Royaume de Redonda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Royaume de Redonda est une micronation. Elle se trouve sur l’île inhabitée de Redonda, dans les Petites Antilles. Cette royauté date de 1865. Aujourd'hui elle compte plusieurs souverains qui se disputent le titre.

Historique[modifier | modifier le code]

L’île de Redonda est achetée en 1865 par Matthew Dowdy Shiell (1824-1888). D'origine irlandaise, il est armateur dans l'île voisine de Montserrat. Il a voulu célébrer par cette acquisition, la venue de son premier rejeton mâle (9e enfant), né le 21 juillet. En 1872, le gouvernement britannique — sous le règne de la reine Victoria —, intéressé par le phosphate que produit l’île, décide de l’annexer à sa colonie d’Antigua. Le propriétaire de l’île demande alors le titre de Roi de Redonda pour son fils. La requête est accordée par le British Colonial Office en 1880, à la condition de n’exercer aucun pouvoir et ne pas tenter de faire opposition aux intérêts britanniques.

Les rois de Redonda[modifier | modifier le code]

Des rois écrivains[modifier | modifier le code]

  • Felipe I - Matthew Phipps Shiel (M. P. Shiel), 1880-1947.
Couronné à 15 ans, il poursuit ses études à la Barbade. Le 25 avril 1885 il part en Angleterre et change l’orthographe de son nom, Shiell, pour Shiel. Il ne reviendra jamais à Montserrat. Après avoir été professeur et traducteur, il devient auteur d’histoires fantastiques, ce qui lui vaut l’admiration de nombreux écrivains. Un de ses livres, The purple cloud, sur le thème du dernier homme sur Terre est souvent considéré comme un chef d’œuvre du roman de science-fiction. En 1932 il se lie d’amitié avec Terence Ian Fytton Armstrong, bibliophile et poète connu sous le pseudonyme de John Gawsworth. Avant de mourir (17 février 1947), il lui transmet son titre royal et les droits de son œuvre.
  • Juan I - Terence Ian Fytton Armstrong, alias John Gawsworth, 1947-1970.
Il est né à Londres,le 19 juin 1912. Durant toute sa vie, il soutient des écrivains dont Shiel fait partie. En tant que monarque il crée une aristocratie intellectuelle en distribuant des titres nobiliaires à des auteurs et artistes célèbres. Après la guerre, il sombre dans l’alcoolisme. Nécessiteux, il vit de la vente de son importante collection de livres et de manuscrits, ainsi que de son titre royal de Redonda. Il meurt à 58 ans, dans un hôpital londonien dans un dénuement total, le 23 septembre 1970.
Avertissement : Ayant vendu à plusieurs reprises son titre royal, la succession de Gawsworth est confuse et crée la polémique. L’héritage du royaume s’étant transmis jusque là d’une manière implicite, par les liens de la littérature, la suite de cet article poursuit cette démarche. Cependant, un paragraphe présente d'autres personnes qui déclarent avoir accédé au trône par des voies différentes.
Drapeau en vigueur de 1980 à 1997.
  • Juan II - John Wynne-Tyson, 1970-1997.
Écrivain et éditeur, né en 1924. Il est l’un des détenteurs du titre, mais le seul à avoir les droits des œuvres de Matthew Phipps Shiel et de John Gawsworth. À la mort de ce dernier, il prend sa succession[1]. Lassé des problèmes du Royaume, créés par l’incurie de son prédécesseur, il abdique de sa charge le 6 juillet 1997, en faveur de l'auteur espagnol, Javier Marías.
L'écrivain accepte de perpétuer la légende du royaume et d'être l'exécuteur testamentaire littéraire des œuvres de Shiel et de Gawsworth[2].

Dans le but de défendre le legs littéraire du royaume, Javier Marías a créé sa propre maison d’édition, Reino de Redonda (Royaume de Redonda), spécialisée dans la littérature fantastique[3].
Le Prix Reino de Redonda a été institué en 2001 pour distinguer annuellement l'œuvre d’un auteur ou d’un cinéaste étranger à la langue espagnole[4]. L'Anglais et le Castillan étant les langues officielles du royaume, il est impératif que l'œuvre écrite ou filmée soit traduite ou sous-titrée dans ces deux langues. Ce prix, attribué en avril, est accompagné d’une somme de 3000 €. En outre, le titre de duc ou de duchesse est octroyé au lauréat.

D'autres rois[modifier | modifier le code]

  • King Leo - William Leonard Gates, 1989.
Il dit que Juan I abdiqua le 20 octobre 1966 en léguant son titre à Arthur John Roberts qui prit la couronne le 17 février 1967 sous le nom de Juan II. En avril 1970, Gawsworth a laissé des instructions pour que son héritage littéraire ainsi que celui de Matthew Phipps Shiel soit administré par son ami John Wynne-Tyson. Juan II abdique le 26 octobre 1989. William Gates accède au trône en reconnaissant l'écrivain, Javier Marías comme possesseur et exécuteur des droits littéraires. La cour vit à Londres[5].
  • King Robert the Bald (Robert le chauve) - Robert Williamson, 1997.
Il fait sa demande de succession à John Wynne-Tyson[6]. Il dit, qu’en réponse, il lui a fait parvenir une lettre où il le désigne comme son héritier. Avec son voilier basé à Antigua, il se tourne vers le tourisme en proposant des croisières vers Redonda, des souvenirs et divers produits.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Accompagné d’un ami et du bibliographe de Shiel, Reynolds Morse, Juan II se rendit le vendredi saint de 1979, à Redonda et la gravit jusqu’à son sommet.
  2. Il fait savoir comment il est devenu Roi de Redonda dans son livre, Dans le dos noir du temps (Negra espalda del tiempo), qui paraît en 1998. Il se trouve que Marías s'intéresse au parcours du poète John Gawsworth depuis 1985. Il en a fait un personnage de son roman, Todas las almas (Le Roman d’Oxford), paru en 1989 et le sujet d’une des nouvelles de son livre, Mientras ellas duermen (Ce que dit le majordome), paru en 1990.
  3. Le premier titre publié est La mujer de Huguenin (La Femme de Huguenin), de Matthew Phipps Shiel (Felipe I).
  4. Seuls les ducs participent au vote : chacun propose 3 noms sans se concerter.
  5. William Gates affirme posséder les documents accréditant sa légitimité.
  6. Il sait que Wynne-Tyson envisage d’abdiquer en faveur de Javier Marías. L'idée de voir restituer à un Espagnol un territoire où l'Empire Britannique avait tant fait pour les expulser des Caraïbes, motive sa demande.

Liens externes[modifier | modifier le code]