Hollywood (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hollywood (homonymie).

Hollywood

Album par Johnny Hallyday
Sortie
Enregistré du 23 au 27 octobre 1978 et du 3 novembre au 1er décembre 1978
à Los Angeles aux studios Smoke Tree Studio, Record Plant Studio et Hollywood Sound Recorder
Genre Variété française
Rock
Label Philips
Universal Music Group

Albums par Johnny Hallyday

Singles

  1. Le bon temps du Rock and Roll - Tout m'enchaîne
    Sortie : 21 février 1979

Hollywood est le 25e album studio de Johnny Hallyday, il est sorti le 30 janvier 1979.

Enregistré à Los Angeles, il est réalisé par Eddie Vartan et Bob Margouleff.

Historique[modifier | modifier le code]

Hollywood l'album, c'est le retour de Johnny Hallyday aux États-Unis ; 4e étape d'un voyage discographique commencé en 1962 à Nashville, précédent celles de Memphis et Nashville de 1975. Cette fois c'est à Los Angeles qu'il choisit de poser et graver sa voix ! Ville du soleil et capitale du "7e art", Hollywood " écrit en grosses lettres sur une célèbre colline, c'est un peu comme "abracadabra", comme "il était une fois", cela invite aux rêves et à quelques désillusions aussi. À l'instar de cette somptueuse pochette dessinée, où côté recto c'est grosse bagnole, somptueuse villa, "costar", cravate et lunettes de soleil ; tandis que, "patatra", au recto, on découvre que tout n'est qu'affaire de décors, d'apparences et de faux semblants.

Hollywood le disque, c'est la musique, le rythme et la voix qui l'emporte sur les paroles, à de rares exceptions prêts, elles ne sont pas l'essentiel ici ! une fois encore on chante l'amour, souvent brisés, rompus mais nullement vaincu, car on nous le chante à "tue-tête", tout vraiment tout enchaîne à l'amour. Le charme, la réussite de cet album, très rythmé, empli de punch, c'est cette voix au sommet de sa forme d'Hallyday, tout en puissance, qui au gré des couplets entraine et séduit. Elle est mise au point et fidélité avec Le bon temps du Rock and Roll, dialogue de sourds avec Le cœur comme une montagne, pour se faire vérité lorsqu'on aborde le méconnu Fais ce que je dis (pas ce que je fais.

Le bon temps du Rock and Roll, (reprise d'un titre de Bob Seger) sera l'unique tube de l'album. Cette chanson va aux fils des tournées et des spectacles, s'imposer comme un incontournable de Johnny Hallyday. À trois exceptions prêts, (Bercy 95, Las Végas 96 et Parc des Princes 2003), elle est inscrite au répertoire du chanteur depuis trente ans, (un record absolu, qui n'est dépassé que par Gabrielle son aînée de trois ans).

Sur Le cœur comme une montagne, Johnny se livre à un dialogue (sans fin), sourd et obstiné avec les Chœurs * : "... / Elle est folle tu le sais * / Je suis fous aussi / un jour elle partira * / je la suivrai tant pis / elle ne t'aime pas vraiment * / mais je l'aime pour deux / elle est trop belle pour toi * / mais qu'es-ce que ça fait / ... / j'ai fait ce que j'ai pu, mais j'ai pour elle le cœur comme une montagne...".

Du même côté de la rivière est l'unique ballade de l'album, tandis que T'as le bonjour de l'amour flirte avec les rythmes reggae, comment s'en étonner, lorsque l'on sait qu'elle est adaptée d'une chanson de Jimmy Cliff, alors que Comme un voleur est une adaptation "musclée" d'un titre de Robert Palmer.

La chanson Fais ce que je dis (pas ce que je fais) est une authentique confession du chanteur ; rarement et avec autant sincérité, il ne s'est livré à un tel exercice, on ne lui connait qu'un précédent, le très psychédélique et un tantinet abscons Voyage au pays des vivants de 1969. Ici on se livre sans ambages, Johnny n'épargne aucun des travers d'Hallyday, l'alcool, la "clope" et même d'autres substances beaucoup moins avouables. Rien, il ne dissimule rien, ne triche pas, se bouscule, s'engueule et s'il se tourne dérision, il ne s'accorde aucune excuse. Chanson vérité, sans ambiguïté qui n'a qu'un but, dénoncé, mettre en garde : "...Fais ce que je dis, pas ce que je fais / si tu fais comme moi, tu es fou" ! (En 1981, Johnny Hallyday ira plus loin encore dans cet exercice "chanson-vérité" avec Lady divine, (voir l'album En pièces détachées).

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

Référence originale : 9101216

Référence CD (édition 2000) : 546 979-2

et aussi :

45 Tours : Le bon temps du Rock and Roll - Tout m'enchaîne / sortie le 21 février / Référence : 6172203.

45 Tours Hors-commerce : Le bon temps du Rock and Roll - Dommage / sortie le 27 février / Référence : 6172215


Hollywood, après Rêve et amour (1968) et Hamlet (1976) est la 3e pochette dessinée d'un album de Johnny Hallyday. Elle est réalisée par Patrice LARUE .

La chanson Le bon temps du Rock and Roll fut à l'origine repérée par Sylvie Vartan, (alors son épouse à la ville). La faisant sienne, Johnny lui "coupa l'herbe sous le pied", sans doute se souvient-il que quelques années auparavant, Sylvie Vartan lui "grilla la politesse" avec Par amour par pitié initialement écrite pour lui[1].

Peu de création originale pour cet album, on en compte trois pour sept reprises.

C'est la seconde réalisation d'Eddie Vartan pour Johnny Hallyday, (voir Solitudes à deux - 1978).

Nota : Véronique Sanson en 1977, sortie un album également nommé Hollywood.

Titres[modifier | modifier le code]

No Titre Auteur(s) Durée
1. Le bon temps du Rock And Roll (Old time Rock And Roll) G. Jackson, T. Jones III - adaptation Michel Mallory
2. Tout m'enchaîne (Cryin'shame) S. Beckmeier - S. Berlin - adaptation Michel Mallory
3. Tu n'es pas la seule fille au monde (You are only one i ever needer) R. Patton - adaptation Michel Mallory
4. Le cœur comme une montagne (Isn't it time) R. Kennedy) - adaptation Michel Mallory
5. Ce que tu as fait de moi Eddie Vartan, Michel Mallory - Michel Mallory
6. Fais ce que je dis (pas ce que je fais) F. Miller - Michel Mallory
7. Dommage (I need you so blady) S. Beckmeier, F. Beckmeier - adaptation Michel Mallory
8. Comme un voleur (You're gonna get what's coming) Robert Palmer - adaptation Michel Mallory
9. Du même côté de la rivière Didier Barbelivien
10. T'as le bonjour de l'amour (You can get it if you really want) Jimmy Cliff - adaptation Michel Mallory

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Batteries : James Gadson
  • Basse : Reggie McBride - Chuch Rainée
  • Guitares : Steve Beckmeier - Greg Poree - David T. Walker
  • Guitare solo : Steve Beckmeier - Scott Galbraith
  • Claviers : William "Smitty" Smith - Gregg Phillenganes
  • Synthétiseur : Lance Oong
  • Percussions : Paulinho Da Costa
  • Solo Saxophone : Ernie Watts
  • Prise de Son et Mixage : Bob Margouleff / assisté par Howard Siegel.
  • Arrangements: Charles Veal.

Les Bases Rythmiques ont été enregistrées à "Hollywood Sound Recorders".

Les Re-Recordings ont été faits à "Record Plant".

Les mixages ont été faits à "Smoke-Tree Studio".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Daniel Lesueur "L'argus Johnny Hallyday" Ed. Alternatives]