Opération extraordinaire de pacification

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

AB-Aktion (Außerordentliche Befriedungsaktion) (français : Opération extraordinaire de pacification), fut une campagne de l'Allemagne nazie menée dans le but d'éliminer les intellectuels et les élites socio-économiques et spirituelles de la nation polonaise. Au printemps et à l'été 1940, plus de 30 000 Polonais ont été arrêtés par les autorités nazies dans la zone occupée par les Allemands[1]. Environ 7 000 dirigeants et professeurs, enseignants et prêtres (étiquetés comme suspectés d'activités criminelles) ont été par la suite massacrés en différents endroits du pays, notamment dans la forêt de Palmiry[2],[3]. Les autres furent envoyés dans des camps de concentration.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tombe de Janusz Kusociński à Palmiry.

Le meurtre de masse de dirigeants, de politiciens, d'artistes, d'aristocrates, de membres de l'intelligentsia, et de personnes suspectées de potentielles activités anti-nazies a été vu comme une mesure de précaution pour maintenir la dispersion de la résistance polonaise et pour prévenir une révolte des Polonais au moment de l'invasion de la France[4]. La campagne anti-polonaise fut préparée par Hans Frank, le commandant du Gouvernement général, et fut aussi abordée avec les représentants soviétiques durant une série de conférences secrètes entre la Gestapo et le NKVD.

La première élimination de l'intelligentsia polonaise a eu lieu peu après l'invasion de la Pologne en 1939, et elle a duré de 1939 au printemps 1940. L'opération Intelligenzaktion avait pour but d'éliminer l'intelligentsia polonaise et la classe dirigeante de Pologne. Elle a été déployée par les Einsatzgruppen et les Selbstschutz. À la fin de cette opération, 60 000 nobles polonais, enseignants, entrepreneurs, travailleurs sociaux, prêtres, juifs et activistes politiques ont été tués dans dix interventions régionales[5],[6]. L'Intelligenzaktion fut continuée par l'AB-Aktion menée en Pologne. Les gens étaient arrêtés en fonction d'une "liste des ennemis du Reich" - Sonderfahndungsbuch Polen préparée avant la guerre par des Allemands de Pologne en coopération avec les services secrets allemands.

Avant que ne débute cette action, à la fin de 1939 et au début de 1940, beaucoup de professeurs d'universités, d'intellectuels, écrivains, politiciens, enseignants et d'autres membres de l'élite de la société polonaise furent brièvement arrêtés par la Gestapo et virent leurs noms enregistrés. Hans Frank accepta finalement et approuva la Ausserordentliche Befriedungsaktion le 16 mai 1940. Dans les semaines suivantes, la police allemande, la Gestapo, le SD (Sicherheitsdienst) et des unités de la Wehrmacht arrêtèrent près de 30 000 Polonais dans les grandes villes du pays, telles que Varsovie, Łódź, Lublin et Cracovie. Ils furent retenus captifs dans plusieurs prisons, incluant la fameuse Pawiak, où ils furent soumis à des interrogatoires brutaux conduits par des responsables nazis. Après un certain temps passé dans les prisons de Varsovie, Cracovie, Radom, Kielce, Nowy Sącz, Tarnów, Lublin ou Wiśnicz, les Polonais internés surent transférés dans des camps de concentration allemands, tout particulièrement le tout nouveau camp d'Auschwitz, ainsi qu'à ceux de Sachsenhausen et de Mauthausen. Environ 3500 membres de l'intelligentsia polonaise ont été exécutés en des endroits témoins de meurtres de masse à Palmiry près de Varsovie, à Firlej, Wincentynów près de Radom, et dans la forêt de Bliżyn près de Skarżysko-Kamienna.

Parmi ceux qui furent alors tués se trouvaient Maciej Rataj, Stefan Bryła, Tadeusz Tański, Mieczysław Niedziałkowski et Janusz Kusociński. Des massacres furent commis au même moment dans d'autres zones polonaises occupées par les Nazis. D'après de nombreux historiens, y compris Norman Davies, l'action menée contre les chefs polonais était coordonnée avec les autorités de l'Union soviétique qui, au même moment perpétrait le massacre de 22000 officiers polonais à Katyń et en d'autres endroits du pays.

La persécution active des intellectuels polonais se poursuivit jusqu'à la fin de la guerre. La continuation immédiate de l'AB-Action fut une campagne allemande à l'Est qui débuta après l'invasion allemande de l'URSS. Parmi les plus notables exécutions de masse de professeurs polonais figure le massacre des professeurs de Lwow, par lequel approximativement 45 professeurs d'université à Lwów furent assassinés avec leurs familles et leurs proches. Parmi les tués au cours du massacre, il y avait Tadeusz Boy-Żeleński, l'ancien premier ministre polonais Kazimierz Bartel, Włodzimierz Stożek, et Stanisław Ruziewicz. Plusieurs milliers d'autres périrent dans le massacre de Poneriai, dans les camps de concentration allemands, et dans les ghettos.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après la guerre, beaucoup de personnes responsables de l'organisation de l'Aktion A-B durent comparaître au Procès de Nuremberg. Cependant, la majorité des commandants allemands responsables étaient soit morts ou disparus pendant la guerre avant de se trouver accusés de leurs crimes. Les nombres exacts de victimes, ainsi que les dates d'exécutions, les causes de la mort des membres de l'intelligentsia polonaise tenus en captivité par les Allemands, sont souvent contestés par d'autres historiens européens qui refusent d'y voir une similarité avec les massacres de Katyń.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chapter « Hitler's Plans for Poland », Noakes and Pridham, Nazism: A History in Documents, p. 988.
  2. AB-Aktion, Shoah Resource Center, The International School for Holocaust Studies.
  3. "Poles: Victims of the Nazi Era" at the United States Holocaust Memorial Museum
  4. Noakes and Pridham, Nazism: A History in Documents, p. 965.
  5. Maria Wardzyńska "Był rok 1939 Operacja niemieckiej policji bezpieczeństwa w Polsce. Intelligenzaktion" IPN Instytut Pamięci Narodowej, 2009 ISBN 978-83-7629-063-8
  6. Anna Meier, Die Intelligenzaktion: Die Vernichtung Der Polnischen Oberschicht Im Gau Danzig-Westpreusen, VDM Verlag Dr. Müller, ISBN 3-639-04721-4 ISBN 978-3-639-04721-9

Voir aussi[modifier | modifier le code]