Jaguar XJS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coupé XJ-S V12 1989
XJ-S Convertible
Jaguar XJS
Marque Jaguar
Années de production 1975 - 1996
Chronologie des modèles
Précédent Type E Jaguar XK8 Suivant

La Jaguar XJ-S (puis Jaguar XJS) - (XJ27) est une voiture de grand-tourisme luxueuse produite par le fabricant britannique Jaguar de 1975 à 1996.

La XJ-S a remplacé la Type E en septembre 1975 et a été basée sur la berline XJ. Bien qu'elle n'ait pas tout à fait la même image sportive, la XJ-S est une grand-tourisme issue de la plateforme XJ.

La XJ-S bénéficia d'une puissance digne de la marque : un moteur à essence V12, avec un choix d'une transmission manuelle ou automatique, mais la boîte manuelle a vite été délaissée. À l'époque, à la fin des années 1970, c'était inhabituel de voir une grand-tourisme avec un moteur V12. Il n'y avait que les voitures de sport italiennes de luxe, comme Lamborghini, ou encore Ferrari qui avaient des prestations moteur aussi importantes. Le cahier des charges de la XJ-S était comparable avec celles-ci : elle était capable d'accélérer à 97 km/h en 7,8 secondes, et d'une vitesse de pointe de 229 km/h. Ces chiffres étant amenés à évoluer après 1981 et l'optimisation du moteur par un ancien ingénieur Porsche. La vitesse de pointe passant alors à 240 km/h.

Apparue en pleine crise pétrolière, et critiquée sur son design, la XJ-S a eu du mal à se faire une place sur le marché. D'autant plus, que celui-ci était très peu propice aux grand-tourisme sportives

Les débuts en 1976[modifier | modifier le code]

La première XJ-S apparut en 1975 (mais en tant que modèle 1976), équipé d’un moteur V12[1] en offrant le choix entre transmission manuelle et automatique. Les moteurs V12 étaient rares à l’époque, à la notable exception des constructeurs italiens de prestige tels que Lamborghini et Ferrari. La Jaguar offrait les performances suivantes : accélération de 0 à 60 mph (97 km/h) en 7.8 secondes et une vitesse de pointe de 229 km/h. Les premières XJS disposait d’une transmission Borg-Warner, remplacée en 1979 par une GM Turbo-Hydromatic 400 toujours à trois rapports. La période de lancement n’était pas favorable : la voiture apparaissait en pleine crise pétrolière et le marché était très réduit pour un coupé grand tourisme équipé d’un V12 de 5,3 L . Le style fut également l’objet de critiques. Néanmoins, Jaguar profita de la promotion offerte par des séries télévisées telles Chapeau melon et bottes de cuir (The New Avengers) et Le Retour du Saint (Return of the Saint). The New Avengers mettait en vedette Mike Gambit (Gareth Hunt) qui conduisait une XJ-S. Return of the Saint montrait Simon Templar (joué par Ian Ogilvy) conduisant une des premières XJ-S portant l’immatriculation "ST 1". Quinze ans auparavant, Jaguar avait décliné l’offre des producteurs de la série "le Saint", qui souhaitaient utiliser une type-E. Aussi, Roger Moore s’était vu confier une Volvo P1800.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

Vers la fin des années 1980 quelques modèles ont été construit dans le style de la H.E. 1981 mais encore avec un extérieur des années 1975-80 avec pare-choc hydroliquee, tableau de bord plastique, sellerie cuir, boîte automatique GM400 (non fiable), logo du jaguar sur le capot moteur, jantes Starfish et une capicité de réservoir de 91L. Il ne fallait pas oublier que le moteur était encore celui de l'XE (E-Type V12 de 1975) Elle pouvait atteindre 265 ch. Pour ces années cela était déjà beaucoup pour un modèle GT. À partir de juillet 1981, la XJ-S accueille sous son capot le nouveau V12 HE (High-Efficiency engine) qui permet une réduction de consommation de carburant, tout en voyant la puissance augmentée pour atteindre 295 ch (263 sur le marché américain). À la même période, la XJ-S bénéficie d’améliorations esthétiques intérieures et extérieures (nouvelles jantes en alliage, inserts de chrome sur les pare-chocs, décorations en bois sur le tableau de bord et les portières). En 1983 est présenté un cabriolet animé par un nouveau 6 cylindres en ligne de 3,6 litres, la XJ-SC. Ce modèle n’était pas une véritable décapotable, mais possédait une carrosserie du type Targa, ne comportant que deux places. Une boîte manuelle à cinq rapports signée Getrag est alors disponible. La XJ-SC sera proposée avec le V12 à partir de 1985, en même temps, la carrosserie Targa était remplacée par une vraie décapotable. En 1988 et 1989, une version spéciale XJR-S version est produite pour célébrer la victoire de Jaguar aux 24 Heures du Mans, vendue uniquement sur le marché européen. Ces versions disposent de jantes et de réglages de suspension spécifiques. Au total, 350 véhicules seront vendus. À partir de septembre 1989 est proposé un V12 porté à 6 litres et doté d'une gestion électronique Zytec, développant 314, puis 329 ch. Ce moteur différait du 6 litres proposé sur les dernières XJ-S. 1 130 voitures équipées ainsi furent vendues. Jaguar envisagea de produire une version plus luxueuse badgée Daimler, mais seul un prototype fut réalisé en 1986. En marge de la série, la firme artisanale britannique Lynx proposera des conversions en cabriolet mais également en break de chasse (Shooting-brake) vendues sous le nom d’Eventer. Cette version fut construite à 67 exemplaires.

1991–1996[modifier | modifier le code]

La voiture est modifiée en mai 1991

La voiture est profondément modifiée pour 1991 (facelift) par Ford et devient la XJS (sans trait d’union). La lunette arrière est agrandie. Le 6 cylindres passe à 4 litres de cylindrée (version la plus recherchée), et se décline en cabriolet à partir de 1992. Le V12 passe à 6 litres (304 ch) en mai 1993. Avec le gros V12, la transmission automatique est modernisée avec l’ajout d’un quatrième rapport surmultiplié, le 6 cylindres conservant la boite ZF4HP24E. Les pare-chocs se font plus aérodynamiques. En avril 1994, le 4 litres est amélioré. Le V12 disparait en 1995 (ne restant disponible que sur commande spéciale). La XJS quitte les chaînes le 4 avril 1996, après 21 ans de production et 113 413 exemplaires vendus.

Caractéristiques techniques[2] (4.0) :

  • Moteur : 6 en ligne 4.0, 91 x 102 mm, 24 soupapes DOHC. Rapport volumétrique de 9.5:1. Injection électronique multipoint Lucas.
  • Puissance : 225 ch à 4 750 tr/min (1992)
  • Couple : 377 Nm à 3 650 tr/min
  • Transmission : propulsion, boîte manuelle 5 vitesses (rapport de pont 3.54) ou automatique ZF 4 vitesses.
  • Pneus : 235/60 VR15
  • Système de freinage : disques ventilés à l'avant, disques à l'arrière et antiblocage.
  • Performances : 0-100 km/h en 7,9 s, 227 km/h en vitesse de pointe (boîte manuelle).

On notera qu'une Jaguar XJS de 1993 fait son apparition dans le clip de You Know How We Do It interprété par Ice Cube

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce même moteur V12 équipait déjà les modèles Type-E série 3 et la berline XJ-12, cependant toutes les XJ-S étaient munies d'une injection électronique
  2. http://www.carfolio.com/specifications/models/car/?car=94182


Lien externe[modifier | modifier le code]