Classe Mirabello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Mirabello
Image illustrative de l'article Classe Mirabello
Caractéristiques techniques
Type croiseur éclaireur
Longueur 103,75 m
Maître-bau 9,75 m
Tirant d'eau 3,2 m
Déplacement 1 840 tonnes (standard)
Port en lourd 2 377 tonnes
Propulsion 2 turbines à vapeur Parsons
4 chaudières Yarrow
Puissance 35 000 ch
Vitesse 35 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
  • 1 canon de 152 mm (Racchia & Riboty)
  • 7x1 canon de 102 mm (Cal.35) (8 Mirabello)
  • 2x1 canon AA de 76 mm (Cal.40)
  • 2 mitrailleuses de 6,5 mm
  • 2x2 tubes lance-torpilles de 450 mm
  • 100 mines marines
Rayon d’action 2 300 miles nautiques à 12 noeuds
(386 tonnes de fioul)
Autres caractéristiques
Équipage 158
Histoire
Constructeurs Gio. Ansaldo & C. à Gênes
A servi dans Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
Date début commande 1914
Période de
construction
1914 - 1917
Période de service 1917 - 1951
Navires construits 3
Navires prévus 3
Navires perdus 2
Navires démolis 1

La Classe Mirabello était une classe de trois destroyers construite pendant la Première Guerre mondiale pour la Regia Marina et conçue comme croiseurs éclaireurs (en italien : esploratore).

Conception[modifier | modifier le code]

Après l’échec de la classe Nino Bixio à cause de son manque de vitesse, c’est sur la conception de la classe Alessandro Poerio qu'a été conçue celle-ci avec un rallongement de la coque et un meilleur armement : 1 canon de 152 mmm (Calibre 40) et 7 canons de 102 mm (Calibre 35) ainsi que 2x2 tubes lance-torpille de 450 mm comme armement principal, avec 2 canons anti-aériens de 76 mm et deux mitrailleuses. Au fil des ans l'armement sera modifié à plusieurs reprises en fonction des besoins opérationnels.
Le seul survivant de la seconde guerre mondiale verra, en 1943, une réduction à seulement 4 canons de 102 mm et la mise en service de 6 Canons de 20 mm Oerlikon et de trémis à charges de profondeur.

Service[modifier | modifier le code]

Les trois unités sont livrées à la base de Brindisi et opèrent en mer Adriatique.

Le 19 juillet 1920 le Carlo Alberto Racchia a été perdu sur mine flottante en mer Noire lors de l'Intervention alliée pendant la guerre civile russe.
Les deux survivants, servent durant la Guerre d'Espagne (1936-38). Devenus obsolètes, ils sont reclassés comme destroyers en 1938 et ont combattu durant la Seconde Guerre mondiale.
Le Augusto Riboty a été reconfiguré comme escorteur de convoi en mer Ionienne: ses tubes lance-torpilles ont été remplacés par des grenadeurs de charges de profondeur et il a reçu des canons anti-aériens de 20 mm.

Unités[modifier | modifier le code]

Nom Chantier Lancement Service effectif destination Fin de service
Carlo Mirabello Chantier naval de Ansaldo à Gênes 21 décembre 1915 24 août 1916 coulé sur mine le 21 mai 1941
Carlo Alberto Racchia Chantier naval de Ansaldo à Gênes 2 juin 1916 21 décembre 1916 coulé sur mine le 21 juin 1920
Augusto Riboty Chantier naval de Ansaldo à Gênes 24 septembre 1916 5 mai 1917 transfert à l'URSS en dommage de guerre abandonné en 1951

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • M.J. Whitley. Destroyers of World War 2 (1988 -Cassell Publishing) (ISBN 1-85409-521-8).
  • Franco Bargoni.Esploratori Italiani. Roma, Ufficio Storico della Marina Militare, 1996.