Classe Oriani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Oriani
Image illustrative de l'article Classe Oriani
Dessin du Giosuè Carducci, navire de classe Oriani.
Classe Poeti
Caractéristiques techniques
Type destroyer
Longueur 106,7 m
Maître-bau 10,15 m
Tirant d'eau 3,42 m
Déplacement 1 584 tonnes (standard)
Port en lourd 2 510 tonnes (pleine charge)
Propulsion 2 turbines à vapeur Parsons
3 chaudières Thornycroft
Puissance 48 000ch
Vitesse 38 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 × 2 canons de 120 mm
2 × 1 canon de 37 mm
2 × 2 canons de 20 mm
4 × 2 mitrailleuses de 13,2 mm
2 × 3 tubes lance-torpilles de 533 mm
2 lanceurs latéraux (56 mines)
Rayon d’action 2 190 milles nautiques à 18 nœuds
(520 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 207
Histoire
A servi dans Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Période de
construction
1935 - 1936
Période de service 1937 - 1954
Navires construits 4
Navires prévus 4
Navires perdus 3
Navires démolis 1
Précédent Classe Maestrale Classe Soldati Suivant

La classe Oriani (ou classe Poeti) est un groupe de destroyers italiens construit pour la Regia Marina avant la Seconde Guerre mondiale. C'est une série de 4 unités construites par le chantier Odero-Terni-Orlandi (OTO) de Livourne. Les navires ont été baptisés d'après des noms de poètes italiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois destroyers ont été perdus pendant la guerre. Le Vittorio Oriani endommagé à la bataille du cap Matapan, prit part à une attaque victorieuse sur un convoi allié. À la signature de l'Armistice italienne du 3 septembre 1943, il prit la fuite du port de La Spezia et fut interné à Malte. Ce navire fut transféré à la marine nationale française au titre des dommages de guerre et prit le nom de D'Estaing.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Cette classe de destroyer est une répétition de l'ancienne classe Maestrale mais avec une augmentation de la puissance des machines et un changement à dans l'armement de défense antiaérienne. Les canons de 40 mm obsolètes furent remplacés par des mitrailleuses supplémentaires. Les deux unités survivantes, après la bataille du cap Matapan, subirent une refonte de leur armement : trois tubes lance-torpilles fut supprimé au bénéfice de l'ajout de 2 canons AA de 37 mm, deux doubles canons de 20 mm et de lanceurs de charges sous-marines. Le Victorio Oriani reçut le radar Seetakt allemand.

Unités[modifier | modifier le code]

N° coque Nom Chantier Lancement Service effectif Fin de service Destination Photo
OA Alfredo Oriani Odero-Terni-Orlandi (OTO) à Livourne 30 juillet 1936 15 juillet 1937 1954 transfert à la Marine française (1948)
D'Estaing
AF Vittorio Alfieri OTO à Livourne 20 décembre 1936 1er décembre 1937 28 mars 1941 coulé à la bataille du cap Matapan
CD Giosuè Carducci OTO à Livourne 28 octobre 1936 1er novembre 1937 28 mars 1941 coulé à la bataille du cap Matapan
GB Vincenzo Gioberti OTO à Livourne 19 septembre 1936 27 octobre 1937 9 août 1943 coulé par le sous-marin britannique HMS Simoon

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]