant de chaire d'où le khatib (imam ou mollah) fait son serment (khutba) lors de la prière du vendredi (jumu`ah) dans une mosquée. Il est un élément important de la salle de prières avec le mihrab.

C'est dans la Grande Mosquée de Kairouan, en Tunisie, que se trouve le plus ancien minbar du monde musulman encore conservé in situ. Datant du IXe siècle (vers 862) et se distinguant par une grande richesse ornementale, il se compose de plus de 300 pièces sculptées et assemblées en bois de teck[1]. Remarquable par la finesse de son exécution, le minbar de la Grande Mosquée de Kairouan constitue l'un des chefs-d'œuvre de l'art du bois en terre d'islam[1].

L'un des plus célèbres est le minbar de la Koutoubia daté de 1137. Ce minbar, importé de Cordoue, était à l'origine dans la mosquée de la Fontaine érigée par Ali ibn Yussuf, souverain almoravide. Il fut, par la suite déplacé dans la Koutoubia par les Almohades[2]. Il est décoré d'une marqueterie à décor géométrique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Minbar de la Grande Mosquée de Kairouan, Qantara
  2. Michel Abitbol, Histoire du Maroc, Paris, Perrin,‎ 2009 [détail des éditions], p. 70

Voir aussi[modifier | modifier le code]