Jean-Louis Jeanmaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanmaire.
Jean-Louis Jeanmaire
Jeanmaire en 1990
Jeanmaire en 1990

Naissance 25 mars 1910
Décès 29 janvier 1992
Origine Drapeau de la Suisse Suisse
Arme Protection aérienne
Grade Brigadier

Jean-Louis Jeanmaire, né le 20 mars 1910 à Bienne et décédé le 29 janvier 1992 à Berne, est un brigadier de l’Armée suisse. Il est originaire des Brenets (Neuchâtel) et de Mont-Tramelan (Jura Bernois). Son arrestation en 1977, dans le cadre de la guerre froide, provoque une affaire judiciaire et médiatique, l'Affaire Jeanmaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Jeanmaire fait ses études au gymnase de Bienne et à l'École polytechnique fédérale de Zurich, dans l'intention de devenir architecte. Il choisit la carrière d’officier instructeur de l’Armée suisse. Parvenu au grade de colonel en 1957, il fut encore promu colonel brigadier et occupa le poste de chef des troupes de protection aérienne de 1969 à 1975. Il prend sa retraite avec les honneurs, à fin 1975. Après l'affaire qui porte son nom, il sera condamné à une peine de 18 ans de prison dont il ne purgera que 12 pour bonne conduite. Après sa libération en 1988, il s'emploiera à prouver son innocence. Il est choisi pour faire un discours lors de la fête nationale suisse à la Vue des Alpes en 1990.

Affaire Jeanmaire[modifier | modifier le code]

Contact avec un attaché militaire soviétique[modifier | modifier le code]

Alertées par un service de renseignements étranger[réf. souhaitée], les autorités suisses arrêtèrent Jean-Louis Jeanmaire en août 1976. Elles le soupçonnent d’avoir livré des documents militaires à des membres de l’ambassade d’URSS à Berne. Il est interrogé par l'inspecteur Lugon, de la police cantonale vaudoise, et le commissaire Louis Pilliard, de la police fédérale. Le dossier ne comprend que des indices. Jeanmaire a une excellente mémoire et décrit précisément ce qui s'est passé. Il a pris des initiatives mais aucun des documents livrés ne sont des secrets militaires mais sont plutôt mondains. Parmi les éléments ressortants de l'affaire, il apparaît qu'en 1959, lors d'un exercice militaire au Tessin, Jean-Louis Jeanmaire fait la connaissance de Vassili Denissenko, alors attaché militaire soviétique à Berne. Lui, sa femme et l'officier de renseignement deviendront amis. Sa femme, très attachée à la Russie pour y avoir vécu, devient la maîtresse de Denissenko.

Commission d'enquête parlementaire[modifier | modifier le code]

Alfons Müller-Marzohl a présidé la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire[1]. Il explicite un contexte où les États-Unis exercent une pression sur la Suisse suite au fait que de nombreux renseignements technologiques passent systématiquement à l'est, par exemple l'électronique du char 68 commandé par la Suisse aux États-Unis[2]. En été 1977, le Major Fritz Lüthi, chef du bureau Tiers-Monde du Groupement renseignement et sécurité du Département militaire fédéral en 1967 et chef du bureau "acquisition et contrôle du service de renseignement extérieur" puis rétrogradé au poste précédent en 1977 à la suite d'un conflit avec ses supérieurs, prend contact avec Müller-Marzhol et lui remet 5 volumineux dossiers classifiés secrets en provenance des services de renseignement lui permettant d'affirmer que Jeanmaire ne peut pas être responsable des fuites vers l'URSS car il n'était pas en mesure de connaître des éléments stratégiques de valeur. La commission remet ces pièces au procureur Rudolf Gerber qui les fait classer secret. La commisssion réentend Lüthi le 4 octobre 1977 après avoir lu l'ensemble du dossier[N 1]. Par la suite, le Département militaire fédéral et le Ministère public de la Confédération contraignent Lüthi à quitter son poste[3]. Müller-Marzohl a relevé que dans le cadre de son enquête le chef de l'état-major général Hans Senn a interdit à des fonctionnaires [N 2] de s'exprimer[4].

Procès[modifier | modifier le code]

Jeanmaire est escorté du tribunal à Lausanne après avoir été condammné à 18 ans de prison (1977)

Son procès est mené par un tribunal militaire à huis clos à Lausanne. Durant le procès, la défense (le lieutenant-colonel Jean-Félix Paschoud) va plaider la divulgation d'informations au but de servir la dissuasion militaire et l'accusation l'extorsion de renseignements par le chantage à la divulgation aux supérieurs de Jeanmaire des informations qu'il avait déjà donné[5]. Mme Jeanmaire, également accusée, est défendue par l'avocat Roger Courvoisier. L'auditeur Pierre Dinnicher va dresser l'acte d'accusation[5]. Au terme de son procès, il est condamné le 17 juin 1977 à 18 ans de réclusion pour espionnage au profit de l'URSS, à la dégradation et à l’exclusion de l'armée, une peine supérieure à celle réclamée par le ministère public. Libéré après douze ans passés au pénitencier de Bellechasse, il s'est toujours battu pour obtenir la révision de son procès.

Postérité[modifier | modifier le code]

Divers manquements furent constaté au sein du Groupe renseignements et sécurité des services de renseignements suisses, en particulier lors de l'affaire Kurt Schillling et Albert Bachmann en 1979, qui furent rapprochés de l'affaire Jeanmaire.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Une pièce de théâtre a été faite par Urs Widmer sur le sujet: Jeanmaire: ein Stück Schweiz[6]. Un roman signé John le Carré, Une paix insoutenable[7], est paru sur le sujet. Le Carré a rencontré Jeanmaire à sa sortie de prison.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jürg Schoch: Fall Jeanmaire, Fall Schweiz. Wie Politik und Medien einen «Jahrhundertverräter» fabrizierten. «hier + jetzt», Verlag für Kultur und Geschichte, Baden 2006 – ISBN 3039190261 (Sachbuch)
  • Urs Rauber: Der Fall Jeanmaire. Weltwoche-ABC-Verlag, Zürich 1991 – ISBN 3855041342 (Sachbuch, enthält die kommentierten Erinnerungen Jeanmaires)
  • Pascal Auchlin, Frank Garbely, Contre-enquête, éditions Favre, avril 1990, ISBN 2-8289-0472-5.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. il n'est pas précisé si cela était avec ou sans les pièces classées secret
  2. il n'est pas précisé mais présumé qu'il s'agit des fonctionnaires du département militaire fédéral

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Auchlin, Frank Garbely, Contre-enquête, éditions Favre, avril 1990, ISBN 2-8289-0472-5, p.366
  2. Pascal Auchlin, Frank Garbely, Contre-enquête, éditions Favre, avril 1990, ISBN 2-8289-0472-5, p.369
  3. Pascal Auchlin, Frank Garbely, Contre-enquête, éditions Favre, avril 1990, ISBN 2-8289-0472-5, p.368-369-370-371
  4. Pascal Auchlin, Frank Garbely, Contre-enquête, éditions Favre, avril 1990, ISBN 2-8289-0472-5, p.373
  5. a et b l'affaire Jeanmaire - dossier RTS
  6. Urs Widmer, Jeanmaire: ein Stück Schweiz, lag der Autoren, Frankfurt am Main 1992 – ISBN 3886611361
  7. John Le Carré, Une paix insoutenable, 1991 aperçu en espagnol sur google books