Mesnil-Saint-Loup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mesnil-Saint-Loup
Vue aérienne de Mesnil-Saint-Loup (2005).
Vue aérienne de Mesnil-Saint-Loup (2005).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Aube
Arrondissement Nogent-sur-Seine
Canton Marcilly-le-Hayer
Intercommunalité Communauté de communes de l'Orvin et de l'Ardusson
Maire
Mandat
Michaël Simon
2014-2020
Code postal 10190
Code commune 10237
Démographie
Gentilé Mesnillat(e)s
Population
municipale
573 hab. (2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ N 3° 46′ E / 48.3, 3.76 ()48° 18′ Nord 3° 46′ Est / 48.3, 3.76 ()  
Superficie 11,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Mesnil-Saint-Loup

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Mesnil-Saint-Loup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mesnil-Saint-Loup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mesnil-Saint-Loup

Mesnil-Saint-Loup est une commune française située dans le département de l'Aube, en région Champagne-Ardenne.

Ses habitants sont appelés les Mesnillats.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mesnil-St-Loup, canton de Marcilly le Hayer – au territoire : le cloître, le cortin d’riole, la Haute Borne, les Hôpitaux, Opterre.-Cadastre de 1831.

Toponymie[modifier | modifier le code]

« Mesnil », toponyme très répandu en France, à partir de Mansionem, le bas latin a créé un nouveau terme dérivé du mot latin mansionile [1], diminutif de mansio, demeure, habitation, maison. Devenu en français médiéval maisnil,mesnil, « maison avec terrain » [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquités et origine[modifier | modifier le code]

On a trouvé au finage quelques monnaies gauloises des Leuques et des Senones.

En 1208, la paroisse est composée d’environ 50 feux. Saint Loup, archevêque de Sens, 1er septembre, est le patron titulaire de l’église, qui solennise l’anniversaire d’une dédicace propre le 25 octobre de chaque année.

Les Templiers au Mesnil[modifier | modifier le code]

Vers 1128, les Templiers ayant reçu leur règle de la main de saint Bernard au concile de Troyes, vinrent fonder une maison de leur ordre au sommet d’un plateau alors couvert de forêts et ils nommèrent leur établissement : Mesnillum Sancti Lupi, d’où le nom de Mesnil-Saint-Loup (on écrivait jadis Mesnillum, Mainillum ou Mesnile, en français Maisnil, Maigny, Mesnil. Le mot latin désignait une ferme ou maison d’habitation.)

Après 1187, l’ordre du Temple prend un développement considérable et devient dans la Champagne Méridionale, le plus riche, le plus répandu de tous les ordres religieux. Ils exploitaient les minerais de fer des régions des maisons de Mesnil Saint Loup des grès verts entre Vendeuvre et Piney.

Maison de Mesnil Saint Loup, maison considérable dont l’emplacement couvert de débris de constructions a conservé le nom de Cloitre et est encore circonscrit de chemins. Cet emplacement est depuis longtemps livré à la culture. Les Templiers, dès 1162 se retrouvèrent au Mesnil. La seigneurie du Mesnil passa à la commanderie de Coulours après 1314[3].

Mais d’où vient le vocable de saint Loup, archevêque de Sens ? Question difficile à résoudre : toutefois on peut conjecturer que Hugues de Payns, fondateur des Templiers, ayant son fils Thibault moine à Sainte-Colombe de Sens, eut par lui une relique de Saint Loup, en l’honneur duquel les Templiers construisirent l’église de leur communauté (Le corps de Saint Loup, archevêque de Sens, était gardé par les bénédictins de Sainte Colombe. Thibault de Pahenz (ou Pains) devint abbé de Sainte Colombe en 1139 et mourut en 1148. Plusieurs églises importantes de la région sont sous le vocable de saint Loup.)

Anciennes circonscriptions civiles[modifier | modifier le code]

Vers 1290 on comptait environ 50 feux. En 1789, le Mesnil-St-Loup dépendait de l’intendance et de la généralité de Chalons, élection de Troyes, et du bailliage de Troyes, en la châtellenie de Villemaur. Il y avait en 1787, 216 habitants (31 laboureurs et 16 manoeuviers), 200 en 1790. Pendant la période intermédiaire, la commune a fait partie du canton de Villadin, jusqu’en l’an IX. On l’appelait alors Mesnil haut.

Le village s’étend au sud de l’église, distribué en pente de l’ouest à l’est, figurant un rectangle assez régulier. Ce rectangle est dessiné et sillonné par des rues, bordées de maisons qui ont chacune leur jardin attenant. Au centre se trouve une sorte de terrasse, nommée le Terreau.

Seigneurie[modifier | modifier le code]

La seigneurie appartenait jadis aux Templiers, et dès 1162, si l’on en croit Courtalon[4], qui répète ce que Chèvre de la Charmotte avait écrit[5], Mannier dit aussi que les Templiers y avaient des biens dès le XIIe siècle[6].

En 1208, Raoul Britaud et sa femme Marguerite donnèrent aux Templiers du Mesnil St Loup tout ce qu’ils avaient au moulin du Vicomte à Provins ; ils leur vendirent tout ce qu’ils avaient au dit lieu du Mesnil, en la rue dite « Pute Aoite » pour 360 l de provinois[7].

Un plan, de 1774, indique auprès de l’église, une pièce de terre dite le cloître[8]. On y a trouvé des substructions. C’est vraisemblablement l’emplacement de l’ancienne maison des Templiers, qui fut détruite au commencement du XVe siècle et qui ne semble pas avoir été rétablie[9]. Cette seigneurie dépendait de la commanderie de Coulours. Le plan de 1774 lui donne une superficie de 2 516 arp 37 cordes et 11 pieds. Quelques droits ont appartenu à des laïcs.

Vers 1368, Nicaise de Lailly, seigneur de la Motte d’Oiselet près de Villemaur, avait au dit lieu d’Oiselet des terrages dont une partie appartenait « aux écuyers du Mesnil Saint Loup »[10]. En 1789, Marie Nicole de Lescey, veuve de François, comte de Val, se qualifiait dame du Mesnil Saint loup[11]. Elle était peut-être locataire : en 1783, le domaine des Hospitaliers était loué pour 1 400 l.. (Mannier, op et loco cit)

Dévolution aux Hospitaliers[modifier | modifier le code]

« Les Templiers subsistèrent au Mesnil jusqu’à l’extinction de leur ordre (1312), et y furent remplacés par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ceux-ci conservèrent la seigneurie du Mesnil jusqu’à la Révolution française et eurent toujours la nomination du curé (qui était tantôt un profès ou novice de l’Ordre, tantôt un prêtre séculier désigné par le grand prieur de France). Le terrain qu’ils habitaient s’appelle encore aujourd’hui ; le Cloitre. La maison de Mesnil Saint Loup relevait de la commanderie de Coulours dans l’Yonne.

Paroisse[modifier | modifier le code]

Le Mesnil était une cure du diocèse de Troyes, doyenné de Villemaur, à la présentation du Grand Prieur de France. Le curé était décimateur, au 21e compte. C’était sans doute par abandon du patron de la paroisse, car en 1594 les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem donnaient encore les dîmes à bail[12].

En 1761, la cure avait un revenu de 900 l[13]. L’église, sous le vocable de saint loup de Sens, date du XIIe siècle.

Son plan est rectangulaire, sauf la saillie de l’abside. Celle-ci est semi-circulaire ; autrefois elle était voûtée en cul de four ; aujourd’hui elle est plafonnée. Dans la nef, la charpente était apparente ; un plafond la couvre également[14] (ce qui précède doit s’entendre de l’ancienne église, la seule qu’ait connue M. d’Arbois, dont le répertoire archéologique parut en 1861, et qu’il y aurait lieu de compléter par l’intéressante étude de M. Duhem, Les églises disparues du département de l’Aube[15]).

Il n’en subsiste que le sanctuaire. Menaçant ruine et trop exiguë pour les besoins d’une paroisse que son curé, M. André -devenu peu après le Père Emmanuel- homme d’une extraordinaire activité pastorale, avait complètement transformée, elle fut remplacée par un nouvel édifice, commencé en 1864, sur les plans de M. Roussel, architecte à Troyes. Achevée dans son gros œuvre dès 1866, cette église fut bénie le 10 juin 1866 ; mais les travaux d’aménagement durèrent jusqu’en 1899. On y voit, aux parois du chœur, des peintures du maître Henri Charlier. C’est le lieu d’un pèlerinage très fréquenté de toute la région à Notre Dame de la Sainte Espérance.

Industrie[modifier | modifier le code]

En 1787, il y avait au Mesnil-Saint-Loup six tisserands et trois bonnetiers, la plus grande partie des femmes et des filles étaient occupée à la filature du coton[16].

Le maître d’école, outre le logement, recevait de chaque laboureur 2 boisseaux, moitié froment et moitié seigle, et de chaque manœuvrier un boisseau[17].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 1659, à la requête de Jean Laliat, procureur fiscal, condamne à l’amende et aux despens avec deffence de récidiver, un particulier de Dierré-Saint-Père et sa famille, pour avoir en ce jour faucillé et conduit chez luy une voiture de sarrazin, provenante d’une pièce de terre à luy appartenante sur le terroir du Mesnil. (la raison de cette condamnation c’est que la dédicace était fête d’obligation pour le Mesnil et pour tout son territoire.)

Au centre du village se trouve une sorte de terrasse, nommée le terreau, ombragée de beaux arbres, parmi lesquels un très vieux tilleul qu’on dit avoir été planté sous Henri IV par les ordres de Sully vers 1600-1620.

Non loin de l’église, vers le nord, dans la région appelée le Cloitre, se dressait encore, au commencement du siècle dernier, une vieille tour, reste du château de Mesnil-Saint-Loup ; car Mesnil-Saint-Loup avait un château appartenant aux chevaliers, auquel se rattache un fait historique vraiment curieux. C’est là que Cinq-Mars et de Thou se donnèrent rendez vous pour dresser leur complot contre le cardinal de Richelieu. L’endroit était assez solitaire, assez perdu, pour servir d’asile à des conspirateurs.

Nom révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Mesnil-Haut[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1909 1912 Ernest Huguenot    
1912 1926 Savinien Bécard    
1927 1935 Raymond Bécard    
1935 1959 Clément Bécard    
1959 1971 Mary Velut    
1971 1995 Hubert Velut    
mars 1995 mars 2001 Jean-Marie Huguenot    
mars 2001 mars 2014 Claude Gasner    
mars 2014 en cours Michaël Simon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 573 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
232 224 250 228 292 345 355 369 358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
322 350 385 392 365 371 360 372 360
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
314 290 278 269 286 288 290 314 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
400 462 480 498 507 523 539 540 573
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2004[19].)
Histogramme de l'évolution démographique


L’ancienne église de Mesnil-Saint-Loup[modifier | modifier le code]

Ancienne église de Mesnil-Saint-Loup en 1864 par Fichot
Ce qui reste de l'église aujourd'hui... le chœur et la sacristie

Démolition de l’ancienne Église - Délibérations du conseil municipal du 8 février 1866

L’an mille huit cent soixante six, le huit du mois de février, le conseil municipal de la commune de Mesnil St Loup réuni en session ordinaire sous la présidence de Monsieur le maire au lieu habituel de ses séances. Présents, Messieurs Courtois Toussaint, Courtois Tranquille, Choiselat Onésime, Velut Nicolas, Velut Gauvain, Simon Florentin, Bécard Frédéric, Legrand …. et Bécard Amand, maire. Monsieur le maire donne communication au Conseil Municipal de Mesnil St Loup d’une lettre de Monsieur le Sous-Préfet de Nogent-sur-Seine en date du 2 février courant, du rapport de Monsieur Roussel, architecte du département relatif à l’état de l’église paroissiale, ensemble du devis estimatif des travaux à faire pour l’appropriation prochaine au culte divin de notre nouvelle église et l’appelle à donner son avis sur ces pièces. Le conseil estime : 1° - Au sujet du rapport de M. Roussel sur l’état de l’ancienne église que le rapport est d’une parfaite exactitude et que de jour en jour il devient de plus en plus urgent de procéder à la démolition de cet édifice, attendu qu’un éboulement ne pourrait que compromettre la vie des habitants de la commune s’il avait lieu dans le temps d’un office, ou perdre la valeur des matériaux, comme bois de charpente, tuiles, cela en quelque temps qu’il arrive. 2° - Au sujet du devis dressé par M. Roussel, le conseil estime que ce devis présente un ensemble de travaux certainement urgents, les uns cependant plus immédiatement que les autres. Pour mieux préciser sa pensée, le conseil prenant le devis partie par partie est d’avis - sur la première partie relative à la fermeture des fenêtres que les travaux prévus par M. Roussel sont immédiatement urgents. - sur la deuxième partie relative au solivage et au plancher de la grande nef que cette partie du devis peut être différée jusqu’au dernier mois de la présente année et qu’il suffira que le plancher soit exécuté avant les froids de l’hiver prochain. - sur la troisième partie relativement à l’établissement d’un sol sur toute la surface de l’église, le conseil juge que les habitants fournissant gratuitement les cailloux nécessaires aux travaux prévus par le devis, attendu que les temps pluvieux qui durent depuis quelque temps ne permettent pas de si tôt de pouvoir faire des charrois dans les champs et que d’autre part les travaux agricoles vont être prochainement repris, attendu que la commune a déjà fait considérablement de semblables travaux par corvées volontaires et qu’il en coûterait à M. le maire de demander aux habitants un nouveau sacrifice après tous ceux qui ont déjà été faits. Sur ce point donc considérant que l’achat de cailloux augmentant considérablement la dépense prévue au devis, de 670 francs la porterait au moins à 750 francs. Le conseil pense qu’il serait moins coûteux et plus ….. de se contenter pour le moment d’un carrelage, lequel pourrait même ne s’étendre qu’à la grande nef et au sanctuaire, les bas-côtés pouvant attendre au moins un certain temps. Un torchis établi pour fermer la partie du sanctuaire qu’on se propose de conserver de l’ancienne église serait convenable, il est vrai, mais la terre du Mesnil ne vaut rien pour ces sortes de construction de sorte que le conseil estime qu’un ….. Serait tout au plus aussi coûteux mais plus convenable. Sur les autres parties du devis, le conseil estime qu’il n’a aucune observation à faire et l’admet tel qu’il est rédigé par M. Roussel. Enfin, prenant le devis dans son ensemble, sauf les modifications ci-dessus, le conseil demande la mise à exécution le plus tôt possible et prie M. le Préfet de vouloir bien permettre que tous ces travaux s’exécutent économiquement sous la direction et la surveillance de M. l’architecte du département. 3° - En réponse à la lettre de M. le Sous-Préfet, le conseil, qui demande à grands cris l’exécution des travaux, doit cependant faire l’aveu qu’il a l’impossibilité de trouver dans les fonds communaux ce qui n’y est pas; la commune actuellement n’ayant guère que des dettes. Toutefois le conseil croit ne pas manquer à la modestie en portant à la connaissance de l’administration que depuis le commencement des travaux de la nouvelle église, les habitants ont fourni généreusement de leur travail et de leur bourse, au point que la part prise par eux est évaluée au moins à huit mille francs. Très reconnaissant de l’allocation de 500 francs promise par M. le Préfet, sachant d’ailleurs combien généreusement l’administration vient au secours des communes pauvres quand il s’agit des édifices nécessaires aux habitants, surtout des églises, le conseil demande humblement à M. le Préfet d’élever à la somme de 1000 francs l’allocation promise. Cette somme jointe à ce que nous espérons de la charité publique qui seule nous a rendu possible la construction de la nouvelle église permettra de commencer immédiatement les travaux et de les poursuivre partie par partie jusqu’à la complète exécution du devis. L’administration nous ayant en maintes circonstances fourni le tiers des sommes nécessaires à nos dépenses communales extraordinaires accueillera d’autant mieux notre demande de ce jour, vu que nous ne demandons guère que le huitième de ce que les habitants ont déjà fourni du leur pour les travaux de l’église, et à peine le cinquantième du chiffre de la dépense totale que la charité publique nous a rendu possible.

Fait et délibéré à Mesnil Saint Loup

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le Père Emmanuel André (1826-1903)

Emmanuel André

Ernest André naît en 1826 à Bagneux-la-Fosse (Aube) dans un foyer modeste et passe son enfance aux Riceys. Il y est marqué par le souvenir de la présence des moines, avant la Révolution, à l’abbaye de Molesme.

Après ses études au Séminaire de Troyes, il est ordonné prêtre (22 décembre 1849) et nommé curé de Mesnil saint-loup, une petite paroisse pauvre de la Champagne crayeuse. Cette terre aride se montrera étonnamment fertile à son action pastorale.

Emmanuel André

Le 5 juillet 1852, l’abbé André obtient du pape Pie IX l’institution d’une fête annuelle dans sa paroisse, sous le nom ’Notre-Dame de la Sainte-Espérance’ ; titre bientôt enrichi de l’invocation "Convertissez-nous". Appuyé sur cette dévotion mariale mais aussi sur un vif souci d’instruire - enseignement du latin, formation à la liturgie, à la bible, aux richesses de l’Orient chrétien -, le zèle apostolique du curé du Mesnil obtient peu à peu la transformation de sa paroisse, non sans luttes ni résistances pourtant.

En même temps qu’il édifie une nouvelle église paroissiale proportionnée au culte de Notre-Dame de la Sainte-Espérance et notamment aux foules qui affluent au pèlerinage d’octobre, l’abbé André, rejoint par l’abbé Paul Babeau met à exécution son projet déjà ancien d’embrasser la vie monastique. Le 30 novembre 1864, son évêque lui donne, avec l’habit bénédictin, son nom de religieux, sous lequel il passera à la postérité, Père Emmanuel. Quelques jeunes se joignent aux deux fondateurs. Un petit monastère s’élève bientôt (1872), à l’ombre de l’église paroissiale. Encore quelques années, et c’est une communauté de Sœurs bénédictines de Notre-Dame de la Sainte-Espérance qui voit le jour (1878).

Il faut pourtant attendre encore une dizaine d’années avant que les deux communautés entrent officiellement dans la lignée de saint Benoît, par leur admission dans la Congrégation de Mont-Olivet : le 5 août 1886, le Père Emmanuel, revêtu de l’habit blanc de cette Congrégation, émet sa profession bénédictine à Settignano, près de Florence, avant de revenir dans son petit monastère. En 1892, il est nommé Abbé de Notre-Dame de la Sainte-Espérance. Après quelques années d’un épanouissement relatif de son œuvre monastique, le fondateur voit le climat politique s’assombrir en même temps qu’il sent ses forces décliner. Il meurt le 31 mars 1903, à l’heure où les congrégations religieuses sont légalement sommées de disparaître ou de s’exiler : les monastères du Mesnil sont alors en pleine liquidation judiciaire et les deux communautés dissoutes. Ce sera l’honneur d’un disciple du Père Emmanuel, le Père Bernard Maréchaux (1849-1927), de sauvegarder l’avenir et de transmettre vivante la flamme reçue.

Henri Charlier
  • Le peintre et sculpteur français Henri Charlier (1883-1975) a vécu à Mesnil-Saint-Loup.
  • L'humoriste Jean-Marie Bigard fut mis en pension dans le collège privé de Mesnil-Saint-Loup

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat, Les noms de lieux, origine et évolution, Libraire Delagrave, Paris, 1926, p. 153.
  2. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  3. Tiré de « Les Templiers et leurs établissements dans la Champagne Méridionale », réf 106029 page 20 et introduction
  4. topographie historique III, 162
  5. évéché troyes, MS Chèvre de la marmotte, p. 495
  6. commanderie Grand prieuré de France 323
  7. carrière, hist et cartul Templiers Provins, numéro CV
  8. Yonne, H2221 bis, p. 51
  9. Mannier, cit, 323
  10. aube, E 152 provis f74 v
  11. Boutiot, noblesse baill troyes aux états généraux, 1789, p. 19
  12. Aube, 31 H 9
  13. Évêché de Troyes, pouillé de 1761, p.157
  14. Arbois répert archéol 85
  15. mémoire sociale de l’académie de l’Aube, 1933-34, p 34-35
  16. aube, c 1553
  17. Vernier, cahiers de doléances, II, 293
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Mesnil-Saint-Loup », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 28 décembre 2012)
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :