Bataille de Novare (1513)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Novare
Illustration de la bataille de Novare d'après la chronique de Johannes Stumpf, 1548
Illustration de la bataille de Novare d'après la chronique de Johannes Stumpf, 1548
Informations générales
Date 6 juin 1513
Lieu Novare (Milanais)
Issue Victoire décisive des Suisses
Belligérants
Français Confédération suisse[1], Duché de Milan
Commandants
Louis II de la Trémoille Maximilien Sforza[2]
assisté de capitaines suisses
Forces en présence
1 200 cavaliers,
20 000 fantassins[1]
entre 10 000 et 13 000 hommes
Pertes
5 000 à 10 000 victimes (blessés ou morts) 1 500 morts[2]
Guerre de la Ligue de Cambrai

La bataille de Novare est une bataille de la guerre de la Ligue de Cambrai qui eut lieu le 6 juin 1513, près de Novare, dans le nord de l'Italie.

Les Français étaient sortis vainqueurs de la bataille de Ravenne (1512) ; néanmoins, sous les coups de la Sainte Ligue, ils avaient dû évacuer Milan avec le roi Louis XII à leur tête.

En 1513, une armée française forte de 10 000 hommes[3] menée par Louis II de la Trémoille assiégeait Novare. La ville était alors aux mains de mercenaires suisses au service du duc de Milan qui, selon les Français, envisageaient d'annexer Milan à la Confédération suisse. Novare, située à 40 kilomètres à l'ouest de Milan, était la deuxième ville du duché par sa population. Le 6 juin, les Français furent surpris dans leurs campements par une armée de relève suisse forte de 13 000 hommes. Les lansquenets allemands, des piquiers mercenaires au service de la France, parvinrent à se former en carré, arrêtant le choc ennemi et laissant à l'artillerie française le temps de se mettre en batterie. Au prix de marches forcées à travers la mitraille, les fantassins suisses parvinrent toutefois à encercler complètement le camp français, restreignant spatialement la cavalerie ennemie, et se frayant un chemin vers les canons, qui ne pouvaient balayer tout le front. Une fois l’artillerie prise, les carrés de lansquenets furent isolés les uns des autres et détruits séparément. La cavalerie lourde française, décisive en terrain ouvert, ne put se déployer et joua un rôle mineur dans l'affrontement au corps à corps.

Ce fut une bataille particulièrement sanglante, faisant 5 000 victimes (voire 10 000 selon certains historiens) dans les rangs français, tandis que les piquiers suisses ne perdirent que 1 500 hommes, principalement fauchés dans leurs progression par les tirs d'artillerie[4]. Selon une pratique déjà connue lors des guerres de Souabe, les Suisses exécutèrent les lansquenets qu'ils purent capturer après la bataille. Quoiqu'ils eussent mis en déroute l'armée de siège, ils ne purent poursuivre leurs ennemis, étant dépourvus de cavalerie, mais plusieurs contingents marchèrent à travers les Alpes jusqu'à Dijon[5] : ils ne quittèrent le pays qu'après avoir obtenu rançon. Ils s'étaient emparés de 22 canons avec leurs chariots de munitions.

Cette défaite contraignit Louis XII à évacuer le Milanais, et permit à Maximilien Sforza de se rétablir à la tête du duché de Milan.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Suisses avaient pratiquement le contrôle du Duché, Sforza n'étant généralement considéré que comme leur homme-lige. Pour autant, cette bataille est généralement présentée comme un affrontement entre Français et Milanais.
  2. Sforza était bien présent lors de l'affrontement, et, en tant que stipendiaire des Suisses, peut être regardé comme leur commandant.
  3. Selon certaines sources, l'effectif aurait atteint 1 200 cavaliers et 20 000 fantassins, lansquenets, Gascons etc.
  4. Selon Merriman, 700 hommes tombèrent en trois minutes sous le feu de l'artillerie : cf. John Merriman, A History of Modern Europe, vol. 1, p. 35.
  5. Goubert, Course of French History, 135.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bangerter, Olivier. Novare (1513), dernière victoire des fantassins suisses (Economica, 2011)
  • Eggenberger, David. A Dictionary of Battles (New York: Thomas Y. Crowell, 1967), p. 313
  • Merriman, John. A History of Modern Europe, Volume One: From the Renaissance to the Age of Napoleon (1st ed.). New York: W. W. Nortan & Company Inc., 1996. ISBN 0-393-96888-X.

Liens externes[modifier | modifier le code]