Elleore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

55° 41′ 10″ N 12° 03′ 40″ E / 55.686, 12.061

Drapeau d'Elleore
Drapeau d'Elleore

Le Royaume d'Elleore est une micronation située sur l'île d'Elleore dans le fjord de Roskilde, au nord de Roskilde, au Danemark.

Géographie et démographie[modifier | modifier le code]

L'île est estimée à environ 15 000 m2. Elleore est inoccupé sauf pendant une semaine, lors de la réunion annuelle en présence de dizaines de ses « citoyens », connue sous le nom d'Elleuge signifiant en français « semaine d'Elle » en référence à son occupation.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île est achetée en 1944 par des professeurs d'école de Copenhague pour y établir un camp de vacances. Ils proclament ironiquement l'indépendance de l'île en un royaume, parodie légère du gouvernement et des traditions royales du Danemark. On[Qui ?] déclare que l'ascendance du royaume vient d'une « société monastique de moines irlandais qui sont arrivés au milieu du 10e siècle[1] ».

De nombreuses traditions propres au royaume ont été créées au cours des décennies suivantes, comme l'interdiction du roman Robinson Crusoé et l'utilisation d'une « heure d'Elleore », qui est en décalage de 12 minutes en retard à celle du Danemark. Beaucoup de noms de lieux sur l'île, « le gouvernement » du royaume et les titres pris en charge par sa « noblesse » sont des parodies des équivalents danois.

Le royaume émet plusieurs timbres et pièces de monnaie.

Listes des monarques d'Elleore[modifier | modifier le code]

L'intronisation solennelle du monarque régnant a lieu durant la semaine d'occupation annuelle. Les monarques sont :

  • Erik I (1945-1949)
  • Leo I den Lille (1949-1960)
  • Erik II den Storartede (1961-1972)
  • Leo II den Folkekære (1972-1983)
  • Leodora den Dydige (1983-2003)
  • Leo III (2003- )

Elleore dans la culture[modifier | modifier le code]

En mars 2015, le chanteur français Dominique A, inspiré par la symbolique originale de cette micronation ainsi que par la sonorité de son appelation, décide d'intituler son album Éléor du nom – après déformation orthographique – du royaume d'Elleore bien qu'il ne s'y soit jamais rendu[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Micronations (Book review) par Andres Vaccari dans The Australian du 23 septembre 2006
  2. Dominique A du beau à l'horizon dans La Nouvelle République du 17 mars 2015.
  3. Disque : triple A pour Dominique par Philippe Chevilley dans Les Échos du 19 mars 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]