La Balme-de-Sillingy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balme.
La Balme-de-Sillingy
Vue de La Balme-de-Sillingy depuis le hameau de La Bâtie. Au premier plan, le plan d'eau.
Vue de La Balme-de-Sillingy depuis le hameau de La Bâtie. Au premier plan, le plan d'eau.
Blason de La Balme-de-Sillingy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement arrondissement d'Annecy
Canton Canton d'Annecy-Nord-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes de Fier et des Usses
Maire
Mandat
François Daviet
2014-2020
Code postal 74330
Code commune 74026
Démographie
Gentilé Balméens
Population
municipale
5 029 hab. (2011)
Densité 305 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 43″ N 6° 02′ 34″ E / 45.9619444444, 6.0427777777845° 57′ 43″ Nord 6° 02′ 34″ Est / 45.9619444444, 6.04277777778  
Altitude Min. 470 m – Max. 590 m
Superficie 16,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
La Balme-de-Sillingy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
La Balme-de-Sillingy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Balme-de-Sillingy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Balme-de-Sillingy

La Balme-de-Sillingy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Rhône-Alpes. Elle fait partie de la Communauté de Communes Fier et Usses (C.C.F.U).

Ses habitants sont appelés les Balméens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Balme de Sillingy se caractérise par son lac et la montagne de la Mandallaz. La commune se situe à une altitude minimale de 470 mètres et son altitude maximale est, quant à elle, de 590 mètres. La commune se trouve à 10 km au nord-ouest d'Annecy.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Depuis 2011, une voie de contournement permet aux voitures d'éviter le centre du bourg.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom est typiquement savoyard, il vient du mot Balme, qui signifie grotte en savoyard : la grotte de Sillingy, la commune de Sillingy étant située à moins de 2 km de là.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Les premières traces de vie humaine à la Balme remontent à 3340 avant J.C..
  • Il existait également un oppidum, attestant la présence des Gaulois dans le passé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les Armes de " la Balme de Sillingy "se blasonnent ainsi : D'or à un mont de sinople percé d'une grotte de sable mouvant de la pointe, accompagné en chef d'une colombe volante d'azur .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La Balme de Sillingy fait partie de la Communauté de communes de Fier et des Usses qui regroupe six autres communes, Sillingy, Choisy, Lovagny, Mésigny, Nonglard et Sallenôves.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1992 mars 2008 Claude Beaubay UMP ...
mars 2008 en cours François Daviet DVD ...
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 029 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
376 410 460 500 685 774 739 761 761
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
759 829 860 908 841 741 715 723 697
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
638 669 624 560 569 554 573 589 1 007
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
1 940 3 075 3 729 4 315 5 029 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin de La Balme-de-Sillingy
  • Le Lac de La Balme
  • La Grotte préhistorique de La Balme
  • L'Église Saint-Martin
  • Le Château de la Balme (XIVe ‑ XVIe siècle), résidence des comtes de Genève[3]. Un autre château, celui de la Bâthie, venait compléter le système défensif du premier sur la route entre Annecy et Genève. Au chef-lieu, il existait deux maisons fortes dont l'une subsiste encore de nos jours.

Évènements[modifier | modifier le code]

  • L'association mini-flots organise chaque année, en juin au lac de La Balme, un rassemblement des clubs de modélisme naval. L'édition de 2010, la 17e a vu la participation de 7 clubs de modélisme naval et plus de 60 bateaux ont fait des démonstrations.
  • Chaque année depuis 2003, la commune organise le Festival des Arts Scéniques durant le mois de mai. Durant une semaine une dizaine de troupes se produisent. Les spectacles se déroulent à l'Espace 2000 ainsi qu'à la Salle George Daviet pour les soirées d'ouvertures et de clôtures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Laurent Perrillat, Brève notice sur les châteaux de La Balme, Dalmaz et Marlioz, octobre 2005, p. 3-5, sur le site d'Académie salésienne (academie.salesienne.free.fr), [PDF] Lire en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :