Guerre des farines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La guerre des farines (l'expression, contemporaine des événements, fut retenue par l'historiographie) désigne une vague d'émeutes survenues d'avril à mai 1775 dans les parties nord, est et ouest du royaume de France. Elle fait suite à une hausse des prix des grains et consécutivement du pain du fait de la suppression de la police des grains royale et des mauvaises récoltes des étés 1773 et 1774. Cette révolte singulière par son échelle fut réglée par un contrôle des prix du blé (avant le retour de l'abondance) et l'intervention de la troupe. À travers la révolte frumentaire de l'Ancien Régime, se manifeste une crise sociale et politique. Ainsi, ces événements peuvent se lire comme une réaction envers l'édit de Turgot, qui établit la libéralisation du commerce des grains sous l'Ancien Régime le 13 septembre 1774 : en effet, cette libéralisation apparaît comme contraire à l'« économie morale », rupture par rapport au principe qui exige du roi de veiller à la sécurité de ses sujets et à leur approvisionnement en denrées.

Des analyses récentes tendent à voir cet événement non pas seulement comme une révolte de la faim, mais également comme un prélude à la Révolution française. La guerre des farines peut être considérée, à ce titre, comme un événement prérévolutionnaire ou comme un signe avant-coureur de la Révolution[1]. La guerre dite des farines s'inscrirait dans un mouvement frumentaire plus ancien, et annoncerait les révoltes frumentaires de l'An II.

Événement[modifier | modifier le code]

La révolte frumentaire[modifier | modifier le code]

Causes et étapes de la violence frumentaire[modifier | modifier le code]

Lors de la soudure du printemps 1775, les réserves de céréales s'épuisent alors que les nouvelles récoltes ne sont pas encore arrivées. Au printemps 1775, la disette se manifeste dans ce contexte nouveau : avant l'édit de Turgot, chaque région aurait fait face à sa propre pénurie, de sorte que certaines auraient souffert d'une véritable famine tandis que d'autres auraient été totalement épargnées et approvisionnées à des prix stables ; une intervention royale aurait été demandée, et sans doute obtenue, pour assurer l'approvisionnement des région les plus touchées. Avec la libéralisation, les grains peuvent sortir des régions épargnées pour aller vers les plus touchées, provoquant partout des hausses de prix importantes[2] et une disette touchant plus vite plus de gens.

Le prix des grains et du pain — qui atteint 30 sous — augmente brutalement, et cette augmentation est vécue comme intolérable par les populations les plus modestes. Il s'ensuit une agitation populaire importante sur les marchés et autres lieux de distribution des farines. Des rumeurs se propagent alors contre les « accapareurs » et les « monopolisateurs ». Ce type de réaction populaire contre les commerçants est une constante des situations de disette, mais il prend un relief particulier alors que le gouvernement se tourne vers les théories physiocratiques, et libère le commerce.

Longtemps, la thèse d'un complot politique tramé contre Turgot par divers clans de la cour a été avancée comme facteur explicatif, une thèse que l'historien George Rudé a réduite à néant[3].

Les principales étapes d'une émeute d'Ancien Régime, de l'entrave au pillage[modifier | modifier le code]

En 17 jours, 180 conflits ont pu être recensés dans le Bassin parisien ; Jean Nicolas[4] relève 123 émeutes distinctes. Cynthia Bouton[5] relève 313 occurrences, interprétées tantôt comme des mouvements « anarchiques » tantôt comme l'anticipation d'une révolte rurale. Ces manifestations de l'économie morale prennent trois formes distinctes :

  • dans les régions exportatrices, on constate des taxations populaires spontanées et des pillages plus ou moins organisés. Les émeutiers dénoncent les spéculations, contraignent les gros fermiers et les propriétaires à vendre leurs stocks sur le marché à un « juste prix », pillent éventuellement boulangeries et entrepôts, et affirment rétablir les principes de l'économie morale.
  • dans les villes, sont organisés de façon similaire des attaques des dépôts et de boulangerie.
  • enfin, se met en place une entrave des circuits de communication, fluviaux et routiers dans les régions de grande culture. Par réflexe élémentaire de survie plus que par acte de malveillance, les émeutiers entravent les transports de blé de telle ou telle province agricole vers d'autres provinces à plus haut pouvoir d'achat.

Les victimes sont généralement des marchands ou des fermiers, mais plus encore, comme l'a montré Cynthia Bouton, les représentants directs du pouvoir. Les émeutes sont souvent dirigées contre les meuniers affairistes ou contre des conseillers aux parlements, ainsi dès le 18 avril à Dijon. Le 27 avril, le mouvement touche les grandes plaines de culture, dans un premier temps la Bourgogne de l'Ouest, puis de proche en proche, le Beauvaisis, et enfin la Beauce et la Brie. Les séditieux sont devant Versailles le 2, et, le 3 mai, la foule pille les boulangeries de Paris. Louis XVI se montre inquiet, car certains mots d'ordre et pamphlets mettent en cause son entourage. Les destructions furent en réalité fort limitées ; les principales cibles furent les barques qui transportaient les blés, alors envoyées par le fond.

Le retour à l'ordre[modifier | modifier le code]

L'ordre est rétabli par une double action du gouvernement :

  • répressive, par l'intervention de 25 000 soldats, 162 arrestations, et la pendaison de deux émeutiers (un perruquier de 28 ans et un compagnon gazier de 16 ans qui furent exécutés pour l'exemple en place de Grève[6]).
  • d'assistance aux populations par l'organisation d'un approvisionnement des provinces en difficulté ainsi que par obligations faites aux propriétaires de stocks de vendre leur produit aux prix imposés. Le roi multiplie les messages aux masses paysannes, en particulier par l'intermédiaire du clergé lors des prônes.

Cinq mois furent nécessaires pour mettre définitivement fin aux troubles, mais le gros des troubles est passé après le 11 mai 1775.

La critique politique et sociale[modifier | modifier le code]

  • L'idée de libéralisation du commerce des grains est discréditée. A plus long terme, l'expérience économique éloigne les masses paysannes du gouvernement de Versailles.
  • Sur le plan de la politique, l'événement provoque des remaniements en sein du gouvernement et un changement de politique royale. Turgot réclame et obtient de la part de Louis XVI la démission du lieutenant général de police Jean-Charles-Pierre Lenoir.
  • Un certain nombre de libelles, très localisés, mettent en cause le souverain lui-même : on y trouve des attaques contre « le sang des Bourbons », mais ces écrits sont le fait d'une population cultivée et de plumes savantes. Pour Kaplan, l'événement marque le désenchantement grandissant du peuple envers le roi, une étape de la rupture du lien sacré entre le roi et ses sujets.
  • Cependant, les émeutes présentent un caractère paradoxal, qui témoigne bien des caractéristiques de l'économie morale mis au jour par les historiens E. P. Thompson et Charles Tilly : d'un côté, une demande de retour au paternalisme royal, et en même temps une critique de la politique gouvernementale. Deux logiques s'affrontent : celle qui obéit aux lois de la propriété, et celle qui obéit à la morale. Les émeutiers interpellent l'autorité publique, et lui demandent de rétablir le prix juste. En l'absence de réponse, se met en place une pratique de règles d'un ordre intérieur : le pouvoir de régulation.
  • En définitive, ces émeutes sont le signe d'une aspiration à une justice alimentaire, redistributive, qui repose sur une forte demande de régulation et d'encadrement. Les émeutes frumentaires ne peuvent être assimilées à des jacqueries, au sens où elles ne sont pas dressées contre l'autorité politique, elles ne sont pas le fait d'une usurpation de pouvoir, mais elles obéissent à une discipline communautaire. L'accès au grain et le juste prix du pain apparaissaient comme des droits universels.
  • Sur le plan social, les sources témoignent d'une aggravation des oppositions sociales, voire une polarisation sociale : une élite restreinte de fermiers riches s'oppose à une masse de plus en plus pauvre. Les paysans, qualifiés dans certaines sources d'Insurgents, sont accompagnés des syndics des villages — parfois contraints — et des curés de campagne, comme en Normandie.

Les cibles des émeutiers sont ainsi ceux qui se sont émancipés de la discipline communautaire : fermiers et grands exploitants du Bassin parisien, et, dans une moindre mesure, bourgeois des villes. Parfois encore, des propriétaires nobles ou ecclésiastiques, fermiers insérés dans le système seigneurial, à l'exemple de Jacques-Pierre de Hericourt, fermier à Cagny, en Brie, seigneur de Chesany.

  • De la question frumentaire à la question sociale, se manifeste la faiblesse structurelle de l'économie du royaume, mais aussi l'apparition d'une nouvelle rhétorique contestataire.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Le roman historique de Jean-François Parot Le sang des farines a pour cadre les événements parisiens survenus lors de cette guerre des farines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'État et les violences frumentaires en France sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Nicolas Bourguinat, Ruralia, 01. 1997.
  2. les denrées alimentaires ont des prix très instables, qui s'effondrent très vite en cas d'abondance pour s'envoler très haut à la moindre tension sur l'approvisionnement
  3. George Rudé, La foule dans la Révolution française, Maspéro, 1982
  4. La Rébellion Française, Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Seuil, 2002. p. 253-265.
  5. The Floor..., 1993.
  6. Bernard Vincent, Louis XVI, Gallimrd Folio Biographies, 2006, page 111.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Steven Kaplan, Le pain, le peuple, le roi : la bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Perrin, 1986.
  • Vladimir S. Lujblinski, La guerre des farines. Contribution à l'histoire de la lutte des classes en France, à la veille de la Révolution, Presses Universitaires de Grenoble, 1979.
  • Louise Tilly, « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », dans Annales. Économies, sociétés, civilisations, tome 27, n° 3, mai-juin 1972, pp. 731-757 (pp. 11-33).
  • E. P. Thompson, Florence Gauthier, Guy-Robert Ikni, La Guerre du blé au XVIIIe siècle : la critique populaire contre le libéralisme économique au XVIIIe siècle, Montreuil, 1988.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :