Manuel Ier de Trébizonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manuel Ier.
Pièce de monnaie à l'effigie de Manuel Ier.

Manuel Ier de Trébizonde (en grec : ΄ Μέγας Κομνηνός de Μανουήλ Α ; né en 1218, mort en mars 1263) fut empereur de Trébizonde de 1238 à sa mort.

Son règne[modifier | modifier le code]

Malgré ses bonnes capacités militaires, Trébizonde resta sous son règne le vassal de l'empire seldjoukide et, après la bataille de Köse Dağ en 1243, le vassal des Mongols. Les forces de Trébizonde servirent d'ailleurs dans les armées du sultan seldjoukide.

En 1253, Manuel communiqua avec le roi Louis IX de France, avec qui il espérait mettre en place une croisade contre les Seldjoukides et l'Empire de Nicée, mais Louis lui conseilla de chercher une épouse du côté de l'Empire latin de Constantinople.

Après le sac de Bagdad en 1258 par Houlagou Khan, les routes commerciales commencèrent à passer plus au nord par l'Arménie et par l'Empire de Trébizonde. Ce nouvel itinéraire commercial jeta les bases de la future puissance commerciale de Trébizonde, car les marchands de soie passaient maintenant par les côtes de la mer Noire. Comme ses prédécesseurs, Manuel frappe des monnaies à son effigie et certaines furent retrouvées au-delà des frontières de l'empire, en Géorgie notamment.

Durant son règne, Manuel a reconstruit l'Hagia Sophia, un monastère de Trébizonde, entre 1250 et 1260. Lors de la reprise de Constantinople par l'Empire de Nicée en 1261, Michel VIII tenta sans succès d'obliger Manuel à abandonner ses projets de reprise de Constantinople. Manuel Ier se maria trois fois et eut plusieurs enfants.

Famille[modifier | modifier le code]

Par son premier mariage avec Anna Xylaloe, une femme noble de Trébizonde, Manuel eut un fils :

Par son second mariage avec la princesse Rusudan, une princesse caucasienne, il eut comme fille :

Par son troisième mariage avec Irène Syrikaina, une autre noble de Trébizonde, il eut 4 enfants :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford University Press, 1991.
  • (en) W. Miller, Trebizond: The Last Greek Empire of the Byzantine Era, Chicago, 1926.
  • (en) Antony Eastmond, Art and identity in thirteenth-century Byzantium: Hagia Sophia and the empire of Trebizond, Burlington, Ashgate, 2004.
  • (en) « Manuel Ier de Trébizonde », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne].