Pascal Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon.
Pascal Simon
Image illustrative de l'article Pascal Simon
Informations
Nom Pascal Simon
Date de naissance 27 septembre 1956 (58 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe professionnelle
1979-1981
1982-1986
1987
1988-1989
1990-1991
Peugeot-Esso-Michelin
Peugeot-Shell-Michelin
Z
Système U
Castorama

Pascal Simon, né le 27 septembre 1956 à Mesnil-Saint-Loup, est un coureur cycliste français. Pascal Simon est le frère de Régis, François et de Jérôme Simon, tous trois anciens coureurs cyclistes professionnels.

Carrière[modifier | modifier le code]

En tant qu'amateur, il devient en 1974 champion de France junior sur route et en 1978, champion de France militaires de cyclo-cross.

Professionnel de 1979 à 1991, il totalise 17 victoires. Il a participé à onze Tours de France, avec pour meilleur classement final une septième place en 1984. Il a remporté une étape du Tour 1982. Il a porté pendant sept jours le maillot jaune durant le Tour 1983, mais doit abandonner sur blessure. Lors du Critérium du Dauphiné libéré 1983, il est contrôlé positif au Micorene[1] et déclassé.

Tour de France 1983[modifier | modifier le code]

Il signe l'exploit de sa carrière lors de la dixième étape qui mène à Bagnères-de-Luchon. Dans une journée qui voit les coureurs franchir les cols d'Aubisque, du Tourmalet, de l'Aspin et de Peyresourde, et qui provoque des défaillances et de gros écarts. Il attaque dans l'Aspin et s'empare du maillot jaune, à l'issue de l'étape, dont il prend la troisième place, derrière son beau-frère Robert Millar, vainqueur du jour. Au classement général, Laurent Fignon, le deuxième est à min 22 s[2]. En l'absence de Bernard Hinault, quadruple vainqueur du Tour[N 1], de grands espoirs de victoire finale s'offrent à lui. Mais le lendemain, il est victime d'un accrochage entre Bernard Bourreau et Jonathan Boyer. En voulant éviter Bourreau, il glisse sur des graviers et chute. Le communiqué médical annonce un trait de fracture de la partie moyenne de l'omoplate gauche[3]. Il repart le jour suivant de Fleurance et résiste durant cinq jours. Au matin de l'étape du Puy-de-Dôme, il compte encore min 14 s d'avance sur Fignon[4]. Ne pouvant utiliser sa main gauche, il ne peut tirer correctement sur son guidon et concède min 22 s à Fignon, dans le contre-la-montre de ce jour-là. Il repart le lendemain en ayant sauvé son maillot jaune pour 52 s[5]. Mais il doit abandonner durant la dix-septième étape, entre La Tour-du-Pin et L'Alpe d'Huez, dans la côte de La Chapelle-Blanche, au km 96[6]. Pour la neuvième fois depuis la création du Tour de France, une étape se termine sans maillot jaune[réf. nécessaire].

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Amateur
    • 1971-1978 : 82 victoires
  • 1974
    • Drapeau : France Champion de France junior
  • 1978
    • Paris-Vailly

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

11 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Hinault remportera son cinquième Tour en 1985.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Analeptique respiratoire. Source Biam
  2. (es) « Clasificaciones oficiales », El Mundo Deportivo,‎ 12 juillet 1983 (lire en ligne)
  3. « Une croix sur le maillot jaune », article publié dans le quotidien L'Équipe du jeudi 4 juillet 2013.
  4. (es) « Clasificaciones oficiales », El Mundo Deportivo,‎ 16 juillet 1983 (lire en ligne)
  5. (es) « Clasificaciones oficiales », El Mundo Deportivo,‎ 17 juillet 1983 (lire en ligne)
  6. (es) « Los hechos cruciales », El Mundo Deportivo,‎ 19 juillet 1983 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]