Guajará-Mirim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la ville bolivienne voisine, voir Guayaramerín.
Guajará-Mirim
Blason de Guajará-Mirim
Héraldique
Drapeau de Guajará-Mirim
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Nord
État Rondônia Rondônia
Langue(s) Portugais
Maire Atalibio José Pegorini (PR)
Code postal 78 957-000
Fuseau horaire
Heure d'été
UTC-3
UTC-3
Indicatif 69
Démographie
Gentilé Guajaraense
Population 39 451 hab.[1] (01-04-2007)
Densité 1,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 46′ 58″ S 65° 20′ 22″ O / -10.78278, -65.33944 ()10° 46′ 58″ Sud 65° 20′ 22″ Ouest / -10.78278, -65.33944 ()  
Altitude 128 m
Superficie 2 485 600 ha = 24 856 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Écotourisme
Date de fondation
1943
Localisation
Localisation de Guajará-Mirim sur une carte
Localisation de Guajará-Mirim sur une carte

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
Guajará-Mirim

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
Guajará-Mirim
Liens
Site web http://guajaramirim.ro.gov.br/

Guajará-Mirim est une ville brésilienne de l'État du Rondônia en Amazonie. Elle est construite sur la rive droite du Río Mamoré qui forme la frontière avec la Bolivie en face de la ville bolivienne presque homonyme de Guayaramerín. Sa population était estimée en 2007 à 39 451 habitants. Son altitude est de 128 mètres.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie traditionnelle du nom de Guajará-Mirim (ainsi que de sa voisine bolivienne Guayaramerín) indique qu'il s'agit d'un mot d'origine tupi-guarani se traduisant par « petit rapide » du nom des rapides se situant immédiatement en aval du port de la ville[2]. Une explication alternative plus récente, partant toujours d'une origine tupi-guarani, faisant aussi référence à ces rapides, et prenant en compte les attributs légendaires de cette barrière naturelle indique qu'il faut traduire Guayaramerín par « lieu des femmes sensuelles, séductrices » ou « lieu des sirènes »[2].

Une petite ville sans maraîchage[modifier | modifier le code]

Guajara-Mirim, au plan en damier, aux constructions horizontales disposant généralement de cours, semblables en cela à toutes les petites villes des pays tropicaux, surprend par l'absence de cultures maraîchères existant en Afrique ou en Asie tropicale .Il n’y a pas ou peu de maraîchers dans le municipio mis à part un Japonais et quelques Boliviens. Chaque semaine un camion en provenance de Sao Paulo à 3 500 km de là vient approvisionner le marché en légumes et fruits.

Un seul monument[modifier | modifier le code]

La ville est très étendue, aérée par la faible densité du bâti, toutefois sans place aménagée, à la différence de Guayaramerim qui a subi l’infIuence espagnole. Guajara Mirim possède un seul monument, la cathédrale Nossa Senhora do Seringueiro, construite par Dom Rey et inaugurée le 8 décembre 1971 (mission de Guajara-Mirim). De style franciscain, elle possède un clocher de deux tours quadrangulaires encadrant la façade et, à l’intérieur une très large nef met en valeur le chœur ainsi que la représentation de Notre Dame du Seringueiro.

L'ancienne gare de Guajara-Mirim a été transformée en musée de la ville. Le Chemin de fer Madeira-Mamoré, aussi appelé « train de la mort », a été remplacé par la route qui mène vers Porto Velho.

Une ville sans favelas[modifier | modifier le code]

Par sa démographie, Guajara-Mirim, dixième municipio sur les 52 de l'État du Rondônia (42 080 habitants en 2006, bien plus avec les 3 000 ou 4 000 boliviens non enregistrés) a progressé de 4 000 habitants depuis l'an 2000 et s'urbanise très rapidement. 73 % en 1980, 86 % en 1998 et 93 % en 2007 : la majeure partie du municipio de 25 214 km2 est pratiquement inhabitée avec une densité brute de 1,67 hab. par km2. Guajara -Mirim a passé de 5 quartiers en 1980 à 16 actuellement, tout en évitant la formation de favelas, fait exceptionnel dans une ville amazonienne. Le rôle de l'église catholique a été important dans ce cadre, le diocèse a acheté 72 parcelles, créant le quartier Triangulo sur les rives du fleuve d'abord, où les inondations rendaient précaires toute construction. Ensuite ce fut le tour du Jardim das Esmeralda, à la limite orientale de la ville. Réalisé sous la pression de centaines de migrants qui désiraient s'installer à l'orée de l'agglomération sur des terres vides que s'étaient appropriés des latifundiaires, l'intervention de la Mission fut décisive.

Le problème majeur demeure le développement du marché du travail, les activités économiques étant limitées. Le secteur de l'éco-tourisme est en développement ; ainsi a été construit le Pakaas-Lodge à une demi heure du centre ville, au confluent de la rivière Pakaas Novos et du Mamoré. Un hôtel de charme de 28 bungalows qui se fond entièrement dans la forêt.

Mission de Guajará-Mirim[modifier | modifier le code]

À la tête de la mission de Guajará-Mirim se trouve Dom Geraldo Verdier, originaire d'Alban dans le Tarn, évêque de Guajara-Mirim.

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2004 2008 José Mário de Melo PDT  
2008 2012 Atalibio José Pegorini PR  

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IBGE
  2. a et b (Crespo Avaroma 2006, p. 75-93)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Juan Carlos Crespo Avaroma, Decálogo de la geohistoria guayaramirense : una propuesta de identidad geológica, histórica y cultural mojo-amazónica para nuestro municipio, La Paz, Plural Editores,‎ 2006, 236 p. (ISBN 9990563934)
  • Gérard Verdier, Au Cœur de l'Amazonie, l'Eglise des Pauvres,‎ 2007, 80 p. (ISBN 2854435079)

Liens externes[modifier | modifier le code]