Bernal Díaz del Castillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait controversé, représentant Bernal Díaz del Castillo selon la première édition du Manuscrit de Guatemala publiée par Genaro García en 1904[1].
Monument à Bernal Díaz del Castillo, à Medina del Campo (Espagne)

Bernal Díaz del Castillo (1492 ou 1493 - 1581) est un conquistador qui participa à la conquête du Mexique menée par Hernán Cortés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en Espagne à Medina del Campo. Sa famille était modeste mais il bénéficia d'un niveau d'éducation appréciable : il savait lire et écrire, ce qui en ce temps était rarissime. Il se rendit à Cuba en 1514 dans l'espoir d'y faire fortune, mais après deux années il y trouva peu d'opportunités. En 1517, une expédition fut envoyée dans d'autres îles des Antilles. Díaz participe à l'expédition, sous le commandement de Francisco Hernández de Córdoba. Ils découvrirent la côte du Yucatán puis revinrent à Cuba où se préparait une expédition plus importante.

Díaz repartit sur la côte du Yucatán l'année suivante avec Juan de Grijalva, dans l'intention d'explorer les territoires découverts. Revenu à Cuba il s'enrôla dans une nouvelle expédition, cette fois sous la direction d'Hernán Cortés qui entreprit la conquête de l'empire aztèque de mésoamérique. Revenant sur ses souvenirs vers la fin de sa vie, Bernal Diaz rédige L'Histoire véridique de la Conquête de la Nouvelle Espagne (Historia Verdadera de la Conquista de Nueva España). Il y décrit la vie quotidienne des soldats, mais également celle des Aztèques. Il y présente le portrait de l'empereur Moctezuma II dont il fut l'ami personnel. Sa narration est un reportage précis sur la civilisation aztèque, un reportage minutieux décrivant les quelques 119 batailles auxquelles il participa, culminant avec la chute de l'empire aztèque en 1521.

En récompense pour ses services, Díaz fut nommé gouverneur de Santiago de los Caballeros, de nos jours Antigua Guatemala. Il commença à écrire son livre en 1568, presque cinquante ans après les événements décrits, en réaction à un récit sur ce sujet écrit par le confesseur de Cortés, l'historien Gomara, qui n'avait pas participé à la campagne.

Un manuscrit fut trouvé dans une bibliothèque de Madrid en 1632 et finalement publié. Il offre le point de vue réaliste d'un témoin oculaire ayant participé à la Conquête du Mexique. Il constitue la source la plus importante pour comprendre les circonstances de ce basculement historique majeur.

Controverse sur l'identité de l'auteur de l’Histoire véridique de la Conquête de la Nouvelle-Espagne[modifier | modifier le code]

Dans l'ouvrage Cortès et son double, le mésoaméricaniste Christian Duverger soutient l'hypothèse, très controversée[2], que le véritable auteur de L'Histoire véridique de la Conquête de la Nouvelle Espagne n'est pas Bernal Díaz del Castillo mais Hernán Cortés. Il affirme, sans en apporter la preuve, dans un premier temps que Díaz était illettré et que sa personnalité ne correspond pas à celle de l'auteur de l’Histoire véridique, telle qu'on peut l'entrapercevoir par une lecture attentive de l'ouvrage. Il dresse ensuite le portrait-robot de celui qui a écrit l’Histoire véridique et en conclut qu'il ne peut correspondre à aucun des compagnons de Cortès. Le seul candidat possible, réunissant tous les critères d'attribution, est, selon Duverger, Cortès lui-même, qui aurait pu écrire le livre dans la période peu connue de ses années de retraite, entre 1543 et 1546.

Cet ouvrage a suscité des critiques virulentes de spécialistes du sujet tels que Guillermo Serés, Miguel León-Portilla ou encore Pablo Escalante Gonzalbo[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bernal Díaz del Castillo, L'Histoire véridique de la Conquête de la Nouvelle Espagne
    • L'Histoire véridique de la Conquête de la Nouvelle Espagne, série radiophonique produite par France-Culture, Radio France. Réalisation Jacques Taroni, prix Radio Italia. Feuilleton en 15 épisodes, d'après le texte original de Bernal Diaz del Castillo et les lettres de Hernan Cortes. Avec Armando Uribe (grand prix de la littérature du Chili).
    • Bernal Díaz del Castillo, La Conquête du Mexique, 1996, 809 pages, (ISBN 2-7427-0990-8).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Duverger, Cortès et son double : Enquête sur une mystification, Seuil,‎ 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Christian Duverger, il s'agirait, à l'origine, d'une gravure publiée en 1854 à la fin de Los alrededores de París, qui est une traduction mexicaine de Les environs de Paris de l'académicien français Charles Nodier. Selon Gonzalez Obregon, cette gravure représenterait Guillaume de Launoy, mais selon Duverger c'est impossible car personne ne portait de fraise à l'époque de Launoy, et il s'agirait donc selon lui plus vraisemblablement d'un portrait d'Henri IV (Duverger 2013, II, 6).
  2. a et b Voir notamment les articles cités par l'historien Benjamín Palacios Hernández dansLos franceses atacan de nuevo, avec, en particulier, le dossier El misterioso Bernal Díaz de la revue mexicaine Nexos et l'articleEl verdadero autor de ‘La historia verdadera’.