Leyes Nuevas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couverture de l'édition de 1542 des Leyes Nuevas

Les Leyes Nuevas (« Lois Nouvelles », nom complet Leyes y ordenanças nuevamente hechas por su Magestad para la governación de las Indias y buen tratamiento y conservación de los Indios)) espagnoles du 20 novembre 1542, rédigées à l'instigation du prêtre Bartolomé de Las Casas, l'évêque du Chiapas, puis édictées par Charles Quint, visaient à protéger les indigènes d'Amérique du Sud en interdisant aux colons de les réduire en esclavage et en soulignant que les Amérindiens étaient des fidèles à qui la religion catholique ouvrait ses portes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les châtiments corporels avaient déjà été interdits par les lois de Burgos aux colons encomienderos, vivant au contact des Indiens, qui devaient en référer à une autorité administrative, et furent cette fois interdits, tandis que les encomienda étaient abolies. Le travail dans les mines, les pêcheries de perles du Panama et les campagnes fut interdits ou réglementé pour protéger les principaux concernés, les Amérindiens[1].

Le Conseil des Indes est alors réformé et treize hommes en commission sont chargés d’une nouvelle législation qui se compose de quarante articles qui peuvent se diviser en quatre dispositions principales :

  • la liberté naturelle des Indiens et oblige la remise en liberté des esclaves ;
  • la liberté du travail, limitent les charges et interdisent les pêcheries de perles ;
  • la liberté de résidence et la libre propriété des biens, punissant ceux qui seront violents ou agressifs envers les Indiens ;
  • elles abolissent le système des encomiendas.

Les Leyes Nuevas furent mieux respectées que les lois de Burgos, édictées un peu moins de 30 ans plus tôt mais difficiles à appliquer dans une période d'expansion coloniale et de recherche effrénée de métaux précieux dans de nouveaux territoires.

En 1542, Bartolomé de Las Casas allait repartir en Amérique du Sud avec les missionnaires franciscains et dominicains qu'il avait choisis, lorsque le président du conseil espagnol, Elaysa, lui ordonna, de la part de Charles Quint, de rester à Madrid, pour rédiger le code de législation nouvelle.

« À force de persévérance et de vertu, Las Casas avait atteint son but (...) pour faire admettre las nuevas leyes (...) il eut à lutter encore pendant une année, et comme il voyait les intérêts des gentilshommes espagnols propriétaires d'Indiens s'insurger contre lui et prêts à renverser l'édifice de ses espérances, il porta un dernier coup qui lui assura la victoire. Il publia un livre, devenu célèbre, dans lequel il exposait à l'Europe la situation du nouveau monde et l'anéantissement de ses populations : Très brève relation de la destruction des Indes, écrit sur cette époque María de las Mercedes Santa Cruz y Montalvo Merlin, dans La Havane[2].

Influences[modifier | modifier le code]

Les Leyes Nuevas eurent une influence importante sur la démographie de l'Amérique du Sud hispanophone en favorisant un métissage à très grande échelle, et un peuplement assez rapide de tout le continent par des populations métissées hispanophones, à l'exception des régions montagneuses du Pérou, d'Équateur et de Bolivie, où les populations indiennes conservèrent un développement séparé. En interdisant l'esclavage, elles ont aussi limité l'arrivée d'esclaves noirs, à quelques exceptions près comme le sud du Venezuela et le nord de la Colombie.

Mal reçues par une partie des colons, ces lois ont entraîné une prise de distance des colonies par rapport à la tutelle de Madrid. Les lois disposaient par exemple que tout homme blanc qui aurait participé aux exactions de Francisco Pizarro pouvait se voir confisquer ses esclaves indiens. Les Nuevas leyes ont en particulier entraîné en 1544, deux après la prise du Pérou, une rébellion menée par Gonzalo Pizarro, le plus jeune frère de Francisco Pizarro, contre la tutelle de Madrid et son nouveau gouverneur Blasco Núñez Vela. Dès lors, il devenait plus difficile de contrôler strictement l'empire[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://books.google.fr/books?id=PW0d90bMsLoC&pg=PA208&dq=%22Nuevas+leyes%22&lr=&as_brr=3&ei=dxl4S9OxGaSCygTKpsTBBA&cd=51#v=onepage&q=%22Nuevas%20leyes%22&f=false
  2. http://books.google.fr/books?id=XR8PAAAAQAAJ&pg=RA3-PA141&dq=%22Nuevas+leyes%22&lr=&as_brr=3&ei=Ehl4S82UCYi0zQSlmrjZBA&cd=7#v=onepage&q=%22Nuevas%20leyes%22&f=false
  3. http://books.google.fr/books?id=1yXMYjVmdmgC&pg=PA43&dq=%22Nuevas+leyes%22&lr=&as_brr=3&ei=ARZ4S47bMIWGyQSP3KiiBA&cd=19#v=onepage&q=%22Nuevas%20leyes%22&f=false

Bibliographie[modifier | modifier le code]