Chandler (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chandler.
Chandler
Centre-ville de Chandler
Centre-ville de Chandler
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Comté ou équivalent Le Rocher-Percé
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Louisette Langlois
2013 - 2017
Fondateur Percy Milton Chandler
Constitution 27 juin 2001
Démographie
Gentilé Chandlerois, oise
Population 7 718 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 00″ N 64° 41′ 00″ O / 48.350005, -64.68333848° 21′ 00″ Nord 64° 41′ 00″ Ouest / 48.350005, -64.683338  
Superficie 42 490 ha = 424,90 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire [[]]
Code géographique 02028
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Chandler

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Chandler

Chandler est une ville située dans la MRC du Rocher-Percé, dans la région administrative de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, au Québec, au Canada[1]. Le recensement de 2006 y dénombre 7 914 habitants[2], elle est la deuxième plus grande ville de la Gaspésie et est aussi la troisième municipalité en importance dans la région, derrière Gaspé et Percé. La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec. La principale artère de la ville est la route 132, au secteur du centre-ville, la rue commerciale, qui était à l'époque une ancienne rue principale, maintenant principale rue secondaire, traverse entièrement le quartier Chandler, passant devant l'usine Gaspésia (actuellement démolie) et des édifices qui datent de la fondation de la ville.

Histoire et faits marquants[modifier | modifier le code]

Grand-Pabos en 1900

La ville de Chandler prend forme au milieu des années 1910 quand une grande scierie et une pulperie sont construites à l'embouchure de la rivière du Grand Pabos[3]. On lui donne le nom du premier président de la compagnie, Percy Milton Chandler. La majeure partie de la population est composée d'ouvriers de la scierie et de la pulperie (usine de pâtes et papiers).

La ville connaît une lente expansion jusqu'en 1931 où l'usine fait faillite conséquemment à la crise économique de 1929 (voir la Grande Dépression), l'entreprise est rachetée en 1937 par la firme Anglo-Newfoundland qui la baptise l'usine Gaspésia ltée.

Chandler connaît une période de 50 ans d'expansion et de diversification grâce à son usine qui est parmi les usines de pâtes et papiers les plus modernes et productives au monde. Dans les années 1990, l'industrie des pâtes et papiers connaît une grave crise avec la fermeture partielle de l'usine en 1998 jusqu'à la fermeture totale en 1999.

Le résultat : perte de près de 10 % de la population et de 20 % des commerces, tentative de réouverture en 2004 avec l'appui de l'ex-premier ministre Bernard Landry qui mène à une perte de centaines de millions de dollars en lien avec une mauvaise évaluation des coûts.

Le 27 juin 2001, les municipalités de Newport, de Pabos, de Pabos Mills et de Saint-François-de-Pabos ainsi que la ville de Chandler se regroupaient pour constituer une nouvelle ville désignée sous le nom Pabos ; le 4 mai 2002, ce dernier était changé pour celui de Chandler[4].

Expansion commerciale[modifier | modifier le code]

Hôpital de Chandler

Au début de la décennie 2010, la ville de Chandler change de visage afin de reprendre de l'expansion : de nombreux projets commerciaux se réalisent pour créer plus d'emplois dans la région. Plusieurs chantiers de constructions se mobilisent au cours de l'année 2010 : construction de nouveaux établissements commerciaux et démolition de l'usine Gaspésia, ainsi que de l'ancien collège Saint-Jean-Eudes où fut construit un super-marché IGA. L'hôpital est actuellement le plus gros employeur de Chandler, subit lui aussi une transformation en changeant complétement l'intérieur, ainsi que sa façade extérieure avec un parement de type mosaïque.

Le fiasco et la démolition de l'usine Gaspésia[modifier | modifier le code]

Depuis la fermeture définitive de ce qui représentait un symbole et était le principal employeur de la région jusqu'en 1999, l'usine Gaspésia est laissée à l'abandon. La ville et les anciens travailleurs tentent pendant quelques années de trouver des investisseurs sérieux pour relancer l'usine.

Un groupe s'est dit intéressé à rebâtir l'usine pour la rendre plus moderne, mais après quelques mois de travaux pour finalement ne compléter que la moitié du bâtiment, tout s'est arrêté : la Ville n'a plus les fonds nécessaires pour poursuivre les travaux de reconstruction et toute la machinerie a quitté le chantier, laissant ainsi l'usine à moitié achevée.

Toute l'ensemble de la Gaspésia est maintenant démolie, incluant l'ancienne pulperie, la grande cheminée de plus de quarante mètres de haut et les deux énormes réservoirs adjacents à la marina. La prochaine étape sera la décontamination de l'immense terrain, les travaux d'excavation du site sont stoppés en raison du manque de fonds de la ville.

Naufrage de l'Unisol[modifier | modifier le code]

Le 7 décembre 1983, un cargo péruvien, l'Unisol, était amarré au quai de Chandler. Une violente tempête s'est abattue et a fait céder les amarres du navire qui a dérivé et s'est échoué sur des récifs à proximité du quai, tout près de l'île Dupuis. À la suite des appels de détresse envoyés par l'équipage, deux hélicoptères de type « LABRADORS » et un avion « HERCULE » décollent de la base militaire de Summerside, à l'Île-du-Prince-Édouard, pour porter secours aux naufragés. L'opération de sauvetage débute à 9:30 du matin, pour finir à midi et quart. Les 34 membres d'équipage du bateau ont été traités pour hypothermie. Pendant presque vingt ans, l'épave de l'Unisol s'est maintenue à demi submergée avant de sombrer complètement au début de l'an 2000.

Langues[modifier | modifier le code]

La principale langue à Chandler est le français; il y a une petite communauté anglophone, mais ils sont tous bilingues, n'utilisant l'anglais que pour communiquer entre eux.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Dominique de Newport
L'intérieur de l'église de Newport

La ville de Chandler compte en tout quatre églises catholiques :

  • Église Sainte-Adélaïde à Pabos
  • Église Saint-Cœur-de-Marie au centre-ville de Chandler
  • Église Saint-François-d'Assise à Pabos Mills
  • Église Saint-Dominique à Newport

Secteurs et quartiers[modifier | modifier le code]

  • Pabos:

Situé à l'est du centre-ville, Pabos est un quartier majoritairement résidentiel. Un parc industriel fut emménagé dans ce secteur.

  • Saint-François-de-Pabos:

Saint-François-de-Pabos est l'arrière-pays de la ville de Chandler et situé au nord de l'arrondissement Pabos.

  • Chandler (Centre-ville):

L'arrondissement de la ville de Chandler, qui est devenu un centre-ville depuis la fusion municipale en 2001, est la zone la plus peuplée de la ville, de nombreux commerces et grandes surfaces y sont implantés. L'ancienne usine Gaspésia se trouvait dans ce secteur avant d'être démolie.

  • Pabos Mills:

Située à l'ouest de Chandler, Pabos Mills contourne la baie du Grand Pabos, le site historique du Bourg de Pabos et le camp Belle-feuille sont dans cet arrondissement.

  • Newport:

Newport est la zone qui se trouve le plus à l'ouest, un important havre de pêche, un grand chantier naval et l'usine de production de bleuets font partie de l'économie industrielle de la ville de Chandler.

Loisirs et installations sportives[modifier | modifier le code]

La ville possède deux arénas ; un dans le secteur de Newport et l'autre au centre-ville de Chandler. Le Centre Clément-Tremblay, un amphithéâtre de plus de 3 000 places est l'aréna le plus grand de la région gaspésienne, Une salle de quille qui se trouvait au sous-sol, et des aménagements sportifs se sont installés à l'arrière (skate-park ; piscine extérieure ; terrain de baseball et terrain de soccer). La Polyvalente Mgr Sévigny abrite une piscine intérieure, ainsi qu'un gymnase pour pouvoir pratiquer des activités physiques et mieux se divertir, une salle de spectacle qui accueille des artistes québécois connus est aménagée dans l'auditorium. À côté de l'usine, un club de golf de 18 trous fut aménagé et à Pabos, sur la route de l'église, il y a un hippodrome et tout juste en face, un centre de plein air où se trouve un terrain de golf pour les coups de pratiques - un camping - une piste de karts à pédales et un mini-golf. Une base de plein air (camp Belle-Feuille) se trouve à Pabos Mills, ainsi que le Bourg de Pabos qui se trouve à proximité du camp Belle-Feuille. Une passerelle pour piétons et cyclistes qui a été inaugurée à l'été 2013, qui est l'une des plus longues au monde, traversera la rivière du Grand-Pabos, cela permet aux usagers d'éviter un long détour de 13 km contournant la baie. La ville possède plusieurs plages et haltes-routières pour les activités estivales. À Newport, le site de La Bolduc, situé sur la route 132, est ouvert au public pour l'été seulement.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mont-Alexandre Rose des vents
Rivière-Bonaventure N Grande-Rivière
O    Chandler    E
S
Port-Daniel–Gascons Baie des Chaleurs,
Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick