Guayaramerín

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la ville brésilienne voisine, voir Guajará-Mirim.
Guayaramerín
Administration
Pays Drapeau de la Bolivie Bolivie
Département Flag of Beni.svg Beni
Province Vaca Diez
Maire Guido Roca
Démographie
Population 36 008 hab. (2005)
Densité 2 591 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 48′ 00″ S 65° 23′ 00″ O / -10.8, -65.383333 ()10° 48′ 00″ Sud 65° 23′ 00″ Ouest / -10.8, -65.383333 ()  
Altitude 120 m
Superficie 1 390 ha = 13,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bolivie

Voir sur la carte Bolivie administrative
City locator 14.svg
Guayaramerín

Guayaramerín est une ville du département de Beni (province de Vaca Diez), en Bolivie. Elle est située au nord-est du pays à la frontière avec le Brésil sur la rive gauche du Río Mamoré. Sa population était estimée à 36 008 habitants en 2005).

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie traditionnelle du nom de Guayaramerín (ainsi que de sa voisine brésilienne Guajará-Mirim) indique qu'il s'agit d'un mot d'origine tupi-guarani se traduisant par « petit rapide » du nom des rapides se situant immédiatement en aval du port de la ville[1]. Une explication alternative plus récente, partant toujours d'une origine tupi-guarani, faisant aussi référence à ces rapides, et prenant en compte les attributs légendaires de cette barrière naturelle indique qu'il faut traduire Guayaramerín par « lieu des femmes sensuelles, séductrices » ou « lieu des sirènes »[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Guayaramerín se situe à une altitude de 119 m d'altitude à la limite du bouclier amazonien d'origine précambrienne[2]. Elle se trouve dans la province de Vaca Diez, département de Beni. Sa situation est stratégique car il s'agit du dernier point navigable de l'artère Ichilo - Mamoré, l'un des plus grands axes fluviaux du pays reliant le Beni aux provinces de Santa Cruz et Cochabamba. Immédiatement en aval de Guayaramerín, il est coupé par de nombreux rapides en raison de la déclivité, et ce jusqu'à Porto Velho sur le Rio Madeira, affluent navigable de l'Amazone[3]. La ville appartient à la région dite de l'Amazonie bolivienne et forme un pôle urbain au nord du Beni avec sa voisine Riberalta située à 93 km de là sur le río Beni. Il est envisagé que les deux cités finissent par former une conurbation, une fois la route les reliant asphaltée[4]. En revanche la ville est fortement excentrée par rapport aux grands centres urbains boliviens, elle est difficile d'accès tant depuis l'Altiplano que depuis l'Orient mais de par sa situation de ville frontière est accessible depuis l'état brésilien du Rondônia se trouvant de l'autre côté du Mamoré.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1846, José Agustín Palacios Pinto est le premier à mentionner et nommer les rapides de Guayaramerín, juste en aval de l'actuelle ville[5]. Un témoignage datant de 1868 indique qu'il existe sur place quelques baraques destinées aux commerçants naviguant sur le Mamoré, forcés de faire halte en raison de la rupture de charge provoquée par la présence des rapides[5]. La fondation officielle de Guayaramerín date du 19 août 1892, dans le cadre du plan de colonisation de l'Amazonie bolivienne[5].

Le boom du caoutchouc accroit l'importance stratégique du bourg en tant que tête de pont de la Bolivie vers le Brésil et au delà, l'Atlantique. La richesse générée par l'exploitation du caoutchouc provoque les convoitises du Brésil sur les immenses territoires boliviens de l'Acre une situation qui se cristallise lors de la guerre de l'Acre se terminant par l'annexion par ce pays de l'Acre. Cette perte fait prendre conscience à la Bolivie l'importance qu'il y a d'intégrer ses territoires périphériques amazoniens. En 1905, il est décidé de faire de Guayaramerín un port officiel de la République sous le nom de Puerto Sucre[5]. L'une des clauses du traité de Petrópolis qui fait suite à la guerre statue que le Brésil doit en compensation à la perte de l'Acre par la Bolivie, construire un chemin de fer entre le Mamoré et le Madeira permettant de relier la Bolivie à l'Atlantique, une voie jusqu'alors coupée par les rapides se trouvant en aval de Guayaramerín.

Le chemin de fer qui part de l'actuelle Guajará-Mirim, en face de Guayaramerín en territoire brésilien et a pour terminus Porto Velho est construit de 1907 à 1912 et renforce l'importance stratégique du port bolivien en tant que point de rupture de charge entre le Pacifique et l'Atlantique. La localité est urbanisée selon un plan en damier entre 1909 et 1911. En 1915, son port retrouve son ancien nom de Guayaramerín[5]. En 1931, à la veille de la guerre du Chaco, il est fait port majeur[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1900 1950 1976 1992 1999 2001
91 1 470 12 520 27 706 35 904 33 095
(Source : Carlos Mesa[6])


Culture[modifier | modifier le code]

Guayaramerín n'a pas été marquée comme les localités du sud du Beni par la présence missionnaire jésuite; formée assez récemment par des migrants aux origines diverses, les traditions locales à caractère religieux n'y ont pas la prégnance existant dans le sud du département[7]. De ce fait, les principales célébrations sont républicaine; la fête nationale, le jour de la mer et l'anniversaire de la fondation de la ville[7]. L'une des spécificités de la ville est l'existence d'un « jour de l'intégration » durant lequel les diverses composantes de la société locale, migrants de l'Altiplano, descendants des peuples amérindiens de l'Amazonie font des démonstrations de leurs danses[7]. Certains d'entre eux tels les Baure ont de fortes traditions religieuses héritées du passé missionnaire mais celles-ci leurs restent spécifiques et ne sont pas partagées par l'ensemble de la société[7]. Contrairement à Cobija, autre ville frontière de l'Amazonie bolivienne, la culture brésilienne n'occupe pas une place importante, le portugais bien que généralement compris n'est pas parlé[8], l'influence du pays voisin se note cependant par le fait que la musique brésilienne y soit populaire[9].

Transport[modifier | modifier le code]

De par sa position excentrée par rapport au territoire national, Guayaramerín se trouve très isolée des grands centres urbains boliviens.

Guayaramerín dispose d'un port la mettant en connexion directe avec les départements de Cochabamba, Santa Cruz et le Beni via l'axe fluvial Ichilo-Mamoré navigable jusqu'à Puerto Villaroel pour les navires de fort tonnage en saison humide et jusqu'à Trinidad en saison sèche[10].

Par la route elle est reliée à Riberalta à 93 km à l'est, il s'agit de la liaison la plus transitée de l'Amazonie bolivienne[4], à partir de là il est possible d'accéder au nord à Cobija dans le département de Pando ainsi qu'au sud-ouest et sud-est à l'orient bolivien (Trinidad, Santa Cruz de la Sierra) et à l'Altiplano (La Paz) via la localité de Rurrenabaque. Le réseau routier brésilien est accessible de l'autre via la traversée du fleuve Mamoré. Une gare routière existe, d'où partent des autobus vers les destinations indiquées précédemment[10].

L'aéroport Emilio Beltrán assure des liaisons aériennes avec La Paz, Cochabamba et Santa Cruz, sa piste non asphaltée, d'une longueur de 2000m est capable d'accueillir des gros porteurs. Dans les années 1990, il y avait jusqu'à six atterrissages par jour sur l'aéroport, ce qui en faisait le cinquième en termes de flux de passagers à l'échelle nationale[10].

Centre de commandement de la marine bolivienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Forces navales boliviennes.

Guayaramerín est le siège de l'état-major du districto naval Madera, l'un des six districts des forces navales boliviennes. En 1963, l'Armada boliviana constituée la même année installe une section de bataillon fluvial à Guayaramerín[11]. Le personnel militaire est à cette époque réduit en raison du manque de logements. Il prend ses quartiers dans ce qui est actuellement le siège local de l'entreprise pétrolifère YPFB[11]. En 1967-68, la marine acquiert de nouveaux terrains sur la rive du Mamoré et, le troisième district naval Madera est créé en 1968. En 1971, un centre de commandement est construit et en 1990 un arsenal[11].

La juridiction du district s'étend sur 484 km de voies navigables, certaines d'entre elles constituant la frontière avec le Brésil, du département de Pando jusqu'à la province d'Iténez[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Crespo Avaroma 2006, p. 75-93
  2. Crespo Avaroma 2006, p. 27-39
  3. Crespo Avaroma 2006, p. 181-191
  4. a et b Wilder Molina 2008, p. 73
  5. a, b, c, d, e et f Crespo Avaroma 2006, p. 217-230
  6. (es) Carlos D. Mesa Gisbert, Historia de Bolivia, La Paz, Editorial Gisbert,‎ 2008, 7e éd., 739 p. (ISBN 978-99905-833-3-5, LCCN 2009384771), p. 682-683
  7. a, b, c et d Wilder Molina 2008, p. 79
  8. Wilder Molina 2008, p. 202
  9. Wilder Molina 2008, p. 198
  10. a, b et c Crespo Avaroma 2006, p. 152-155
  11. a, b, c et d (es) « Segundo Distrito Naval "MAMORE" », sur Armada boliviana (consulté le 14 décembre 2009)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Juan Carlos Crespo Avaroma, Decálogo de la geohistoria guayaramirense : una propuesta de identidad geológica, histórica y cultural mojo-amazónica para nuestro municipio, La Paz, Plural Editores,‎ 2006, 1e éd., 236 p. (ISBN 978-99905-63-93-1, LCCN 2006463871)
  • (es) A. Wilder Molina et al., Sociedades y territorios culturalesen la región Amazónica de Bolivia, La Paz, Fundación UNIR Bolivia,‎ 2008, 1e éd., 244 p. (ISBN 978-99905-911-6-3, OCLC 465511633, LCCN 2009480798, lire en ligne)