Hubert Bonisseur de La Bath

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir OSS 117 (homonymie).
Hubert Bonisseur de La Bath
Personnage de fiction apparaissant dans
OSS 117

Alias Agent OSS 117
Origine Drapeau de la France France
Sexe Masculin
Activité(s) Agent secret

Créé par Jean Bruce
Interprété par Ivan Desny, Michel Piccoli, Kerwin Mathews, Frederick Stafford, Sean Flynn, John Gavin, Luc Merenda, Alan Scott, Jean Dujardin
Roman(s) OSS 117

Hubert Bonisseur de La Bath, alias OSS 117, est un personnage de fiction, créé par l'écrivain français Jean Bruce, en 1949, pour devenir le héros de sa série littéraire, du même nom.

Il est semblable à James Bond, de par ses caractéristiques, sa fonction, son physique et son attirance pour les jolies filles. Pourtant, Hubert Bonisseur de la Bath a été créé quatre ans avant le célèbre espion britannique de Ian Fleming.

Nom[modifier | modifier le code]

  • L'origine du nom du héros vient du fait qu'un des ancêtres, appartenant au « milieu » de l'époque, avait été cité comme témoin à décharge dans une affaire où l'un de ses amis était impliqué. Lorsque le greffier lui demanda son nom, il répondit, dans le plus pur argot : X (ici son prénom) « Bonnisseur de la Bath », autrement dit « témoin d'honorabilité » (du verbe bonnir, parler, et bath, bien).
  • Dans la véritable organisation, l'OSS, le matricule 117 fut attribué à William Leonard Langer, chef de la Research and Analysis Branch de cette dernière[1].

Description[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

Jean Dujardin, interprète d'OSS 117 au cinéma en 2006 et 2009

« Hubert Bonisseur de La Bath était un solide gaillard à la carrure athlétique de sportif en pleine possession de ses moyens, au visage énergique et buriné de prince pirate. Son regard clair, à l'ironie tranquille, se posait sur les êtres et les choses avec cette assurance née d'une vie riche en aventures. Son charme ne laissait aucune femme insensible. »

— Josette Bruce, TNT à la Trinité


« Un homme de haute taille, bâti en athlète, avec de larges épaules musclées, qui avait l'assurance d'un champion et l'allure d'un prince. [...] Un visage d'aventurier comme [on] n'en avait vu qu'au cinéma, avec un nez droit et des lèvres sensuelles, des cheveux châtains coupés très court et des yeux bleus dont on soutenait difficilement le regard. »

— Josette Bruce, Pruneaux à Lugano


Bref, il a toutes les caractéristiques plus ou moins réalistes de l'espion qui s'ancreront dans l'imaginaire des premiers lecteurs et deviendront un immense cliché. Ces clichés seront d'ailleurs repris ironiquement dans les deux dernières comédies de 2006 et 2009 qui en regorgent.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Les ancêtres d'Hubert Bonisseur de La Bath, des aristocrates, viennent de France et ont immigré en Louisiane aux États-Unis d'Amérique, en 1789, époque à laquelle la Louisiane était espagnole et non plus française, cette allusion à l'affluence d'Européens dans ce « nouveau monde » peut expliquer le fait que dans les deux dernières comédies de 2006 et 2009, OSS 117 travaillerait pour la France[2].

Mission[modifier | modifier le code]

Il a pour mission d'œuvrer pour le bien dans un environnement de guerre froide toujours brouillé peuplé d'espions, de nazis, de Chinois, de Russes... organisés en mafias et organisations de malfaiteurs en tous genres, mais aussi de jeunes et jolies femmes dont certaines deviennent vite ses conquêtes amoureuses, qu'elles soient ses alliées ou non...

Employeur[modifier | modifier le code]

Il travaille tout d'abord pour l'Office of Strategic Services, service de renseignements américain, puis, en maintenant le grade de colonel, rentre à la Central Intelligence Agency remplaçant l'OSS. Enfin, il termine sa carrière pour le National Security Council, organisme qui dirige les services de renseignements US, sous la direction du Général Stanford.

Néanmoins, du fait des lointaines origines françaises de OSS 117 évoquée plus haut, dans les deux derniers films plus parodiques, sortis en 2006 et 2009, les auteurs ont décidé de le faire travailler pour les services secrets français des Présidents René Coty et Charles de Gaulle.

Œuvres où le personnage apparaît[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Œuvres littéraires et Adaptations.

OSS 117 apparaît dans tous les livres de la saga littéraire du même nom, ainsi que dans les différentes adaptations tirées de cette série (films, bandes dessinées, pièce de théâtre...)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) p.543 Dulles, Allen Welsh, Petersen Neal H. From Hitler's Doorstep : The Wartime Intelligence Reports of Allen Dulles, 1996, Penn State Press
  2. Voir paragraphe Employeur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]