DJ Arafat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arafat.

DJ Arafat

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Arafat en concert au Stade du Tchad (2014)

Informations générales
Surnom Yorobo
Commandant Zabra
2 Fois Koraman
Zeus d'Afrique
Nom de naissance Didier Ange Houon
Naissance 26 janvier 1986
Abidjan (Région des Lagunes, Côte d'Ivoire)
Activité principale Chanteur, danseur, compositeur, chorégraphe, Arrangeur musical
Genre musical Coupé-décalé, Pop, African Rock, African Electro, urban
Instruments Piano, percussions, guitare, batterie
Années actives 2003 - Aujourd'hui
Labels Universal Music Group
Influences Tina Glamour, Tupac, Lil Wayne, Douk Saga, Prince
Site officiel Djarafat.com

DJ Arafat de son vrai nom Didier Ange Houon , né le 26 janvier 1986 à Abidjan (Région des Lagunes) est un chanteur, danseur-chorégraphe, auteur-compositeur-interprète, Arrangeur musical ivoirien

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils de Tina Glamour (aussi appelé Tina Spencer) et de Pierre Houon "Wompi", Ange Didier Houon est né le 26 janvier 1986. Sa mère est une artiste chanteuse très controversée et ses détracteurs lui reprochent le plus souvent d'esquisser des pas de danses et un style un peu trop osés. Didier Houon a grandi avec cette image de vulgarité attribuée par les médias notamment dans les années 1990 où Tina Spencer donnait des prestations scéniques à caractère obscène. Sa mère préoccupée par ces tournées, le jeune Didier était livré à lui-même. Dès l'âge de 11 ans, il est en proie à la drogue et au banditisme de quartiers, il est également le demi-frère de TV3 DJ et Bance fousseny. Arafat est de l'ethnie Bété de sa mère et Guéré de son père.

Universal Music[modifier | modifier le code]

DJ Arafat, a signé chez Universal Music, un des majeurs de la World Music coté production. Comme le groupe Magic System , DJ Arafat fait donc son entrée dans une grande écurie de l’industrie musicale qui l’alignera prochainement dans son registre des artistes African Pop. Une très bonne nouvelle pour l’artiste lui-même et pour ses nombreux fans à travers le monde. L’artiste en personne a annoncé et fêté cet événement chez lui à Abidjan le 21 mars 2014[1] .

Succès musical[modifier | modifier le code]

Dans les débuts du mouvement coupé décalé, le DJ officiant dans l'un des plus grands maquis abidjanais le « Shangaï » est repéré par le jeune producteur Roland le Binguiste qui l'emmène en studio. C'est ainsi qu'il sort une œuvre discographique qui le révèle au grand public grâce au morceau « Hommage à Jonathan » en 2003 dont une partie du clip a été réalisé au Parc des Sports de Treichville avec la présence de Douk Saga et Mulukuku DJ. Très jeune, Didier Houon avait beaucoup d'amis Libanais à Abidjan, qui le surnommaient sans cesse Yasser Arafat, l'ancien dirigeant du Fatah et de l'Organisation de libération de la Palestine. Il a décidé de faire de ce surnom son nom de scène.

Sollicité en France grâce à cet album, le promoteur de spectacles et directeur de KD Productions, Désiré Kouadio, organise une tournée pour DJ Arafat. Il s'envole pour deux mois à Paris puis revient en Côte d'Ivoire. Ce séjour a laissé de beaux souvenirs au DJ, et il y voit une belle opportunité économique. C'est ainsi qu'en 2005, pour son second voyage en France organisé par Désiré Kouadio, il décide de s'installer dans la capitale française malgré l'expiration de son visa. Illégalement résidant en France pendant plus de deux ans, il officie en tant que disc-jockey dans un club africain et vends des CD piratés. Sans papier, il est arrêté par la Police, et passe un mois en Centre de rétention administrative avant d'être rapatrié en Côte d'Ivoire.

Entre temps, il avait sorti un 2e album intitulé Femmes en 2005 puis un album en collaboration avec Meiway en 2006 et un single intitulé Abidjan-Paris en duo avec Christy-B en 2007, moulaye.

En septembre 2009, DJ Arafat et Debordeaux DJ mettent fin au duo.

Depuis la sortie de son premier hit en hommage à DJ Jonathan, Arafat DJ est, sans contexte devenu le DJ le plus populaire du pays. Chacun des singles sortis depuis a rencontré un grand succès: le mouvement DJ a bel et bien trouvé sa poule aux œufs d’or. L’apache 8 500 volts prouve encore une fois que sa source d’inspiration est intarissable. Le single « Gladiator » est mis sur le marché le 16 décembre 2009, tandis que l'album sort le 19 juin 2010 incluant les morceaux « Zoropoto I et II » qui sont par ailleurs des nouveaux concepts à succès.

Inspiré par Lil Wayne, embrassant depuis janvier 2010 le hip-hop et surnommé depuis lors « Sao Tao le dictateur », il conceptualise le « nouchi rnb » dans son single en duo avec Yvan Trésor. On ajoute à cela les voltages croissants du Yorobo : il est passé de 3 500 volts à 5 500 volts, ensuite 8 500 volts puis 10 500 volts et enfin l'artiste est depuis février 2010 [réf. souhaitée] devenu un dispositif autonome capable de produire de l'électricité soit un « groupe électrogène ». C'est un clin d'œil que l'artiste fait par rapport à la crise énergétique qui a frappé la Côte d'Ivoire en février 2010 avec un système électrique national qui connaissait une diminution de sa capacité de production d’énergie électrique qui se traduisait par des difficultés à satisfaire l’ensemble des besoins en électricité des populations notamment avec la mise en place de programmes de délestages[2].

On observe tout au long de sa jeune carrière, un changement de style vocal et musical. Il est passé du coupé-décalé classique des premières heures de ce mouvement musical à un coupé-décalé plus sophistiqué aujourd'hui. En effet, sa voix est devenue plus rock, les instrumentaux plus travaillés et plus électroniques mélangeant plus de sonorités qu'avant, avec une place importante donnée à la batterie. On parle aujourd'hui d'une sorte d'« African Rock » et d'« African Electro »[3]. Le morceau « Rage 202 » par exemple, mélange sonorités Heavy metal et Coupé-décalé.

Rivalité artistique[modifier | modifier le code]

Magicien est BB Sans Os

Le nom de ce jeune disc-jockey célèbre rime aussi avec scandale, car il est souvent au centre de nombreuses polémiques. Il est connu pour ses multiples dérives dans le milieu du showbiz ivoirien, notamment avec Shanaka Yakusa, Kedjevara, Jessy Matador, DJ Lewis (à propos du « Lèbèdè ») ou encore Dj Rodrigue. En août 2009, après une dispute de leadership, il se sépare de son binôme Debordeaux Leekunfa avec lequel il a connu le plus de succès[4]. Le duo choc connait une crise au point que leurs déclarations dans la presse deviennent pour le moins acerbes : Arafat DJ accuse Debordeaux Leekunfa d'être « jaloux de son succès » et d'avoir essayé de le tuer en l'empoisonnant. En décembre 2009, les deux chanteurs partisans de la cité de Yopougon (opposé à Marcory dans le milieu musical ivoirien) se réconcilient et donnent pour l'occasion un concert live gratuit de 1h30 au gigantesque maquis le « Monde Arabe » sur la mythique Rue Princesse qui a fait le succès d'Arafat DJ[5].

Dans le courant du mois de septembre 2009, s'ouvre un clash au niveau musical avec le chanteur DJ 5 étoiles, ce dernier reprochant au Yorobo de lui avoir plagié l'instrumental de son single « Sans Guèbè » dans le freestyle de Yorobo dénommé « Spot 2009 » qui a rencontré un grand succès. 5 étoiles DJ ouvre le clash dans un freestyle (qui selon les ivoiriens, n'était pas à la hauteur du talent reconnu à Yorobo) en octobre 2009. Dans le même temps, Arafat DJ subit un grave accident de moto (à la fin du mois d'octobre, le 2e en l'espace de quelques mois) mais s'en sortira après quelques jours passés à l'hôpital[6]. Une semaine après sa sortie, en novembre 2009, il répond à tous ses détracteurs dans un freestyle de 10 minutes intitulé « Retour en clash » (dont la version courte est « Djessimidjeka ») ou il s'auto-proclame l'Apache 8500 volts.

Juste avant la sortie de son album Gladiator, une querelle sépare le Yorobo de son célèbre danseur Magicien, qui fut l'un des premiers danseurs du DJ. Ainsi, Magicien décide de faire carrière seul, et sort un single intitulé « Placali  », dont la danse ressemble étrangement au Zoropoto du Yorobo. Une autre occasion de discorde, quand on se souvient que la querelle qui séparait Arafat et DJ Lewis avait pour motif similaire la création de la danse « lèbèdè ». Par ailleurs Arafat fera cas du passé de Magicien dans une de ses chansons ou il raille l'endroit de vie de son ex danseur.

En janvier 2011, la rivalité entre DJ Arafat et Debordeaux Leekunfa reprend de plus belle, à l'instar de Notorious B.I.G. et Tupac aux États-Unis dans les années 1990. Dans le morceau « Rage 202 », DJ Arafat lance un pique à son ancien binôme : « on est fatigué d'écouter ton seul morceau trévéli-trévélou ». Car depuis près de 2 ans, Debordeaux n'avait plus sorti de nouvelle œuvre, préférant effectuer des tournées de longue durée à l'étranger. Cependant la réponse de Debordeaux DJ (désormais "Opa la nation" - "Le père de la nation") ne se fait pas attendre, ce dernier répond au Yorobo dans un morceau intitulé « Vérité » alliant vulgarité et confession. Deux jours après la diffusion de ce titre, DJ Arafat répond à Debordeaux DJ avec le morceau « Reste tranquille Rantanplan » sans prendre de gants. Ensuite il a eu des problèmes avec de multiples personnes tels que Tya Vuitton (son ex meilleur ami) , Francky Dicaprio, etc...

De 2003 à Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

DJ Arafat, au palais de la culture.

De retour sur la Lagune Ébrié, après deux ans et demi d'absence sur les scènes ivoiriennes, il signe son retour en duo avec Debordeaux Leekunfa. Le « chouchou » du coupé-décalé, en 2008, depuis en duo avec Debordeaux Leekunfa, sort un nouvel opus qui promeut une nouvelle danse appelée le Kpangor. Le concept et les singles qui s'ensuivent deviennent des succès sur le continent africain, du Gabon au Burkina Faso en passant par le Cameroun. Des tubes naissent dans un bref laps de temps : « Kpangor », « Confirmation Kpangor », « Lebede 2 », « 25 25 Arachide », « Bouddha ». Ces tubes s'imposent très vite et arrivent en tête des classements ouest-africains. Entre-temps, il sort des freestyles ou encore des attalakus qui rencontrent un tel succès qu'après leurs sorties, toutes les dix minutes en moyenne, un média musical ou un maquis les diffusaient, il s'agit de « Spot 2009 » (août 2009), « le spécial Stéphane Sessègnon et Marie-Claude Sessegnon » (été 2009 en duo avec Debordeaux Leekunfa), « Interdit aux moins de 30 ans » (septembre 2009), « Retour en clash » (octobre 2009) et « Cadeau de fin d'année » (Décembre 2009). Pour ses prestations scéniques il engage trois célèbres et talentueux danseurs dénommés Magicien, Ordinateur et Bébé sans os[7].

En 2008, il participe au single à succès African tonik avec Mokobé, Mohamed Lamine et Mory Kante, la chanson promo devient Tube de l'été en France. La même année pour soutenir le single, il met sur le marché « Cadeau du siècle » un mélange de R'n'B contemporain et de Coupé décalé.

Fan de Yorobo, le footballeur Samuel Eto'o lui offre une montre de 80 000 € et une voiture de marque BMW en juillet 2009[8]. De l'été 2009 jusqu'à ce jour, Arafat DJ s'est fait successivement surnommé le Yorobo 5500 volts, l'Apache 8500 volts, Sao Tao, Yorobo 10500 volts, Yorobo 12500 volts,Yorobo 100000 volts, commandant Koné Zabra, commandant Koné Baracuda, commandant Koro hé Koro hé, commandant Por Favor, le Tueur de taureaux et de cabri et maintenant Commandant 2 fois KORAMAN. Artiste à plusieurs succès, il investit en ouvrant son maquis "La Yôrôgang" en octobre 2013 à Yopougon.


Discographie[modifier | modifier le code]

Albums solo[modifier | modifier le code]

Albums en collaboration[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Avec 14 récompenses, DJ Arafat est le deuxième ivoirien le plus récompensé après Meiway, la plupart étant dans le domaine musical.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]