Charlemagne (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie).
Charlemagne
Église de Charlemagne en 2013
Église de Charlemagne en 2013
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Lanaudière
Comté ou équivalent L'Assomption
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Normand Grenier
2009 - 2013
Constitution 13 novembre 1906
Démographie
Gentilé Charlemagnois, oise
Population 5 968 hab. (2014)
Densité 2 763 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 00″ N 73° 29′ 00″ O / 45.716668, -73.483343 ()45° 43′ 00″ Nord 73° 29′ 00″ Ouest / 45.716668, -73.483343 ()  
Superficie 216 ha = 2,16 km2
Divers
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Indicatif +1 450
Code géographique 60005
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Charlemagne

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Charlemagne

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Charlemagne

Charlemagne est une ville du Québec située dans la MRC de L'Assomption dans Lanaudière[1] et fait partie de la région métropolitaine de Montréal. Elle est situé près du confluent de 4 cours d'eau : le fleuve Saint-Laurent, la rivières des Prairies, la rivière des Mille-Îles et la rivière de L'Assomption. L'histoire légale de Charlemagne commence en 1906, date de son érection en municipalité, mais dont l'histoire populaire remonte à 1870, époque de l'établissement du village initial.

Histoire[modifier | modifier le code]

Charlemagne doit son origine à l'établissement du moulin à papier vers 1870 par la compagnie L'Assomption Lumber. Le sort de Charlemagne sera lié pendant plus de soixante ans à celui du l'industrie du bois. Entre 1867 et 1869, divers contrats successifs permettent à L'Assomption Lumber Company d'acquérir les terrains nécessaires à l’établissement d'un vaste moulin à scie et à l'entreposage du bois. La construction de ce moulin attira aussitôt près de lui plus de deux cents travailleurs, donc plusieurs vinrent habiter les logis de la compagnie, pendant que d'autre achetaient des emplacement sur les terres voisine pour y construire leur résidences. Le village de Charlemagne venait de naître.

L'emplacement de la nouvelle localité chevauchait inconfortablement sur trois municipalité différentes. Deux lopins de forme irrégulière appartenaient à Lachenaie, érigé en municipalité en 1845. L'île Vaudry baignait à l'intérieur des limites de Repentigny, érigé également en 1845. Le reste du territoire, constituant la plus grande partie du village, relevait de la municipalité de Saint-Paul l'Ermite, aujourd'hui Le Gardeur, créée en 1857.

Sans nom, sans structures, cette agglomération ne tarda pas à s'affirmer comme une entité distinct, comme une localité aux caractéristiques propres, qui n'attendait que la volonté d'organisation pour se faire un nom et se créer des cadres. L'initiative vint de deux citoyens : Antoine Champagne et Félix Séguin. Le projet comportait plusieurs étapes : d'abord faire rattacher à une seule municipalité le territoire entier, lui donner ensuite un nom, et enfin le doter d'une école et des autres services nécessaires à un véritable village. La mise en branle se fit dès le 10 octobre 1871.

L'industrie maintenait son rythme. L'Assomption Lumber avait disparu en 1887, mais la Charlemagne and Lac Ouateau Lumber lui avait succédé, apportant au moulin un accroissement de production.

Comme premier service public, l'année 1889 vit apparaître le téléphone à Charlemagne. Un seul abonné, bien sûr : la compagne du moulin, mais c'était un début; d'autre viendront s'ajouter, dont un bureau de poste à partir de 1892. Par la suite, plusieurs autres s'installèrent, trois hôtels, autant de restaurants, plusieurs magasins généraux, des boucheries, des salons de barbiers et des ateliers de cordonnerie et de tissage.

Plus rien ne manquera dès lors à Charlemagne pour se donner les cadres d'une municipalité distincte. En 1906, la paroisse de Charlemagne se détacha des territoires de Lachenaie et de Saint-Paul-L'Ermite[2]. On dénomma d'abord la municipalité Laurier puis Charlemagne en 1907 en l’honneur de Romuald-Charlemagne Laurier (1852-1906), lequel fut député fédéral de la circonscription de L'Assomption et le demi-frère de Sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada à l'époque.

En 1926, le moulin fait faillite et fût finalement fermé. L'île sur laquelle le moulin était situé végéta jusqu'en 1955, où elle changea de propriétaire.

Le statut de ville remonte à 1969.

Charlemagne a acquis une certaine renommée comme lieu de naissance de Céline Dion[3],[4]. Une des plus importantes artères de Charlemagne porte le nom de Boulevard Céline-Dion depuis 2007[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[6]:

  • Population en 2011: 5853
  • Population en 2006: 5594
  • Population en 2001: 5662
  • Population en 1996: 5739
  • Population en 1991: 5598

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Prigonrieux (France)

Célébrités[modifier | modifier le code]

Les grands Charlemagnois et Charlemagnoises:

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Repentigny Rose des vents
Terrebonne N Repentigny
O    Charlemagne    E
S
Montréal

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Charlemagne », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Toponymie : Charlemagne
  3. Biographie de Céline Dion su r RFI musique
  4. Biographie de Céline Dion sur TV5Monde
  5. Un boulevard au nom de la star, sur Canoe.ca
  6. Statistique Canada: Recensements de 1996 (en), 2001 (en), 2006

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charlemagne et son histoire 1986

Lien externe[modifier | modifier le code]