Severo Sarduy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Severo Sarduy, né le 25 février 1937 à Camagüey et mort le 8 juin 1993 à Paris, est un poète, dramaturge, peintre, critique d'art et collectionneur cubain.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Severo Sarduy s'est établi en France en 1961. Il admirait Victor Vasarely, Wifredo Lam, Giuseppe Arcimboldo, Francesco Borromini, Robert Delaunay. Il a collaboré à de nombreuses publications, dont Nueva revista cubana, Lunes de Revolución, Carteles, Tel Quel, Mundo nuevo.

Il était l'ami de l'artiste argentin pionnier de l'art fractal, vivant à Paris, Carlos Ginzburg. ll est mort en exil en 1993 sans avoir pu retourner dans son pays.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Gestos (1963)
  • De donde son los cantantes (1967). Traduction française : Écrit en dansant, Seuil, Paris, 1967.
  • Escrito sobre un cuerpo (essais, 1969)
  • La playa (pièce radiophonique, 1971)
  • La caída (pièce radiophonique, 1971)
  • Relato (pièce radiophonique, 1971)
  • Los matadores de Hormigas (pièce radiophonique, 1971)
  • Flamenco (poèmes, 1971)
  • Mood Indigo (poèmes, 1971)
  • Cobra (roman, 1972). Traduction française : Cobra, Seuil, Paris, 1972.
  • Barroco (essais, 1974). Traduction française : Barroco, Gallimard, Coll. Folio Essais, Paris, 1991.
  • Big Bang (poèmes, 1974). Ilustraciones del pintor Ramón Alejandro. Traduction française : Big Bang, Fata Morgana, Montpellier, 1973.
  • Para la voz (1977)
  • Maitreya (1978). Traduction française : Maitreya, Seuil, Paris, 1980.
  • Daiquiri (1980)
  • Colibrí (1984). Traduction française : Colibri, Seuil, Paris, 1986.
  • Cocuyo (roman, 1990). Traduction française : Pour que personne ne sache que j’ai peur, Gallimard, Paris, 1991.
  • Pájaros de la playa (1993). Traduction française : Les oiseaux de la plage, Gallimard, Paris, 1994.
  • La Plage, pièce de théâtre, mise en scène par Simone Benmussa au Théâtre du Rond-Point (1977).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Anne Macé, Severo Sarduy, L’Harmattan, Paris, 1992.
  • Juan Goytisolo, La Forêt de l’écriture, traduit de l’espagnol par Abdelatif Ben Salem, Fayard, Paris, 1997.
  • Nina Preyer, Severo Sarduys Zeichenkosmos. Theorie und Praxis einer Romanpoetik des "neobarroco cubano", Universitätsverlag Winter, Heidelberg 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]