La Chapelle-Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle et Saint-André.
La Chapelle-Saint-André
Le Sauzay à La Chapelle-Saint-André
Le Sauzay à La Chapelle-Saint-André
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Varzy
Intercommunalité Communauté de communes du Val du Sauzay
Maire
Mandat
Janny Siméon
2014-2020
Code postal 58210
Code commune 58058
Démographie
Population
municipale
335 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 42″ N 3° 20′ 43″ E / 47.395, 3.3452777777847° 23′ 42″ Nord 3° 20′ 43″ Est / 47.395, 3.34527777778  
Altitude Min. 195 m – Max. 310 m
Superficie 27,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-André

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-André

La Chapelle-Saint-André est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Entrains-sur-Nohain Corvol-l'Orgueilleux
Courcelles
Rose des vents
Menestreau N Varzy
O    La Chapelle-Saint-André    E
S
Menou Oudan

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurs[modifier | modifier le code]

Famille Le Muet

  • Etienne Le Muet, seigneur en partie de Corbelin (1464)
  • Guillaume Le Muet, fils d'Etienne, seigneur en partie de Corbelin (1471)
  • Jean Le Muet, fils de Guillaume, seigneur de Corbelin
  • Léonard et Philibert Le Muet, fils de Jean, seigneurs de Corbelin (1550)
  • André Le Muet, seigneur de Corbelin (1594)[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jany Siméon   Éducateur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 335 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
817 925 956 957 1 123 1 122 1 155 1 311 1 329
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 370 1 458 1 500 1 517 1 555 1 583 1 589 1 515 1 508
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 412 1 260 1 140 863 796 702 615 608 501
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
478 530 435 386 371 329 338 341 335
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Corbelin,
  • Chapelle de Corbelin : l’ancienne chapelle de Corbelin est un humble édifice du val de Sauzay, voisine du château de Corbelin. Bien que particulièrement remaniée, l’ancienne chapelle au style très dépouillé a conservé quelques témoignages architecturaux caractéristiques du XIIIe siècle : son chevet plat est percé de trois fenêtres en lancette sans meneaux ; le clocher alliant robustesse et simplicité et que coiffe un toit à quatre pans, est flanqué de solides contreforts. À l’intérieur subsiste quelques traces de la voûte en bois du plafond ayant vraisemblablement remplacé une croisée d’ogives.

Le culte fut célébré dans la chapelle de 1240 à 1800. Devenu bâtiment agricole, l’édifice tombait en ruine. Il a été restauré entre 1995 et 1998 par la Caisse Départementale des Monuments et des Sites de la Nièvre (Camosine). Elle est devenue un lieu dédié aux manifestations culturelles : expositions et concerts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Le Muet, seigneurs de Corbelin - dont Etienne, écuyer, seigneur en partie de Corbelin (1464), lieutenant de l'évêque d'Auxerre
  • Pierre de Longueil, au bailliage de Varzy, en 1459[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nobiliaire de Nivernois, Adolphe de Villenaut, 1900
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Abbé Jacques-François Baudiau: " Le Morvand ". t.II, p.197. Ed 3e Paris, Guénégaud, 1965.