Jacques de Trivulce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques de Trivulce

alt=Description de l'image Trivulzio.jpg.
Nom de naissance Gian Giacomo Trivulzio
Naissance 1440
Milan
Décès 5 décembre 1518 (à 78 ans)
Arpajon
Profession
Militaire
Activité principale
Condottiere
Distinctions

Jacques de Trivulce (ou Jean-Jacques), en italien Gian Giacomo Trivulzio, né en 1440 à Milan et mort en 1518 à Arpajon, était issu d’une noble famille de Milan et fut marquis de Vigevano.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayant rallié le parti guelfe[1], il fut banni de Lombardie et entra au service de Ferdinand II d'Aragon, roi de Naples.

Lors de l’expédition de Charles VIII, il se joignit ouvertement aux Français, leur livra Capoue en 1495 chevalier de l'ordre de Saint-Michel en 1495 et eut la conduite de l’avant-garde avec le maréchal de Gié à la journée de Fornoue. Lieutenant général de l’armée du roi en Lombardie, il prit Alexandrie et défit Ludovic Sforza, duc de Milan.

Sous Louis XII, en 1499, il conquit le duché de Milan dont il fut nommé gouverneur après le 6 octobre jusqu'au 2 février 1500[2] , et reçoit la même année le bâton de maréchal de France le 1er juin 1499. Il accompagna Louis XII à l’entrée solennelle que ce prince fit dans Gênes le 26 août 1502.

Trivulce se couvrit d’honneur et de gloire aux batailles d’Agnadel le 14 mai 1509, de Novare en juin 1513 et de Marignan les 13 et 14 septembre 1515. Mais il échoua devant Brescia et cessa dès lors ses activités militaires.

Lieutenant-général en Dauphiné le 12 avril 1515. Il avait été nommé gouverneur du Lyonnais en août 1513 puis commandant ou lieutenant en Bourgogne en octobre de la même année[3].

Après avoir implanté des rizières en Italie, il eut le projet d'en établir dans le Comtat Venaissin, dans le sud de la France, où il avait acheté une ferme à une famille juive sur le territoire d'Entraigues-sur-la-Sorgue. Le 9 juin 1514, il avait acquis, de la Chambre Apostolique de Carpentras, cent saumées d'hermas et de marais sur le territoire d'Entraigues, puis le I9 janvier 15I6, il en obtint 200 de plus[4]. Des travaux d'aménagement de rizières sont réalisés mais le risque d'inondation et d'épidémie liée aux eaux stagnantes ont raison des efforts entrepris.

Il mourut à Châtres (ancien nom d'Arpajon) en décembre 1518.

« Lorsqu'il se vit mourir, dit Brantôme, il fit mettre son épée toute nue près de lui, et la tint en lieu de croix et aussi que les diables lui voyant ainsi en la main, eussent peur. »

Il fut inhumé en l’église San Nazarro de Milan, sous l’épitaphe qu’il avait composée lui-même : « Ici repose Jacques de Trivulce qui jamais auparavant ne s’était reposé ».

Sa fille, Mérite de Trivulce, appelée aussi Marthe de Trivulce, épouse de Louis Ier de Bouliers, seigneur de Centallo, Demonte et Roccasparvera dans la province de Coni dans le Piémont en Italie et propriétaire du château de La Tour d'Aigues dans le Vaucluse, est à l'origine de l'enquête royale sur le massacre des Vaudois du Luberon, par une plainte déposée en 1547[5].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason fam it Trivulzio.svg

Pâlé d'or et de sinople.[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les souverains de Milan, depuis les Visconti jusqu'aux Sforza étaient gibelins, c'est-à-dire partisans de l'empereur contre le pape.
  2. Jean Duquesne Dictionnaire des gouverneurs de Province éditions Christian, Paris 2002, (ISBN 2864960990) p. 257
  3. Jean Duquesne Op.cit. p. 153.
  4. "La culture du Riz dans le Sud-Est de la France avant le XIXme Siècle" par H. CHOBAUT de l'Académie de Vaucluse [1]
  5. "Collection des ordonnances des rois de France : 2 janvier 1546-mars 1547, Académie des sciences morales et politiques, Imprimerie nationale, 1892
  6. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]