Andrea del Castagno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Niccolò da Tolentino, fresque (1456)
Le mur ouest avec La Cène de Sant'Apollonia

Andrea del CastagnoAndrea di Bartolo di Bargilla (Castagno vers 1419 - Florence, 19 août 1457) est un peintre italien de la Renaissance qui, par ses forts et minutieux clair-obscurs a influencé l'école de Ferrare.

Biographie[modifier | modifier le code]

Andrea naît de Bartolo di Simone di Bargilla et de Lagia vers 1419 dans le Mugello.

Chargé par la République de Florence de faire sur la façade du Bargello où doit être représentée l'exécution, au lendemain de la bataille d'Anghiari, l’effigie des rebelles pendus, il le fait avec une si effrayante vérité, que le peuple ne l'appelle plus depuis qu'Andreino degli Impiccati (André des Pendus)[1].

Proche de Masaccio par la puissance du modèle, il exécute entre 1440 et 1444 les fresques de la Crucifixion et les saints, dans le petit cloître de Santa Maria degli Angeli à Florence. Elles sont aujourd'hui conservées à l'Hôpital Santa Maria Nuova. Les effets de perspective et les figures y montre l'influence de Masaccio.

En 1442, il est à Venise où il exécute les fresques de la chapelle San Tarasio de l'Eglise San Zaccaria ; et plus tard à la basilique Saint-Marc avec une fresque de La Mort de la Vierge (1442-1443).

Revenu à Florence, en 1444, il dessine un vitrail de la Déposition de Croix pour la cathédrale.

Le 30 mai 1445, il devient membre de l'Arte dei Medici e Speziali et travaille pour les moines bénédictins. Il exécute pour eux de 1445 à 1450 les fresques du réfectoire de Sant'Apollonia représentant différents épisodes de la vie du Christ dont La Cène. Ces fresques s'y trouvent encore et constituent un de ses ensembles les plus lisibles parce que conservé dans son emplacement d'origine.

Des mêmes années est sa fresque de la Vierge à l'Enfant et des saints de la collection Contini Bonacossi (Uffizi).

De 1451 à 1453 il travaille dans la loggia de la Villa de Legnaia, un des quartiers de Florence, où il réalise les portraits de femmes et hommes illustres pour le gonfalonier Filippo Carducci.

Il poursuit également dans l'église Sant'Egidio, le travail interrompu en 1445 par Domenico Veneziano (mort en 1461) et Piero della Francesca, qui se composait d'un cycle sur la Vie de la Vierge hélas entièrement perdu[2].

Andrea del Castagno aurait obtenu de Domenico Veneziano le secret de la peinture à l'huile. Toutefois, la légende selon laquelle Andrea del Castagno l'aurait assassiné, mentionnée par l'anonyme Gaddiano dans un manuscrit rédigé vers 1540, et que reprend Giorgio Vasari dans ses Vite[3], est démentie par leurs dates de mort respectives : en effet, Andrea del Castagno est décédé en 1457 de la peste, soit quatre ans avant la mort de Domenico Veneziano en 1461.

En 1456 son colossal portrait équestre peint à fresque dans le bas-côté de la cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence, à la mémoire du condottiere Niccolò da Tolentino, est l'un des exemples les plus éloquents de perspective illusionniste de la Renaissance[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fresque disparue en 1494
  2. a et b Mario Scalini (directeur du palais Mozzi Bardini), Miroir du Temps : Chefs-d’oeuvre des musées de Florence, Silvana Editoriale et Musée des Beaux-Arts de Rouen,‎ 2006 (lien OCLC?), p.84
  3. extraite de son ouvrage Vite de’ piu eccellenti Pittori, Scultori et Architettori
  4. David, Washington
  5. Portrait d'homme, Washington
  6. maintenant dans le réfectoire de Sant’Apollonia ou aux Offices

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]