Doïran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dojran)
Aller à : navigation, rechercher
Doïran
Дојран
Drapeau de Doïran
Drapeau
Le lac Doïran
Le lac Doïran
Administration
Pays Drapeau de la Macédoine Macédoine
Région Sud-Est
Municipalité Doïran
Maire Borce STAMOV
Démographie
Population 3 426 hab.
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 11′ 14″ N 22° 43′ 19″ E / 41.187116, 22.7220441° 11′ 14″ Nord 22° 43′ 19″ Est / 41.187116, 22.72204  
Altitude 130 m
Superficie 12 916 ha = 129,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Doïran

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte administrative de Macédoine
City locator 14.svg
Doïran

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte topographique de Macédoine
City locator 14.svg
Doïran
Liens
Site web www.dojran-info.com

Doïran ou Dojran (Дојран en macédonien) est une municipalité et une ville du sud-est de la République de Macédoine, située au bord du lac du même nom. La municipalité comptait 3 426 habitants en 2002 et s'étend sur 129,16 km2. La ville en elle-même est divisée en deux agglomérations, séparées par quelques kilomètres et toutes les deux situées au bord du lac, Nov Doïran et Star Doïran. Elles comptent respectivement 1 110 et 363 habitants, le reste de la population étant réparti dans les villages alentour. Doïran est une des principales destinations touristiques macédoniennes.

Doïran est entourée par les municipalités macédoniennes de Bogdantsi et Valandovo ainsi que par la Grèce.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac et les montagnes environnantes

La municipalité de Doïran comprend la moitié occidentale du lac Doïran, le reste se trouvant en Grèce. Son territoire est relativement plat aux abords du lac, mais il est limité au nord et à l'ouest par des massifs montagneux, le plus important étant la Belassitsa, qui culmine à 1 883 mètres[1].

La municipalité jouit d'un climat chaud, avec des étés chauds et des hivers doux et humides. Ces derniers peuvent toutefois être froids, comme en 2002, lorsque le lac avait gelé. En été, son eau a une température moyenne de 24,7 degrés[1].

En plus de la ville de Doïran, la municipalité comprend les villages de Douroutli, Ǵoptcheli, Kourtamzali, Nikoliḱ, Organdjali, Sevendekli, Sretenovo, Fourka, Tsrnitchani, Tchaouchli et Djoumabos.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une rue de Doïran au début du XXe siècle

La première ville située au bord du lac Doïran est fondée au IIe siècle av. J.-C. Il s'agit de Tauriyan, vaste de 30 acres et qui possédait une forteresse. Les Slaves s'installent dans la région à partir de la fin du VIe siècle et Tauriyan connaît une certaine prospérité au début éu IXe siècle avant de décliner les années suivantes, probablement à cause d'épidémies de choléra[2].

La ville est alors déplacée un peu plus au sud et elle est rebaptisée Paulina. Cette nouvelle ville vit surtout de la pêche mais souffre des invasions serbes au XIVe siècle. À la fin de ce même siècle, la région est conquise par les Ottomans qui font reconstruire la ville sur le modèle oriental. Les Turcs aménagent notamment un système d'approvisionnement en eau potable et construisent des hammams, des écoles, une tour de l'horloge et trois mosquées. Ce sont eux qui donnent à la ville son nom actuel[2].

Doïran souffre des Guerres balkaniques menées de 1912 à 1913, puisque la région est annexée par la Serbie et que les habitants turcs partent en Anatolie, abandonnant leurs ateliers et leurs magasins. La Première Guerre mondiale est également une période catastrophique pour Doïran. En 1916, la population est évacuée, et en 1918, les combats entre puissances détruisent presque entièrement la ville[2].

Les autorités yougoslaves entreprennent rapidement la reconstruction de la ville, notamment en fondant Nov Doïran à l'emplacement de l'ancienne Tauriyan et en y installant 29 familles de colons serbes. À partir des années 1950, la ville développe enfin ses activités touristiques. Elle compte aujourd'hui quatre hôtels, des casinos et plus de 600 maisons de vacances[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2002, la municipalité comptait[3] :

Administration[modifier | modifier le code]

La municipalité est administrée par un conseil élu au suffrage universel tous les quatre ans. Ce conseil adopte les plans d'urbanisme, accorde les permis de construire, il planifie le développement économique local, protège l'environnement, prend des initiatives culturelles et supervise l'enseignement primaire. Le conseil compte 13 membres. Le pouvoir exécutif est détenu par le maire, lui aussi élu au suffrage universel. Depuis 2009, le maire de Doïran est Gligor Cabulev, né en 1949[4].

Économie[modifier | modifier le code]

La municipalité de Doïran vit principalement du tourisme lié à son lac, réputé pour ses plages, son eau chaude, son cadre préservé et pour sa pêche de loisir. La ville accueille pendant la saison touristique plus de quinze mille visiteurs en même temps[5].

Doïran vit également de la viticulture et de la culture du tabac, des amandes ou encore des olives, qui servent à produire de l'huile[6].

Culture[modifier | modifier le code]

Vol d'oiseaux près du lac

Malgré les destructions dues à la Première Guerre mondiale, Star Doïran garde encore quelques monuments anciens, comme les ruines de l'église Saint-Élie, construite en 1848[7], les ruines de la tour de l'horloge, construite au XIVe siècle par les Turcs, ou encore des hammams[8].

La ville possède aussi un musée consacré au lac Doïran, inauguré en 2000 et en partie financé par l'ambassade de Norvège. Il présente la faune et la flore du lac ainsi que les activités traditionnelles autour de cet espace naturel exceptionnel[9].

La principale manifestation culturelle de Doïran est le festival des « Poignées de main » (Дојрански ракувања), qui se tient chaque année depuis 1976. Il s'agit d'un ensemble de colloques sur la culture macédonienne et de lectures d'œuvres littéraires par des écrivains[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (mk) Site de la municipalité - Géographie
  2. a, b, c et d (mk) Site de la municipalité - Histoire
  3. (mk)(en) Recensement de 2002
  4. (mk) Site de la municipalité - Maire
  5. a et b (mk) Site de la municipalité - Manifestions culturelles
  6. (mk) Site de la municipalité - Économie
  7. (mk) Site de la municipalité - St Élie
  8. (mk) Site de la municipalité - Hammams
  9. (mk) Site de la municipalité - Musée