Langage sifflé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Des populations du monde entier utilisent des formes complémentaires de la langue qu'on appelle langues sifflées ou plus justement paroles sifflées car elles utilisent les modulations du sifflement à la place de celles des vibrations des cordes vocales.

Description[modifier | modifier le code]

Elles constituent une forme sifflée de la langue parlée car elles en ont la complexité en termes de syntaxe et de vocabulaire[réf. nécessaire]. Elles permettent des communications à plus grande distance que la voix parlée par exemple dans les Pyrénées (autrefois), les îles Canaries (Île de La Gomera) ou en Turquie. Elles permettent de se fondre dans les bruits de la forêt pour organiser la chasse comme en Amazonie, elles servent aussi à tenir des conversations amoureuses comme en Asie du Sud-Est (populations Hmong par exemple)[1].

Plusieurs navigateurs de l'Antiquité ont rapporté que les Guanches, anciens habitants des îles Canaries, pratiquaient, outre leur parler habituel, un langage sifflé, connu actuellement sous le nom de silbo. Celui-ci leur permettait de communiquer de vallée en vallée sur plusieurs kilomètres. Le silbo est encore pratiqué par quelques Canariens qui tentent de remettre cette langue à l'honneur.

Les habitants du village d’Aas (Pyrénées-Atlantiques) communiquaient également en sifflant d’un flanc de vallée à l'autre[2].

Pour d'autres navigateurs, un langage du même type aurait existé dans les vallées andines. Aujourd'hui, leur survie est attestée par les travaux du bioacousticien Julien Meyer, qui a formé un réseau de collaboration interculturelle sur le sujet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) réseau de recherche Le Monde siffle
  2. René Arripe, Les siffleurs d’Aas, Imprimerie de la Monnaie, Pau, 1984

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]