Hari Rûd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 39′ N 66° 43′ E / 34.65, 66.717 ()

Hari Rûd
(Tejen - Tedjen)
Le minaret de Jam au bord de l'Hari Roud.
Le minaret de Jam au bord de l'Hari Roud.
Caractéristiques
Longueur 1 100 km
Bassin 70 620 km2
Bassin collecteur endoréique
Débit moyen 31,4 m3/s (à Pol-i-Khatoun)
Régime nival
Cours
Se jette dans oasis de Tejen
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau du Turkménistan Turkménistan

Le Rudkhaneh-ye Hari Rûd, en translittération française Hari Roud, parfois appelé Hari Rod, (هریرود) est un fleuve qui coule en Afghanistan, en Iran et au Turkménistan. Au Turkménistan, on l'appelle Tejen ou Rivière Tedjen et il passe près de la ville de Tedjen ou Tejen.

Son nom[modifier | modifier le code]

Rûd signifie « rivière » en persan (farsi). En latin, on l'appelait Arius ou Ochus.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Hari Rûd prend sa source dans les montagnes du Koh-i Baba, partie de l'Hindou Kouch, en Afghanistan central, et poursuit son parcours vers l'ouest.

Arrivée en Afghanistan occidental, la rivière coule au sud de la ville d'Hérat. La vallée entourant cette ville (l'ancienne Alexandrie d'Arie) est historiquement renommée pour sa fertilité et les cultures y sont intensives. Le Hari Rûd reçoit les eaux de la rivière Djâm au niveau du site du Minaret de Djâm, le second plus haut minaret au monde avec ses 65 mètres.

Après Hérat, la rivière prend la direction du nord-ouest puis du nord, formant la partie nord de la frontière irano-afghane. Plus loin, elle forme la partie sud-est de la frontière entre l'Iran et le Turkménistan.

Après un parcours de 1 100 km environ, le Hari Rûd disparaît par épuisement dans le sud du désert du Karakoum.

Affluents[modifier | modifier le code]

  • Le Kawgan lui donne ses eaux en rive gauche, dans son cours supérieur.

Hydrométrie[modifier | modifier le code]

Les débits du Hari Rûd à Chekhcheran en Afghanistan[modifier | modifier le code]

Le débit du Hari Rud a été observé pendant 2 ans (entre 1961 et 1963) à Chekhcheran, localité afghane située au niveau de la sortie de la rivière de la zone montagneuse et de son entrée dans le piémont de l'Hindou Kouch[1].

À Chekhcheran, le débit inter-annuel moyen ou module observé sur cette période était de 22,3 m3/s pour une surface étudiéé de 6 090 km2.

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant, de loin la plus importante du point de vue de l'écoulement, atteint ainsi le chiffre de 115 millimètres par an.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Chekhcheran
(Données calculées entre 1961 et 1963)

Les débits du Tedjen à Pol-i-Khatoun au Turkménistan[modifier | modifier le code]

Le débit du Hari Rûd devenu Tedjen a quant à lui été observé pendant 33 ans (entre 1936 et 1978) à Pol-i-Khatoun, localité turkmène située peu avant son delta dans l'oasis de Tedjen, c'est-à-dire en fin de parcours[2].

À Pol-i-Khatoun, son module s'élevait à 31,4 m3/s pour une surface de bassin de 70 600 km2. La lame d'eau écoulée dans le bassin versant se monte dès lors à pas plus de 14 millimètres par an.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Pol-i-Khatoun
(Données calculées entre 1936 et 1978)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. UNESCO - Bassin du Hari Rud - Station : Chekhcheran (Cagcaran)
  2. UNESCO - Bassin du Hari Rud/Tedjen - Station : Pol-i-Khatoun

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]