François Wahl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wahl (homonymie).

François Wahl, né le 13 mai 1925 à Paris et mort le 15 septembre 2014 (à 89 ans) à Avilly-Saint-Léonard (Oise)[1], est un philosophe et éditeur français.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

À dix-huit ans, François Wahl perd son père, administrateur des Galeries Lafayette, mort en déportation à Auschwitz après avoir été dénoncé comme Juif en 1943[2]. En juin 1944, il rejoint le maquis puis retourne à Paris à la Libération, et rencontre Élie Wiesel. Il milite jusqu'en 1948 pour la création de l’État d'Israël au sein du Groupe Stern[1].

Au terme de ses études à Paris, il obtient l'agrégation de philosophie.

En 1957, il entre aux Éditions du Seuil, où il fonde avec Paul Ricoeur la collection « L'Ordre philosophique » en 1966. Il y contribue à la promotion du structuralisme en publiant notamment Barthes et Lacan.

En 1991, il décide de cesser toute activité éditoriale pour se consacrer à l'écriture. Cinq ans plus tard, il publie Introduction au discours du tableau[3]. En septembre 2007, il publie son second ouvrage, Le Perçu[4], ouvrage dans lequel il renoue avec la grande tradition phénoménologique (Husserl, Heidegger, Merleau-Ponty) et prolonge le dialogue avec son ami Alain Badiou. Malgré le rôle historique de Wahl dans le rayonnement intellectuel de la maison, les Éditions du Seuil ont refusé Le Perçu, arguant de sa trop grande taille (800 p.), tandis qu'elles maintenaient la publication des lettres de Martin Heidegger à sa femme Elfride (Ma chère petite âme, « L'ordre philosophique », octobre 2007, 524 p.). Ce refus a provoqué la démission d'Alain Badiou et de Barbara Cassin, qui dirigeaient la collection « L'ordre philosophique » depuis le départ en retraite de Wahl.

Cette collaboration s'est ensuite poursuivie chez Fayard avec la nouvelle collection « Ouvertures », dont Le Perçu est le premier titre[5].

Il était le compagnon de Severo Sarduy[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Elisabeth Roudinesco, « Mort de l'éditeur et philosophe François Wahl », sur le site lemonde.fr, 15 septembre 2014.
  2. a et b Voir, Aeschimann, Eric. La fin de l'exception juive. Libération, 28 février 2007.
  3. Paris, Seuil, coll. "L'ordre philosophique", 1996.
  4. Paris, Fayard, coll. "Ouvertures", 2007.
  5. « Seuil franchi », article de Libération du 17 mai 2007 (article en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]