Campillos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Campillos
Blason de Campillos
Héraldique
Drapeau de Campillos
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Province Province de Malaga Province de Malaga
Comarque Antequera

Guadalteba

Maire
Mandat
Jesús Galeote Albarrán (PSOE)
2007
Code postal 29320
Démographie
Gentilé Campillero
Population 8 658 hab. (2009)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 03′ 09″ N 4° 51′ 42″ O / 37.05254, -4.86166 ()37° 03′ 09″ Nord 4° 51′ 42″ Ouest / 37.05254, -4.86166 ()  
Altitude 540 m
Superficie 18 800 ha = 188 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Campillos

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Campillos
Liens
Site web http://www.campillos.es

Campillos est une commune de la province de Malaga, dans la Communauté autonome d'Andalousie, en Espagne. Elle est située au nord-ouest de la province, dans la comarque de Guadalteba, et dans le district judiciaire d'Antequera.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 86 km de Malaga et 30 km d'Antequera, la commune fait partie du district de Guadalteba, avec les municipalités de Almargen, Ardales, Canete la Real, Carratraca, Cuevas del Becerro, Sierra de Yeguas, et Teba.

Une partie de Campillos a été submergée à la suite de la construction du barrage de Guadalteba en 1971, appartenait à l'ancienne ville de Penarrubia.

Histoire[modifier | modifier le code]

La situation exceptionnelle de Campillos, entre l’Andalousie orientale et occidentale, entre la Méditerranée et le Guadalquivir, aux abords d’un fleuve civilisateur, le Guadalhorce, à équidistance des villes-clé historiques de l’intérieur de la région malagaine. Il existe une diversité de site archéologique, comme les Castillones, Castellon, Capacete, Captian, Moralejo, la Mezquita, et le complexe Camorra-Penarrubia.

Une présence sédentaire s'observe à partir de l’époque néolithique, avec une évolution vers une culture libyo-phénicienne de la côte ; la péninsule Ibérique étant alors clairement définie, et la suprématie de la colonisation romaine prévalant jusqu’à l’époque du Bas-Empire. De cette culture, on trouve les restes de poterie, de blocs, colonnes, ainsi que des fortifications et des villages, dans des lieux connus pour leurs Castillones, El Vola, Aljibejo romero. On trouve également une grande variété de monnaies, d’époques différentes, avec des figures allégoriques et de dirigeants, comme des monnaies en bronze d'Octavio, Claudius, etc., qui démontre ainsi l’unification des villes et villages de cette contrée, jusqu'à ce qu'elles soient détruites lors des invasions barbares.

La première trace de la ville de Campillos remonte à 1492, lorsqu’elle fut créée sous l’autorité des Rois Catholiques, avec l’arrivée d'habitants d'Osuna, et de Teba, qui s'installèrent là où les forêts de chênes et l'herbe pour le bétail étaient abondantes. Peu de temps après l'arrivée de gens de Teba et d’Antequera, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, la formation d’une importante zone urbaine rendit nécessaire l'agrandissement et la restauration des habitations, et l'harmonisation du réseau urbain, c’est-à-dire des rues transversales et longitudinales.

Le 6 novembre 1680, le roi Charles II exempte Campillos de sa dépendance administrative envers Teba. La ville est nommée chef du district judiciaire en 1821.

Aujourd'hui, les habitants vivent principalement de l'agriculture pluviale, de l'élevage de porcs et de volaille, mais également du marché de la peau animale (sac, vêtements, etc.). L'école San José était très réputée au cours de la dernière décennie de la dictature, et des cinq premières années de la démocratie espagnole, pour la sévérité et l’efficacité de son système éducatif.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le centre ville est formé par un ensemble de maisons seigneuriales et d’édifice de construction récente. Le monument principal de la ville est l'église Notre-Dame del Reposo (sainte patronne du village), dont la construction date du XVIe siècle (1506), bien que le bâtiment ait subi d’importants changements entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, pour prendre la configuration actuelle. Sa façade principale, de style baroque, est considérée comme l'une des plus belle de la région antequerainne. Se trouve également la chapelle de San-Benito, patron de la ville, construite entre 1569 et 1578, et de San-Sebastian. Il existe également des vestiges primitifs des premiers habitants des lieux, tel que les colons romain et arabes.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960
6 223 5 735 5 929 6 837 7 334 8 257 8 791
1970 1981 1991 1996 1998 1999 2000
7 014 8 882 7 589 7 737 7 638 7 633 7 657
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
7 681 7 764 7 813 7 923 8 066 8 183 8 330
2008 2009
8 543 8 658

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Sa situation géographique en fait une ville centrale en Andalousie : Campillos se trouve à 1 h 10 de Malaga (Alcazaba, château du Gibralfaro, cathédrale, Musée Picasso), à 1h30 de Grenade (l'Alhambra, l'Albaicin, la Cathédrale, la Chapelle Royale), à 1 h 50 de Séville (Giralda et la cathédrale, les Reales Alcazares, l'Archivo General de Indias, la Plaza de Toros, la Torre del Oro), à 1h30 de Cordoue (la Mezquita (Cathédrale Mosquée), l'Alacazar des Rois Chrétiens, le Quartier de la Juderia), à une heure de Ronda (les arènes, le pont neuf), et à 30 minutes d'Antequera (ensemble Doloménique, le site naturel del Torcal, la colegiata Santa Maria).

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie locale est élaborée avec les produits récoltés sur le terrain, à savoir l’olive et les céréales. Les grandes spécialités sont la Porra Campillera et les Salmorejo. Sont également présents, des plats à base de porc, des ragoûts, des lomos de viande. Pour les desserts, on peut apprécier des douceurs comme des madeleines, ou des pains faits avec de l’huile.

Spécialités :

  • Bollos de aceite: sont préparés en général pour la semaine sainte
  • Gazpacho
  • Madeleines: sont préparés en général pour la semaine sainte
  • Migas: élaborée à partir de mie de pain, mélangé à de l'eau, dans laquelle on ajoute du raisin, du melon, de la pastèque, des oranges, des olives, et d'autres produits
  • Pestinos: se prépare enrobé de miel
  • Porra Campillera: à base de mie de pain, tomates, huile d'olive, ail, poivron rouge, thon, et olives
  • Ragoût de pois chiches: sont préparés en général pour la semaine sainte
  • Salmorejo: fabriqués à partir d'orange, poisson frit, morue ou thon selon les goûts

Festivités[modifier | modifier le code]

  • La feria: se déroule à la mi-août (en 2010, du 13 au 16 août). Pendant 4 jours, des animations sont organisées pour divertir petits et grands. Les festivités sont lancées par un grand feu d'artifice, et l'illumination d'une partie de la ville.
  • La Semaine Sainte : elle est, avec la Feria, la plus grande et la plus célèbre des fêtes, et ce depuis près de 500 ans. Différentes fraternités s'affèrent toute l'année afin de présenter à la ville une Semana Santa très attrayante.

En 2010, du 18 mars au 4 avril.

  • San Benito : célébré le 11 juillet, c'est le saint patron du village.
  • Cavalcade des rois mages : défilé de chars organisé le 5 janvier
  • Carnaval
  • El Corpus Christi : Célébration de l'église catholique pour célébrer l'Eucharistie. Se tient le dimanche suivant le jeudi qui se trouve 60 jours après le dimanche de Pâques.

Environnement[modifier | modifier le code]

La majorité des terres sont couvertes d’oliviers et de champs de céréales.

Nous pouvons dire que Campillos est situé dans une zone humide de la province de Malaga, avec à proximité sept lagunes : Dulce, Salada, Redondo, Capacete, Marcela, Cerrero, et Camunas, où l’on peut voir différents oiseaux comme les flamants roses, les cigognes, ….. Ces lagunes, parfois sèches, ont été classés Réserve Naturelle des lagunes de Campillos par l’Agence de l’Environnement de la Région d’Andalousie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Isabelle Amor, Campillos, Fiestas y costumbres : entre folklore y religiosidad popular, 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]