Jean Vauquelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Vauquelin
Statue de Jean Vauquelin par Eugène Bénet à Montréal
Statue de Jean Vauquelin par Eugène Bénet à Montréal

Naissance février 1728
Dieppe, Seine-Maritime, France
Décès 10 novembre 1772 (à 44 ans)
Rochefort, Charente-Maritime, France
Origine Nouvelle-France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade lieutenant de vaisseau 1764

Jean Vauquelin, né en février 1728 à Dieppe et mort le 10 novembre 1772 à Rochefort, est un officier de marine français du XVIIIe siècle, célèbre pour sa bravoure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean Vauquelin nait en février 1728 à Dieppe, il est le fils d'un capitaine de la marine marchande. Ayant commencé à naviguer très jeune avec son père, il sert en qualité d'officier sur une frégate armée en course pendant la guerre de Succession d'Autriche. Devenu à son tour capitaine dans la marine marchande vers 1750, il effectue 21 campagnes avant d'être recruté, au début de la guerre de Sept Ans, par le commandant de la marine au Havre pour servir comme officier bleu.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il reçoit, le 26 avril 1757, le commandement de la frégate Tourterelle et entre dans la Marine royale, en février 1758, comme lieutenant de frégate : il se voit aussitôt confier le commandement de la Pèlerine, une frégate de 30 canons récemment achetée par le roi à un armateur du Havre et rebaptisée Aréthuse. Envoyé à l'île Royale (aujourd'hui île du Cap-Breton), il réussit à entrer dans le port de Louisbourg, le 9 juin, malgré le blocus d'Edward Boscawen, et prend une part très active à la défense de la place. En juillet de la même année, il réussit à forcer une seconde fois le blocus anglais et parvient sans encombre en Europe après une traversée très rapide : cette brillante campagne vaut à Vauquelin une lettre de félicitations du ministre.

Revenu au Canada l'année suivante à bord de la frégate Atalante dont il avait reçu le commandement, il participe aux opérations navales en marge du siège de Québec, puis à la bataille de Sainte-Foy qui assure une victoire aux Français. En avril-mai 1760, alors qu'il tente d'aider le chevalier de Lévis à reprendre la ville, il est poursuivi par une division anglaise, il doit s'échouer et incendier sa frégate lors de la Bataille de Neuville. Il est fait prisonnier par les Anglais le 16 mai à Pointe-aux-Trembles (Neuville). Rapidement libéré, il peut rentrer en France et, grâce à ses états de service, il est promu au grade de capitaine de brûlot en pied en novembre 1761, puis lieutenant de vaisseau en octobre 1764. Il commande la Bricole en 1764 et la Coulisse l'année suivante.

Expéditions dans l'océan Indien[modifier | modifier le code]

En 1764, il effectue une mission de transport vers la Guyane. Puis, en avril 1767, une longue campagne dans l'océan Indien aux commandes de la Garonne. Il appuie une tentative de colonisation à Madagascar. Il fait ensuite des voyages de traite de Noirs et de bétail entre l'île de France, le Mozambique et Madagascar, qui donnent lieu à des conflits avec Pierre Poivre, intendant de l'île Bourbon. On l'accuse de commerce illicite et, à son retour en France en décembre 1769, un ordre du roi prescrit son internement pour trois mois au château du Taureau, dans la baie de Morlaix. Comme sa santé ne pouvait supporter ce séjour, il est transféré à Nantes, puis libéré le 1er mai 1770. Les soupçons portés contre lui se révèlent sans doute peu fondés puisqu'il reçoit, le 10 août 1772, le commandement du Faune, envoyé dans l'océan Indien.

Sa santé en est cependant gravement altérée, il tombe malade et meurt à Rochefort trois mois plus tard. Certains prétendent qu'il avait été assassiné[1].

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Ed. maritimes et d'outre-mer, Paris, 1982. In-4°, 358 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]