Kitchevo (Macédoine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kitchevo.
Kitchevo
Кичевo/Kërçovë
Blason de Kitchevo
Héraldique
Le boulevard de la Libération.
Le boulevard de la Libération.
Administration
Pays Drapeau de la Macédoine Macédoine
Région Sud-Ouest
Municipalité Kitchevo
Maire Fatmir Dehari
Code postal 6250
Démographie
Population 30 138 hab. (2002)
Densité 613 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 30′ 46″ N 20° 57′ 32″ E / 41.512691, 20.958799 ()41° 30′ 46″ Nord 20° 57′ 32″ Est / 41.512691, 20.958799 ()  
Superficie 4 914 ha = 49,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Kitchevo

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte administrative de Macédoine
City locator 14.svg
Kitchevo

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte topographique de Macédoine
City locator 14.svg
Kitchevo
Liens
Site web www.kicevo.gov.mk

Kitchevo ou Kičevo (en macédonien Кичево ; en albanais Kërçovë ou Kërçova) est une municipalité et une ville de l'ouest de la République de Macédoine. Elle comptait 56 734 habitants en 2002 et couvre 838 km². La ville en elle-même compte 27 067 habitants, le reste de la population étant réparti dans les villages alentour.

Kitchevo est la prinicipale ville de l'ouest de la Macédoine et elle se trouve dans une région habitée à la fois par des Macédoniens et des Albanais. Les Macédoniens sont majoritaires dans la ville, tandis que les Albanais sont majoritaires dans la municipalité entière.

Géographie[modifier | modifier le code]

La municipalité se trouve dans la vallée éponyme, entourée de hautes montagnes, sur la route qui relie Skopje à Ohrid, qui permet également de rejoindre Bitola. La ville de Kitchevo se trouve par ailleurs sur la ligne ferroviaire de Kitchevo à Skopje. Une extension de la voie ferrée vers Strouga et l'Albanie est en projet[1].

La vallée de Kitchevo est un espace courbe et étroit, fermé à l'ouest par le massif de la Bistra et à l'est par la Souva Gora. Elle compte de nombreuses rivières et en ruisseaux, tous affluents du Vardar[2].

Kitchevo connaît deux climats, un climat continental chaud en dessous de 600 à 900 mètres d'altitude, et un climat montagnard dans les zones plus élevées. La température maximale atteinte est 40,5 degrés, et la température minimale, -23 degrés[1].

En plus de la ville en elle-même, la municipalité compte un grand nombre de villages. Il s'agit de Atichta, Aranguel, Batchichta, Belitsa, Berikovo, Bigor Dolentsi, Brjdani, Boukoytchani, Bidrani, Vranechtitsa, Garani, Golemo Tsrsko, Gorna Douchégoubitsa, Gorno Dobrénoets, Gorno Strogomichté, Grechnitsa, Dlapkin Dol, Dolna Douchégoubitsa, Dolno Dobrénoets, Dolno Strogomichté, Drougovo, Doupyani, Ehloets, Joubrino, Zaïas, Ivantchichta, Izvor, Yavorets, Yagol, Yagol Dolentsi, Youdovo, Karbounitsa, Kladnik, Klénoets, Knéjino, Kozitsa, Kozitchino, Kolari, Kolibari, Krouchitsa, Lavtchani, Lazarovtsi, Lechnitsa, Malkoets, Malo Tsrsko, Manastirsko Dolentsi, Mamoudovtsi, Midintsi, Miokazi, Novo Selo, Oslomeï, Ossoy, Orlantsi, Papradichté, Patets, Podvis, Popoets, Popoljani, Popovyani, Premka, Prostranyé, Rabetino, Rachtani, Retchani, Retchani-Tchelopetchko, Svetoratché, Svinyichté, Srbitsa, Srbyani, Staroets, Streltsi, Taymichté, Traptchin Dol, Touin, Ḱafa, Tser, Tsrvivtsi, Tchelopetsi et Choutovo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kitchevo dans les années 1930

Les origines de Kitchevo sont très mal connues. On sait seulement qu'une ville appelée « Uskana » a existé à proximité pendant l'Antiquité. La ville actuelle est mentionnée pour la première fois en 1018 dans une charte de l'empereur byzantin Basile II. Elle est alors peuplée par les Brsyatsi, une tribu qui vit de l'élevage de bétail. Après la conquête turque à la fin du XIVe siècle, la ville devient un petit centre administratif. Il faut toutefois attendre le XIXe siècle pour que Kitchevo se développe réellement, notamment grâce à des investissements étrangers et à l'extraction minière (cuivre et manganèse). Le centre-ville reçoit alors son organisation actuelle et une forteresse est construite[3].

Lors de l'Insurrection d'Ilinden, qui a lieu en 1903 et vise l'autonomie de la Macédoine dans l'Empire ottoman, la ville se mobilise massivement dans les rangs des insurgés. Le soulèvement s'achève cependant par un échec et c'est en 1912 que la Macédoine quitte définitivement l'empire, pour rejoindre la Serbie[3].

En 1941, la ville est occupée par l'Italie fasciste et elle devient un foyer de la Résistance communiste. Elle est d'ailleurs libérée par les Partisans locaux en 1945, et 555 combattants macédoniens y meurent au combat[3].

En 1996, lors d'une grande réforme administrative, les municipalités de Drougovo, Zaïas, Oslomeï et Vranechtitsa, auparavant parties de Kitchevo, ont été détachées[1]. Cela a entraîné un morcellement de la vallée de Kitchevo, qui s'est retrouvée partagée entre de petites entitées. La réunion des cinq municipalités a cependant été envisagée en 2004, lors d'une nouvelle réforme visant à simplifier la carte administrative du pays. La population macédonienne s'est alors majoritairement opposée à la fusion des municipalités, car la nouvelle grande municipalité de Kitchevo aurait une majorité albanaise[4]. La fusion est finalement acceptée par le parlement en 2008 et elle devient effective lors des élections locales de 2013[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'église orthodoxe de Kitchevo.
Mosquée dans le centre de Kitchevo.

Lors du dernier recensement, effectué en 2002, la municipalité de Kitchevo comptait 30 138 habitants. Depuis, elle a fusionné avec quatre autres municipalités, (Drougovo, Zaïas, Oslomeï et Vranechtitsa). Kitchevo, dans ses dimensions actuelles, comptait donc à la même date 56 734 habitants. La ville en elle-même comptait 27 067 habitants[6].

Selon le recensement de 2002, la composition ethnique de la ville est[6] :

La composition ethnique de la municipalité est[6] :

Administration[modifier | modifier le code]

La municipalité est administrée par un conseil élu au suffrage universel tous les quatre ans. Ce conseil adopte les plans d'urbanisme, accorde les permis de construire, il planifie le développement économique local, protège l'environnement, prend des initiatives culturelles et supervise l'enseignement primaire. Le conseil compte 23 membres. Le pouvoir exécutif est détenu par le maire, lui aussi élu au suffrage universel. Depuis 2013, le maire de Kitchevo est Fatmir Dehari, né en 1974[7].

Suite aux élections locales de 2013, le Conseil de Kitchevo était composé de la manière suivante[7] :

Parti Sièges
Union démocratique pour l'intégration (DUI) 12
Opposition (SDSM, NSDP, LDP, VMRO-NP...) 11

Économie[modifier | modifier le code]

La municipalité vit principalement de l'exploitation minière et de la production d'électricité grâce à la centrale d'Oslomeï, qui a une capacité de 660 000 kWh de production annuelle.

Culture et tourisme[modifier | modifier le code]

Le musée de Kitchevo.

Le centre-ville de Kitchevo est marqué par l'église Saint-Pierre-Saint-Paul, construite en 1907, et par la tour de l'horloge, d'époque ottomane. On y trouve aussi, dans un édifice de 1892, le Musée de la Macédoine occidentale, qui illustre notamment les luttes nationales macédoniennes au XIXe siècle et au XXe siècle, mais présente aussi des objets archéologiques trouvés dans la région ainsi que des objets folkloriques[8].

En surplomb du centre se trouve la forteresse Kitino Kalé. Ce nom signifie « forteresse de Kita », et selon la légende, Kita serait une sœur du roi médiéval Marko Kraljević qui aurait vécu à Kitchevo (la ville elle-même lui doit son nom). Des fouilles archéologiques ont notamment permis de mettre à jour des monnaies byzantines. Le fort actuel date principalement de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle, lorsqu'il fut aménagé en caserne ottomane. En 1968 y a été construit un mémorial de la Seconde Guerre mondiale[8].

Le monastère de la Vierge-Marie, situé dans les environs à une altitude de 920 mètres, a été fondé en 1316. Détruit par les Turcs en 1558, il n'a été reconstruit qu'en 1848[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (mk) Site de la municipalité - Carte d'identité
  2. (mk) Site de la municipalité - Infrastructures
  3. a, b et c (mk) - Histoire
  4. Dimitar Bechev, Historical Dictionary of the Republic of Macedonia, Scarecrow Press,‎ 2009, p. 115
  5. « The Former Yougoslav Republic of Macedonia Municipal Elections 24 March 2013 », OSCE/ODIHR,‎ 31 janvier 2013 (consulté le 18 juillet 2013)
  6. a, b et c (mk)(en) Office national des statistiques de Macédoine - Rescencement de 2002 par municipalité
  7. a et b (mk) Site de la municipalité - À propos de la municipalité
  8. a, b et c (mk) - Culture