Christian Malard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christian Malard est un journaliste français né en 1949 à Besançon. Directeur de rédaction, il est actuellement responsable du service étranger de France 3.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Malard débute sa carrière en tant que chroniqueur sur RTL avec le soutien de Philippe Bouvard au début des années 1980. En 1987 il participe à l'aventure de La Cinq, chaîne de télévision nouvellement créée en France, et entre à la rédaction en tant que chroniqueur politique étrangère. Il couvre la guerre du Golfe depuis Washington. Lorsque La Cinq disparait en 1992, il rejoint la rédaction de FR3 et dirige le service étranger de la chaîne publique. Il s'occupe principalement des interviews de personnalités politiques étrangères de premier plan, tel les chefs d'États. Ayant ses entrées dans la diplomatie internationale, il a interviewé l'ensemble des présidents des États-Unis depuis Jimmy Carter jusqu'à George W. Bush à plusieurs reprises[1]. Lors des attentats du 11 septembre 2001 il commente en direct sur France 3 le déroulement des événements, mettant en exergue dans son analyse la responsabilité d'Oussama Ben Laden et d'Al-Qaida en relatant des informations reçues par l'un des proches du gouvernement israélien[2].

En 2002 / 2003, il produit et anime l'émission hebdomadaire "Autrement dit"[3] sur Khalifa TV, la chaine du magnat algerien Rafik Khalifa [4]

Aux côtés de Bernard Vaillot, il réalise l'entretien de Nicolas Sarkozy qui est diffusé la veille du 14 juillet 2009. Les deux journalistes ont choisi l'axe de la politique étrangère pour aborder l'interview. Cette émission a été accusée de complaisance par une partie de la presse, plus particulièrement au sujet des extraits de témoignages de figures politiques européennes envers le président français. Ainsi, selon Le Figaro, « les commentaires des personnalités invitées à donner leurs avis sur Nicolas Sarkozy oscillent entre l'hagiographie et l'humour »[5]. Cette opinion est partagée par Charles Bremner, correspondant du Times[6]. Christian Malard intervient également sur la chaîne d'information américaine CNN pour le traitement de sujets concernant la France.

Christian Malard est mis en cause dans le livre noir du journalisme tunisien " le système de la propagande de Ben Ali", page 131, comme ayant bénéficié avec sa famille d'une invitation de la part de l'ATCE ( Agence tunisienne de communication extérieure ), outil de propagande dictatorial, dans le but de redorer l'image du régime de Ben Ali. Avec sa famille, il a reçu un accueil très chaleureux de la part du chef de la cellule communication de la présidence tunisienne. Lors de cet entretien, avec le président de cette cellule, ont été évoqués les futurs programmes journalistiques de France 3 et les différentes manières de montrer les prouesses économiques et sociales du régimes de Ben Ali. Selon le documents ( rapport du président de la cellule communication de la présidence de Ben Ali), cité par le livre noir du journalisme tunisien, Christian Malard à démontré son assentiment.

En 2013, sur la chaine israélienne i24news[7], Christian Malard anime l’émission Tout est politique en duo avec le journaliste Michaël Darmon, chef du service politique d’iTele. Selon Le Figaro, il est aussi consultant Média de cette chaîne[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sucré d’État : Mémoires du pâtissier français de la Maison-Blanche, coauteur avec Roland Mesnier, Flammarion, février 2006.
  • Dans les secrets des maîtres du monde, Éditions de la Martinière, 2012.

Distinction[modifier | modifier le code]

De 2000 à 2001, il préside le Press club de France[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]