Georges Ier de Trébizonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges Ier et Georges de Trébizonde.
L’Empire byzantin en 1265, avec l’Empire de Trébizonde à gauche.

Georges Ier de Trébizonde (vers 1255 - vers 1284) fut empereur de Trébizonde de 1267 à juin 1280. Il était le fils aîné de l’empereur Manuel Ier et de sa troisième épouse Irène Syrikaina, une aristocrate de Trébizonde.

Règne[modifier | modifier le code]

Georges Ier succède à son demi-frère aîné Andronic II en 1267 (ou 1266). Il a poursuivi une politique anti-aristocratique et s’est allié avec Charles d’Anjou, s’opposant de fait à l’empereur byzantin Michel VIII Paléologue. Cependant, cette politique couplée à son incapacité à lutter contre les Mamelouks d’Égypte provoqua la colère de son suzerain, le Mongol houlagide Abaqa, allié de l’Empire byzantin. Il fut convoqué par le chef mongol mais fut cependant trahi semble-t-il par ses propres courtisans alors qu’il se rendait à Tabriz, la résidence d’Abaqa en juin 1280. C’est son plus jeune frère, Jean II qui lui succéda.

Malgré le fait que certains chroniqueurs arméniens affirment que Georges Ier fut tué par l’Ilkhan, il apparaît aujourd’hui plus certain qu’il fut emprisonné puis libéré après la mort de l’Ilkhan en 1282. En 1284, il tente de reconquérir son trône par la force, mais se voit infliger une lourde défaite. Bien que Georges Ier ait réussi à s’échapper et à errer quelque temps dans l’empire, il fut finalement capturé et probablement exécuté, bien qu’aucune source ne soit explicite à ce sujet. Le parcours de Georges Ier fut immortalisé par Michel Panaretos sous le nom du « Vagabond » (Πλάνος, Planos) dans sa chronique.

Aucun mariage de Georges Ier n’est connu, mais ce dernier eut deux filles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford University Press, 1991.
  • (en) A. Bryer, « The Fate of George Komnenos, Ruler of Trebizond (1266–1280) », dans Byzantinische Zeitschrift, 66 (1973), p. 332-350.
  • (en) W. Miller, Trebizond : The Last Greek Empire of the Byzantine Era, Chicago, 1926.